Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rassemblement historique des magistrats devant la cour d'Alger
Publié dans El Watan le 14 - 03 - 2019

De nombreux magistrats d'Alger se sont regroupés jeudi devant la cour d'Alger, pour réclamer « une justice libre et indépendante » et un Etat de droit ». Ils sont venus de cette même juridiction mais aussi de nombreux tribunaux qui lui sont rattachés. C'es la première fois dans les annales de la justice que juges et avocats manifestent ensemble pour le respect des lois…..
C'est un rassemblement unique dans l'histoire de la justice. Des magistrats de la cour d'Alger se sont regroupés jeudi, vers 13 h, à l'entrée de cette plus importante juridiction du pays, pour clamer haut et fort : « Adala horra moustakila » (Justice libre et indépendante) ». Vêtus de leurs robes, et certains drapés de l'emblème national, ils ont hissé de nombreuses pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « lorsque fini la justice commence la dictature », « pour le respect de la séparation des pouvoirs », « non à la violation de la constitution », « oui pour une justice indépendante ». Des dizaines d'avocats les rejoignent avec des drapeaux et les mêmes slogans, sous les applaudissements et les youyous. Une ambiance très particulière, que beaucoup n'hésitent pas à « la mémoriser, pour l'histoire », avec des photos et des vidéos.
Un des magistrats prend la parole pour saluer les «collègues avocats qui nous ont fait sortir de notre silence. Nous faisons partie de ce peuple et nous jugeons en son nom. Nous ne pouvons être en marge de ses revendications. Nous aussi, nous voulons une justice indépendante qui protège les avocats, les médecins, les universitaires, les journalistes, les policiers, les gendarmes, les fonctionnaires etc. Une justice forte qui protège tous les citoyens en respectant la loi. Nous voulons des juges qui ne se soumettent qu'à la loi, des juges qui appliquent la loi. Nous voulons un Etat de droit, une nouvelle République où tous les Algériens seront égaux devant la loi… ».
Lu d'une voix assez forte, le message est fortement applaudi par une assistance très nombreuse, avant que l'hymne nationale ne soit chanté en chœur. « Je suis décidé à aller jusqu'au bout , avec mes nombreux collègues, pour faire en sorte que la loi soit au dessus de tous », nous dit ce jeune juge du tribunal de Sidi M'Hamed. Même déclaration est faite par un procureur de Bir Mourad Rais, qui promet « qu'aucun manifestant pacifique, ne va être jugé par nos soins. Nous allons imposer le respect des lois et rien que les lois.. ». C'est vraiment l'euphorie.
Pour bon nombre d'avocats, ce moment est historique. « Jamais je n'aurai pensé vivre une telle émotion. Voir les avocats et les juges regroupés dans un rassemblement pour l'Etat de droit était pour moi utopique… », lance Me Amine Sidhoum. Me Chaib est aussi ému que ses confrères. « C'est magnifique. Nous sommes en train d'aller vers une nouvelle Algérie. L'espoir est permis… », nous dit-il. Me Mokrane Ait Larbi, est lui aussi dans cette euphorie, tout comme les Mes Melah et Haboul, qui voient l'aube d'une nouvelle république se lever. « Désormais, une nouvelle Algérie est en train de se réveiller », lance Me Debouz.
En fait, les magistrats ont répondu à l'appel du « Club des magistrats », une nouvelle organisation syndicale en voie de création, rendu public à travers les réseaux sociaux et dans lequel, il exhortait les juges à exprimer leur solidarité avec les manifestations contre le 5ème mandat et pour des changements à travers des sit-in dans les cours, mais aussi à refuser tout encadrement de l'opération électorale. Les premiers magistrats qui ont organisé des rassemblements sont ceux de Bejaia, Tizi Ouzou, Guelma et Khenchela, suivis de leurs collègues à Bouira, Constantine, Sidi Bel Abbes, Ouargla, Boumerdes.
C'est la première fois que la corporation des magistrats brise le mur de la peur et du silence, en exprimant sa position par rapport à ce qui se passe dans le pays. Le rassemblement devant la cour d'Alger a été une véritable surprise pour beaucoup, et risque de pousser les plus récalcitrants à suivre le mouvement de contestation.
Pour sa part, le barreau d'Alger a rendu public un communiqué dans lequel il rejette les décisions contenues dans la lettre attribuée au président, «derrière laquelle se trouvent des cercles occultes. Nous considérons ces mesures une grave dérive dans l'exercice du pouvoir dans la mise en œuvre de mécanismes non constitutionnels pour détourner les revendications du peuple qui consistent à refuser la continuité du régime ». De ce fait, le conseil de l'ordre d'Alger a appelé au respect de la volonté populaire à , à la poursuite des marches de protestations pacifiques et à soutenir les revendications du peuple à aller vers une période de transition, un gouvernement de consensus représentatif de toutes les couches de la société .. ; »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.