Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Amara s'engage à de "profondes réformes"    Huit blessés dans un accident sur l'autoroute est-ouest    Pour que la date du 20 avril 1980 ne soit plus exploitée    Charaf Eddine Amara, nouveau président de la FAF    Le Président Tebboune exhorte les jeunes à tracer leur voie vers la réussite par le travail, le savoir et la rigueur morale    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Ces partis à candidats «extra-muros»    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Arfaoui Benarfaoui. Universitaire : «Les Algériens sont encore réticents à se former via internet »
Publié dans El Watan le 04 - 06 - 2017

Comment vous est venue l'idée de créer Formadiesel ?
L'université algérienne recèle de nombreuses compétences. Ce savoir doit être concrétisé au profit de la société. Avec les NTIC qui offrent d'immenses possibilités, j'ai pensé que des dizaines de mécaniciens et d'électriciens auto pourraient bénéficier des techniques de pointe dans le cadre de leurs activités professionnelles consistant à réparer des moteurs de plus en plus bourrés d'électronique et de circuits électriques. Aujourd'hui, nous avons des dizaines de postulants à cette formation venant de plusieurs pays du monde. Je suis assez fier du résultat rendu possible grâce à mes collaborateurs. Ce projet est le labeur d'une vie et il reste tant de choses à réaliser pour le mettre sur des bases solides et le développer dans un environnement extrêmement problématique, mais je ne baisse pas les bras.
Quelles sont les conditions pour pouvoir s'inscrire dans votre école et quels en sont les tarifs ?
Le stagiaire doit pouvoir utiliser un ordinateur, car les cours théoriques se déroulent à distance, avoir une formation de base sur le fonctionnement des moteurs et pouvoir séjourner à Biskra pour le stage pratique et les tests d'évaluation. La formation dure de 6 mois à un an et elle coûte 86 000 DA. Les repas de midi sont compris dans le coût tandis que l'hébergement est à la charge du stagiaire. Il faut savoir que cette même formation coûte 3 fois plus en Europe et que les conditions pour y accéder sont draconiennes. Elle est destinée aux techniciens, mécaniciens et électriciens auto désirant intervenir avec efficacité sur les nouveaux véhicules équipés de systèmes électroniques.
Avez-vous des perspectives de développement ?
A ce propos, je voudrais remercier les autorités locales et le wali de Biskra grâce à qui, après des années de nomadisme, j'ai bénéficié d'un lot de terrain de 1330 m² dans la zone ouest de Biskra pour y ériger le centre Formadiesel. Il sera doté de salles de cours et de conférences et d'espaces pour le télétravail et les vidéo-conférences, d'ateliers, d'un internat d'une capacité de 150 places, d'un restaurant, d'une cafétéria et d'un campus.
Le permis de construire devrait incessamment m'être délivré. Avec le développement de l'industrie automobile en Algérie et la ferveur des Algériens pour ce moyen de locomotion, les besoins en bons techniciens vont exploser. Le temps du mécanicien traditionnel tâtonnant à la recherche d'une panne est révolu. Nous allons diversifier nos formations pour toucher à d'autres métiers liés aux automobiles et aux moyens sophistiqués d'en réparer les pannes de moteur. Votre optimisme ne vous pousse-t-il pas à nous décrire une situation idyllique ? Pas du tout, je pense que seul le travail peut payer comme on dit. Après des débuts laborieux, cette entreprise atteint sa vitesse de croisière.
L'engouement des étrangers pour la formation que nous proposons est certain à l'opposé des Algériens encore réticents et toujours méfiants envers les nouvelles méthodes d'apprentissage et de formation induits par les NTIC. La seule chose qui me peine est que Formadiesel reçoive très peu d'algériens alors que les étrangers surtout de pays africains font montre d'un intéressement inouï pour la formation que nous proposons. Je pense, au risque de me répéter, que les jeunes Algériens et les professionnels des moteurs sont encore réfractaires à une formation via internet et à passer à une nouvelle étape dans la pratique de leur métier de maintenance et de réparation des moteurs basée obligatoirement sur l'informatique, un outillage et d'appareils adéquats et la maîtrise de la technologie de l'EOBD permettant d'évaluer les composants électroniques comme le calculateur, les capteurs et les actionneurs. Je souhaiterais que d'autres universitaires se lancent dans la création de start-up et ainsi faire de Biskra un pôle technologique et de formation à dimension internationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.