Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Fragile consensus politique en Libye    «Le Maroc dissimule ses pertes»    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Résultats Ligue 1    La CAF veut-elle reprogrammer le match ?    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    "Le vaccin pour tous"    Air Algérie dévoile son programme de vols    Plus de 200 locaux fermés    Situation des artistes au temps du coronavirus : Les temps sont durs !    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    Ils ont été débarqués au port de Ghazaouet: Près de 100 harraga expulsés d'Espagne    Construction automobile: «Aucun changement n'est prévu dans le cahier des charges»    Chômage et système «D»    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    Les unités de l'APLS continuent de viser des positions militaires de l'occupation marocaine    6e session du Forum parlementaire euro-méditerranéen : le Parlement algérien réaffirme le rejet de la résolution du PE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aïn El Hammam : Les objets anciens reprennent de la valeur
Publié dans El Watan le 26 - 01 - 2019

Comme nous avons eu à le constater lors des différentes expositions organisées dans la région de Aïn El Hammam, à l'occasion de la célébration de Yennayer, les objets anciens utilisés par nos aïeux ont repris toute leur valeur aux yeux du public.
Leurs propriétaires les gardent jalousement, leur réservant, selon eux, une place de choix dans la décoration de leurs salons.
«C'est un souvenir de mes grands parents qui l'ont hérité eux-mêmes de leurs ancêtres», nous dit un sexagénaire, qui nous montre un moulin manuel en pierre. Au niveau des stands, les visiteurs s'arrêtent pour demander les noms et l'usage de tous ces ustensiles dont certains ont presque disparu totalement. «Thagorsa», «akerdache» «achouari» et «thassirth», oubliés dans un coin de la maison en ruine, s'arrachent à prix d'or, alors qu'une charrue en bois fabriquée à la main et qui a servi il y a des décennies, est considérée comme un objet de décoration que peu de personnes peuvent se targuer de posséder. «Ce sont autant d'objets rappelant aux anciens leur jeunesse et un chapelet de souvenirs. Ce sont des objets qui ne se vendent pas», indique un jeune exposant, qui dit que des collectionneurs les ont abordés pour acheter certaines pièces.
«Leurs propriétaires nous les ont confiés pour cette mission et nous devons les leur restituer intacts», dit-il. Beaucoup d'amateurs d'antiquités tombent sous le charme du moulin, des lampes à l'huile et autres objets qui ont attiré les visiteurs et ont fait des envieux. Certains objets ont disparu et d'autres sont devenus rares, ce qui augmente encore leur valeur. Lors d'une exposition, un jeune de Tillilit exhibait une lampe à huile datant de plus d'un siècle, un spécimen rare qui trouverait une place de choix dans un musée.
«Dommage qu'on se soit rendu compte tard de la valeur de ces objets dont certains ont disparu à jamais, emportant avec eux un pan de notre histoire», dit-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.