RND: Des dizaines de militants demandent le départ de Ouyahia    Tizi Ouzou, Bouira: Imposantes marches pour le printemps berbère    Une mascarade de plus au détriment de l'intérêt national    Le choix des armes    Rencontre des Fédérations de wilaya, aujourd'hui, à Alger: L'UGTA à l'heure du changement    128 millions de mètres cubes: Situation rassurante des réserves en eau    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    UAFA - Incident entre Raouraoua et Bahloul: La FAF réagit et exige des excuses    51 morts sur les routes en une semaine    Pour réclamer leur dû auprès de l'APC d'Oran: Des entreprises privées, chargées des démolitions des habitations protestent    Plusieurs quartiers et cités ciblés par l'opération: Vers la réhabilitation des façades de 433 immeubles    Le quart de rôle de Bensalah    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    En soutien aux revendications du Hirak populaire : Les avocats poursuivent le boycott des audiences    Transition politique : Me Brahimi plaide pour la mise en place d'une commission souveraine    Bourses : L'Europe finit en légère hausse avant le week-end de Pâques    CAN-2019 (préparation): Algérie - Mali le 16 juin à Abu Dhabi    FAC : L'AG élective fixée pour le 27 avril    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Création de zones de pêche réglementées : Pour une exploitation durable de la ressource halieutique    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    Ould Abbès obtient l'autorisation    13 présumés auteurs de crimes et délits interpellés    Légère baisse des importations    Un 39e anniversaire particulier    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Annoncée par Bensalah pour demain.. La conférence de concertation aura-t-elle lieu ?    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    Mois du patrimoine    La semaine du titre pour le Barça ?    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe
Publié dans El Watan le 16 - 01 - 2019

La décision prise samedi par les autorités zimbabwéennes de doubler le prix du carburant a fini par mettre le feu aux poudres, les Zimbabwéens n'en pouvant plus de la cherté de la vie. C'est la goutte qui a fait déborder le vase.
Le Zimbabwe traverse, depuis des années, une grave crise économique et financière qui a provoqué une inflation galopante. La majorité de la population vit au-dessous du seuil de pauvreté. La situation du pays s'est encore aggravée ces derniers mois, provoquant des pénuries de nombreux produits de base, dont le pétrole.
Depuis lundi, le pays est agité par des manifestations contre la vie chère, dont certaines ont dégénéré en affrontements violents entre protestataires et forces de l'ordre. Selon l'opposition, trois personnes au moins ont été tuées. «Selon nos informations, deux personnes ont été tuées à Chitungwiza (au sud de la capitale Harare) et une autre à Kadoma (centre)», a déclaré hier à la presse le porte-parole du Mouvement pour un changement démocratique (MDC), Jacob Mafume. «Beaucoup d'autres ont été blessées, certaines gravement», a-t-il ajouté.
Lundi soir, le ministre de la Sécurité, Owen Ncube, avait indiqué que les troubles avaient «provoqué des pertes en vie humaine», sans les chiffrer. Plusieurs ONG ont affirmé que les forces de l'ordre ont ouvert le feu à balles réelles contre les manifestants.
Un haut responsable de la Zanu-PF, Goodwills Masimirembwa, a accusé par contre le MDC et des organisations de la société civile «de mobiliser des voyous pour bloquer les routes» et «piller des magasins». «Ce niveau de brutalité ne sera pas toléré», a-t-il prévenu. Mais le MDC a nié toute implication. «Les organisateurs (de la grève générale) sont la ZCTU», a-t-il expliqué, se disant néanmoins «solidaire» de cette action.
Les forces de l'ordre ont à nouveau usé de gaz lacrymogènes hier pour déloger des protestataires à Bulawayo. Harare, la capitale, était quant à elle complètement bouclée par l'armée. L'accès à internet a été également brouillé.
L'organisation Reporters sans frontières (RSF) a dénoncé une mesure qui «n'est pas en adéquation avec le ‘‘Nouveau Zimbabwe''» que le président Mnangagwa entend promouvoir. «Le prédateur de la liberté de la presse, Robert Mugabe, avait fait exactement la même chose en 2016», a rappelé RSF.
Avec la hausse de samedi, le Zimbabwe devient le pays où le prix du carburant est le plus cher au monde (3,31 dollars le litre d'essence). Ce qui est somme énorme pour un citoyen lambda.
Il faut savoir que le Zimbabwe fait partie des pays les plus pauvres de l'Afrique australe. Si le PIB/habitant, qui s'élevait à 490 dollars en 2008, s'est graduellement redressé pour atteindre 1150 dollars en 2017, les conditions de vie restent précaires : 154e rang sur 188 pays en termes d'IDH, plus de 20% de la population vivent avec moins de 1,9 dollar par jour.
Emmerson Mnangagwa s'était engagé à sortir le pays du marasme économique, mais c'est visiblement l'inverse qui se produit. Héritant d'un pays en faillite et surendetté, lui et son gouvernement sont pratiquement impuissants face une crise qui risque à tout moment de les emporter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.