L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Abdelaziz Belaïd officiellement partant    Le clan de Djemaï ne cède pas les commandes    Des acteurs de la révolution du 22 février tentent de s'organiser    Imminent changement à la tête des médias publics    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Vers la fermeture de l'usine Renault    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Le GSP (Dames) et le CRBBA (Messieurs) sacrés    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Le labyrinthe    Le wali délégué de Draâ Errich installé    Grave incendie dans une école primaire    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Deux foires commerciales ravagées par les flammes    Sit-in des souscripteurs AADL    Découverte d'une microplantation de cannabis    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    ...sortir ...sortir ...sortir ...    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Les maires de Béjaïa tournent le dos au scrutin    Béjaïa : Les manifs continuent    Procès de Louisa Hanoune : L'Alternative démocratique réclame sa «relaxe»    Indices    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Coupe arabe : La JS Saoura prépare Al Shabab    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    FAF - Frais d'engagement des clubs: Délai prolongé jusqu'au 31 décembre    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'Algérie à la croisée des chemins : Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Google Pixel 4 et Pixel 4 XL attendus pour la mi-octobre    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Horreur à Oum El-Bouaghi    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Louh rappelle l'obligation de réserve
Publié dans La Nouvelle République le 12 - 03 - 2019

Fait sans précédent dans leur histoire depuis l'indépendance, des magistrats ont abandonné l'obligation de réserve à laquelle leur fonction les astreints et ont rejoint le mouvement de protestation engagé déjà par les avocats face à la candidature du Président sortant pour un cinquième mandat, à l'occasion de la présidentielle du 18 avril. Ils ont exprimé leur revendication d'un Etat de droit et une justice indépendante.
Ils ont appelé à prendre part aux rassemblements de protestation prévus devant les juridictions du pays pour montrer ainsi que les magistrats, qu'ils sont du peuple et pour le peuple. Ils ont annoncé ne pas accepter de prendre part ou de diriger l'opération électorale. Ils ont inscrit sur leurs banderoles des mots d'ordre qui convergent avec ceux des manifestations de rues des autres catégories de la population et aussi des slogans spécifiques à leur profession comme l'indépendance de la justice ou la solidarité entre les juges, les avocats et les greffiers qui sont «d'une même famille». Ils appuient la revendication populaire de manifester pacifiquement et appellent au respect de la Constitution. De toute évidence, en réaction au mouvement des magistrats, le ministre de la Justice, Garde des sceaux, Tayeb Louh, cité par l'APS, a affirmé lundi à Alger qu'un pouvoir judiciaire impartial, à l'abri des tiraillements politiques, était le gage de la sécurité et de la stabilité de la nation.
Dans son allocution lors de la cérémonie organisée par le ministère de la Justice, à l'occasion de la Journée de la femme, M. Louh a indiqué qu' «un pouvoir judiciaire impartial, à l'abri des tiraillements politiques et la pluralité des processus et visions constituent le gage de la sécurité et de la stabilité de la nation», insistant sur «l'importance de la préservation des acquis réalisés en termes d'instances et d'institutions, sans lesquels on ne saurait parler d'un choix démocratique, sûr et sécurisé». Le ministre a rappelé que «l'engagement des magistrats, en toutes circonstances, à se conformer à l'obligation de réserve et à s'éloigner de tout ce qui pourrait attenter à leur impartialité et à leur indépendance, sont autant de valeurs qu'ils s'étaient engagés à respecter lors de la prestation de serment».
«Le magistrat doit faire preuve d'équité, de loyauté, de probité et de fidélité aux principes de la justice», a-t-il ajouté, exprimant sa conviction que le magistrat «a pleinement conscience du poids de la responsabilité qui lui incombe», d'où la nécessité de voir «cette responsabilité répondre aux principes stipulés dans les statuts et le code d'éthique de cette profession». Le pouvoir judiciaire «est conscient de sa responsabilité constitutionnelle, car constituant un pouvoir indépendant exerçant ses devoirs dans le cadre de la loi sur la base de la légalité et de l'égalité».
Pour le ministre de la Justice, le peuple algérien «uni dans les épreuves, est capable de surmonter toutes les étapes sensibles et consolider les acquis réalisés, en tête desquels l'unité du pays contre toute infiltration, la préservation de la sécurité et de la stabilité, l'instauration de la quiétude et la construction d'un avenir plus prospère». De leur côté, les avocats ont repris également leur mobilisation dans de nombreuses villes à travers le pays contre le 5ème mandat pour le Président sortant et ont organisé des rassemblements devant les Cours et les palais de justice.
Ils étaient des centaines du barreau d'Alger, revêtus de leurs robes noires, à se rassembler devant la Cour d'Alger, brandissant le drapeau national et ont répété des slogans popularisés lors des manifestations et ont appelé au respect de la constitution.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.