Réactions aux discours de Gaïd Salah: Même le FLN ne croit pas à une présidentielle le 4 juillet    Ils ont été aspergés de lacrymogène: Les étudiants ont marché vers le palais du Gouvernement    France: Le trafic aérien vers l'Algérie en baisse    Le verbe et la bonne foi    Les sinistrés d'Aïn El Turck en appellent au wali: Plus de 200 familles recasées attendent un relogement depuis 20 ans    Le chantier des logements ruraux d'Oued Tlelat passé au peigne fin: Des instructions pour lever toutes les contraintes sur les bénéficiaires    Des vendeurs de grillades à chaque coin de rue: Un commerce nocturne éphémère... mais florissant    Dans ma tête un rond-point !    FLN et TAJ appuient    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La ville d'Oran en ébullition : Un seul mot d'ordre : «On n'est pas dupes, dégagez !»
Publié dans El Watan le 16 - 03 - 2019

Loin de faiblir, la mobilisation contre le prolongement du 4e mandat de Abdelaziz Bouteflika a drainé, hier à Oran, des centaines de milliers de manifestants. Il y avait autant de monde hier que lors de la marche historique du 8 mars dernier, c'est dire combien les Oranais ne sont pas dupes, et n'ont pas avalé la dernière «ruse» du pouvoir en place.
Des manifestants par centaines de milliers sont sortis dans les rues pour sommer le «système» de prendre ses cliques et ses claques et de déguerpir vaille que vaille. La joie et le soulagement étaient perceptibles sur les visages, car beaucoup, en effet, suite à l'annonce de Bouteflika le 11 mars dernier, craignaient qu'il y ait, en cet «acte IV du hirak algérien», moins de monde que les vendredis précédents. «Je n'en dormais pas la nuit, raconte une manifestante. J'avais peur que les gens avalent la duperie du pouvoir et se résignent à rentrer chez eux. A voir tant de monde aujourd'hui, dans les rues, cela me donne du baume au cœur. Je suis folle de joie !»
Dès 13h, les Oranais ont commencé à se rassembler à la place du 1er Novembre, et le cortège s'est ébranlé seulement lorsque la foule était assez compacte. A mesure que la procession avançait vers le boulevard Emir Abdelkader, puis la rue Larbi Ben M'hidi, la place Hoche et la place des Victoires, des gens affluaient des petites ruelles pour grossir les rangs des manifestants. Au final, la ville était comme en ébullition, des manifestants saturant le moindre petit carré d'espace public. Des vagues de milliers de manifestants marchaient simultanément à la fois devant le siège de la wilaya, la rue Larbi Ben M'hidi, le rond-point Zabana, le Front de mer, ou encore la place du 1er Novembre. Cela créait une joyeuse pagaille dans la ville, mais néanmoins aux antipodes du chaos que présageaient les gens du pouvoir.
Parmi les slogans en vogue qu'on pouvait lire sur les banderoles, Bouteflika, Bedoui et Lamamra en ont pris pour leur grade. «Bedoui, c'est bien toi qui était derrière la fraude des dernières législatives et locales, comment peut-on te faire confiance ?» lit-on sur une pancarte. «Non au prolongement, on veut que vous dégagiez !», «Silmia, joumhouria tania, Bouteflika matzidch tqiqua !» (ndlr : Pacifique ! oui à une IIe République, et Bouteflika, tu ne resteras pas une minute de plus !», «Pardon les harraga d'avoir mis autant de temps à vous comprendre !», «Pas de prolongation, le match est fini et les arbitres sont corrompus !» L'humour, bien sûr, était aussi de mise : «Est-ce normal que ce soit mon ex. qui choisisse ma future femme ?»
Bien que n'étant plus aux affaires, certains manifestants n'ont pas pu résister au plaisir de lancer quelques piques à Ouyahia. Jusqu'à l'heure où cet article est mis sous presse, les manifestants étaient toujours à la place du 1er Novembre et la rue Larbi Ben M'hidi, dans un esprit de fête et de joie, où la musique et la bonne humeur avaient une place de choix. On peut dire qu'il s'était agi, hier, de la communion de tout un peuple : femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, riches et pauvres, tout le monde était dans la rue, dans un esprit fraternel, pour dire : «Non à la maffia !», «Oui à un Etat de droit !», «Oui à une IIe République !»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.