Les élus de Béjaïa répondent au porte-parole du gouvernement : «C'est vous qui êtes illégitimes»    Constantine : L'autre visage du mouvement populaire    Vox populi ou le génie du peuple algérien    Un sit-in de soutien au procureur général de la cour de Ghardaïa    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Les pongistes Azzala et Belache retenus dans l'équipe africaine    En bref…    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    A Illizi : Bordj Omar Driss est en marche    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    Belkacem Boukherouf. Enseignant-chercheur à l'université de Tizi Ouzou, militant des droits de l'homme : Le combat identitaire est le marqueur démocratique en Algérie    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Soudan, une troisième révolution ?    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Pourquoi la conduite de la transition par les 3B aboutira à une impasse    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    Les précisions du gouvernement    L'ANP veille "sans répit"    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Historique rassemblement des magistrats devant la cour d'Alger
Publié dans El Watan le 15 - 03 - 2019

De nombreux magistrats se sont regroupés, hier, devant la cour d'Alger, pour réclamer «une justice libre et indépendante» et «un Etat de droit». Ils sont venus de cette juridiction mais aussi des nombreux tribunaux qui lui sont rattachés. C'es la première fois dans les annales de la justice que juges et avocats manifestent ensemble pour le respect des lois.
C'est un rassemblement unique dans l'histoire de la justice. Des magistrats de la cour d'Alger se sont regroupés hier, vers 13h, à l'entrée de cette plus importante juridiction du pays, pour clamer haut et fort «Adala horra moustakila» (justice libre et indépendante). Vêtus de leurs robes, certains drapés de l'emblème national, ils ont hissé de nombreuses pancartes sous lesquelles on pouvait lire : «Lorsque finit la justice commence la dictature» ; «Pour le respect de la séparation des pouvoirs» ; «Non à la violation de la Constitution» ; «Oui à une justice indépendante».
Des dizaines d'avocats les ont rejoint avec des drapeaux et les mêmes slogans, sous les applaudissements et les youyous. Une ambiance très particulière, que beaucoup n'hésitent pas à immortaliser, «pour l'histoire», avec des photos et des vidéos. Un des magistrats a pris la parole pour «saluer nos collègues avocats qui nous ont fait sortir de notre silence. Nous faisons partie de ce peuple et nous jugeons en son nom.
Nous ne pouvons être en marge de ses revendications. Nous aussi, nous voulons une justice indépendante, qui protège les avocats, les médecins, les universitaires, les journalistes, les policiers, les gendarmes, les fonctionnaires, etc. Une justice forte qui protège tous les citoyens en respectant la loi. Nous voulons des juges qui ne se soumettent qu'à la loi, des juges qui appliquent la loi. Nous voulons un Etat de droit, une nouvelle République où tous les Algériens seront égaux devant la loi.»
«L'espoir est permis»
Lu d'une voix forte, ce message a été fortement applaudi par une assistance très nombreuse, avant que l'hymne national ne soit chanté en chœur. «Je suis décidé à aller jusqu'au bout, avec mes nombreux collègues, pour faire en sorte que la loi soit au dessus de tous», nous dit un jeune juge du tribunal de Sidi M'hamed. Même déclaration d'un procureur de Bir Mourad Raïs, qui promet qu'«aucun manifestant pacifique ne va être jugé par nos soins. Nous allons imposer le respect des lois et rien que les lois».
C'est vraiment l'euphorie. Pour nombre d'avocats, ce moment est historique. «Jamais je n'aurais pensé vivre une telle émotion. Voir les avocats et les juges regroupés dans un rassemblement pour l'Etat de droit était pour moi utopique», lance maître Amine Sidhoum. Maître Chaib est aussi ému que ses confrères : «C'est magnifique. Nous sommes ent rain d'aller vers une nouvelle Algérie. L'espoir est permis…» Maître Mokrane Aït Larbi est lui aussi dans cette euphorie, tout comme les avocats Melah et Haboul, qui voient l'aube d'une nouvelle république se lever. «Désormais, une nouvelle Algérie est en train de se réveiller», lance maître Debouz.
En fait, les magistrats ont répondu à l'appel du Club des magistrats, une nouvelle organisation syndicale en voie de création, rendu public à travers les réseaux sociaux et dans lequel les juges ont été exhortés à exprimer leur solidarité avec les manifestations contre le 5e mandat et pour des changements à travers des sit-in dans les cours, mais aussi à refuser tout encadrement de l'opération électorale.
Les premiers magistrats à avoir organisé des rassemblements sont ceux de Béjaïa, Tizi Ouzou, Guelma et Khenchela, suivis de leurs collègues de Bouira, Constantine, Sidi Bel Abbès, Ouargla, Boumerdès. C'est la première fois que la corporation des magistrats brise le mur de la peur et du silence, en exprimant sa position par rapport à ce qui se passe dans le pays.
Le rassemblement devant la cour d'Alger a été une véritable surprise pour beaucoup et risque de pousser les plus récalcitrants à suivre le mouvement de contestation. Pour sa part, le barreau d'Alger a rendu public un communiqué dans lequel il rejette les décisions contenues dans la lettre attribuée au Président, derrière laquelle se trouvent des cercles occultes : «Nous considérons ces mesures comme une grave dérive dans l'exercice du pouvoir dans la mise en œuvre de mécanismes non constitutionnels pour détourner les revendications du peuple qui consistent à refuser la continuité du régime.»
De ce fait, le conseil de l'Ordre d'Alger a appelé au «respect de la volonté populaire, à la poursuite des marches de protestation pacifiques et à soutenir les revendications du peuple à aller vers une période de transition, un gouvernement de consensus représentatif de toutes les couches de la société».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.