Coupe de la CAF - 1⁄4 de finale (aller) : la JSK s'impose à Sfax    Le président Tebboune ordonne l'entame de l'exploitation de la mine de Gar Djebilet    Le Front Polisario appelle l'UA à la mise en œuvre de ses résolutions    L'agression sur les trains "inadmissible", poursuites judiciaires contre les auteurs    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Ouverture des frontières : Cinq vols quotidiens à partir du 1er juin    L'UNPA dénonce avec fermeté l'agression de l'occupation sioniste contre le peuple palestinien    Début du retrait des convocations aux examens du BAC et du BEM    Garde à vue « probablement » prolongée pour la journaliste Kenza Khetto, selon Radio M    Arsenal : Vers le come-back de Ramsey    Coronavirus : 117 nouveaux cas, 108 guérisons et 8 décès    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Distribution de 3 018 logements AADL après 20 ans de retard    La réouverture des frontières au menu    Aïn Hammurabi de Abdellatif Ould Abdellah : évocation innovante de la mémoire de sang perdue    Des Journées du film norvégien à Alger    La Chine pose son rover sur Mars    LE CHABAB PREND OPTION POUR LES DEMI-FINALES    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Situation stable dans les hôpitaux    Nouvelle opération de déstockage    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    "Non, ce n'est pas un problème d'hygiène de vie"    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Ahcène Mariche. poète et auteur : «Mes livres sont des supports didactiques»    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Israël et l'effet boomerang    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Gaza brûle...    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    Les causes d'une déconfiture    L'Anie sous haute surveillance    Le bouclier juridique    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'administration en sursis
Publié dans El Watan le 12 - 09 - 2017

«Dans l'ensemble, la rentrée s'est déroulée dans de bonnes conditions, puisque nous n'avons enregistré aucun mouvement ni préavis de grève menaçant de compromettre cette rentrée scolaire», a affirmé Bader Brahim, directeur de l'éducation de la wilaya de Béjaïa, qui nous a reçus dans son bureau.
Pour étayer ses propos, le responsable a expliqué que «le paramètre qui a permis d'évaluer cette rentrée est surtout l'absence de mouvements sociaux, qui, d'habitude, perturbent quelque peu la scolarité des enfants», avant de se féliciter de n'avoir enregistré, en ce début de l'année scolaire, aucune plainte «de la part des partenaires sociaux avec lesquels de nombreux problèmes ont été réglés, à l'image des dossiers des contractuels et des retraités».
Mais cette sérénité risque d'être perturbée par des problèmes d'ordre social et pédagogique, en dépit des moyens qui ont été mis à la disposition des apprenants.
Contrairement à ce que la ministre de l'Education a affirmé dans la presse, de nombreux projets de construction d'établissements scolaires susceptibles de faire face au problème de la surcharge des classes sont gelés dans la wilaya de Béjaïa.
Selon les chiffres de la direction de l'éducation, un programme consistant en la réalisation de 11 écoles primaires, 2 cantines scolaires et 7 établissements de l'enseignement moyen est bloqué.
Concernant les infrastructures parascolaires, trois projets de réalisation d'aires de jeu, de deux demi-pensions (réfectoire) et de trois UDS (unité de soin scolaire) sont également gelés dans le cadre de la politique d'austérité prônée par le gouvernement. Pour rappel, le secteur de l'éducation dispose d'une vingtaine d'UDS qui couvrent 75% des établissements scolaires à travers le territoire de la wilaya.
D'autres soucis pourraient refaire surface au cours de cette année. Il s'agit du problème de l'amiante soulevé par les parents d'élèves du technicum d'Iheddaden, dont le replacement de l'établissement tarde à venir, pour ne citer que cette affaire qui a marqué l'actualité locale l'année passée, au côté du récurrent problème de transport dont souffrent les élèves des zones rurales et dont la responsabilité incombe aux APC.
L'offre de l'administration, qui a été rendue publique par la cellule de communication de la wilaya, n'est pas de nature à renforcer le secteur en matière de places pédagogiques. D'après la même source, «deux nouvelles écoles primaires seront ouvertes au niveau de la commune de Béjaïa et d'Amizour, la réception d'un CEM à Tiniri, dans la daïra d'Akfadou (sans préciser la date de mise en service) et un lycée dans la commune de Toudja, daïra d'El Kseur».
Par ailleurs, plus de 187 700 élèves, tous paliers confondus, ont repris le chemin de l'école et sont encadrés par 13 283 enseignants.
Un nombre qui pourrait régler le problème de la vacance des postes dans les écoles. Ce chiffre est, en outre, conforté par la liste d'attente locale qui compte pas moins de 964 noms dans les trois paliers et dans laquelle la DE peut puiser en cas de besoin. «Nous pouvons également faire appel à la liste d'attente nationale après épuisement des listes locales», souligne notre interlocuteur.
Toutefois, l'encadrement administratif enregistre toujours un déficit estimé à 81 cadres. Sur ce chapitre, le recrutement n'a pas été à la hauteur des besoins réels. «Nous serons obligés de parer à ce manque en chargeant des fonctionnaires de missions de 7 proviseurs manquants dans les lycées et la substitution de 36 cadres dans chacun des paliers du primaire et du secondaire», préconise le directeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.