Une secousse tellurique de magnitude 3.6 enregistré à Jijel    Arsenal : Vers un retour en Liga pour Ceballos, mais pas forcément au Real    Le MSP participera au processus de réformes nationales    Des mesures pour la réalisation du plus grand nombre de silos de céréales    Révision de la Constitution: pour la consolidation et l'indépendance de la justice    Hand/CAN-2020 (demi-finale): l'Algérie battue par l'Egypte (27-30)    Futsal/CAN à Laâyoune occupée: une violation flagrante du droit international    Tizi-Ouzou: hommage et recueillement à la mémoire de Matoub Lounes    ESCROQUERIE : Mandat d'arrêt international contre le Promoteur ‘'Messaoud''    UGTA : Salim Labatcha s'engage à mettre de l'ordre    TIZI OUZOU : Démantèlement d'un réseau de criminels    SURETE NATIONALE : 206 inspecteurs principaux promus    Les manifestants exigent la libération des détenus    REGLEMENT DE LA CRISE LIBYENNE : Abderrazak Makri soutient la diplomatie algérienne    DEUX HARRAGA MORTS ET 19 AUTRES PORTES DISPARUS : Les familles demandent l'intervention des autorités à Tiaret    ROSFA (TIARET) : Des protestataires défoncent un portail de la mairie    INFRACTIONS ET CONTRAVENTIONS A TISSEMSILT : 576 affaires traitées en décembre    AMENAGEMENT EXTERIEUR DES LOGEMENTS AADL2 : Levée des entraves administratives à Constantine    Bouhired décorée par le président tunisien    Salon de l'agriculture d'Oran: des démarches pour donner une impulsion à la cuniculture    Equateur: plusieurs organisations réitèrent le soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Coupe de la Turquie: Feghouli et Galatasaray qualifiés    Cyclisme/Tropicale Amissa Bongo (5e étape) : victoire de l'Algérien Reguigui    Sahara occidental: Podemos dénonce les manœuvres expansionnistes du Maroc    Football/ révision des statuts : installation d'une commission ad hoc    MDN: large campagne sanitaire au profit des habitants de zones enclavées à Biskra et Touggourt    Rezig préside une réunion consacrée à l'examen de la problématique du transport de marchandises    Un vaccin contre le nouveau coronavirus pourrait être prêt dans trois mois    La communication du président ou l'art de marquer contre son propre camp    Adoption de la proposition algérienne visant l'amendement du statut le CJCA    AS Monaco: Une offensive du PSG pour Slimani ?    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Belmadi : "Le Burkina Faso est un sérieux concurrent"    Les agriculteurs s'inquiètent    Dialogue interlibyen : Alger accélère les préparatifs    «L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali»    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    Ligue des champions d'Afrique : WAC - USMA, vendredi à 20h00 - A quitte ou double pour les Algériens    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La ville d'Oran en ébullition : Un seul mot d'ordre : «On n'est pas dupes, dégagez !»
Publié dans El Watan le 16 - 03 - 2019

Loin de faiblir, la mobilisation contre le prolongement du 4e mandat de Abdelaziz Bouteflika a drainé, hier à Oran, des centaines de milliers de manifestants. Il y avait autant de monde hier que lors de la marche historique du 8 mars dernier, c'est dire combien les Oranais ne sont pas dupes, et n'ont pas avalé la dernière «ruse» du pouvoir en place.
Des manifestants par centaines de milliers sont sortis dans les rues pour sommer le «système» de prendre ses cliques et ses claques et de déguerpir vaille que vaille. La joie et le soulagement étaient perceptibles sur les visages, car beaucoup, en effet, suite à l'annonce de Bouteflika le 11 mars dernier, craignaient qu'il y ait, en cet «acte IV du hirak algérien», moins de monde que les vendredis précédents. «Je n'en dormais pas la nuit, raconte une manifestante. J'avais peur que les gens avalent la duperie du pouvoir et se résignent à rentrer chez eux. A voir tant de monde aujourd'hui, dans les rues, cela me donne du baume au cœur. Je suis folle de joie !»
Dès 13h, les Oranais ont commencé à se rassembler à la place du 1er Novembre, et le cortège s'est ébranlé seulement lorsque la foule était assez compacte. A mesure que la procession avançait vers le boulevard Emir Abdelkader, puis la rue Larbi Ben M'hidi, la place Hoche et la place des Victoires, des gens affluaient des petites ruelles pour grossir les rangs des manifestants. Au final, la ville était comme en ébullition, des manifestants saturant le moindre petit carré d'espace public. Des vagues de milliers de manifestants marchaient simultanément à la fois devant le siège de la wilaya, la rue Larbi Ben M'hidi, le rond-point Zabana, le Front de mer, ou encore la place du 1er Novembre. Cela créait une joyeuse pagaille dans la ville, mais néanmoins aux antipodes du chaos que présageaient les gens du pouvoir.
Parmi les slogans en vogue qu'on pouvait lire sur les banderoles, Bouteflika, Bedoui et Lamamra en ont pris pour leur grade. «Bedoui, c'est bien toi qui était derrière la fraude des dernières législatives et locales, comment peut-on te faire confiance ?» lit-on sur une pancarte. «Non au prolongement, on veut que vous dégagiez !», «Silmia, joumhouria tania, Bouteflika matzidch tqiqua !» (ndlr : Pacifique ! oui à une IIe République, et Bouteflika, tu ne resteras pas une minute de plus !», «Pardon les harraga d'avoir mis autant de temps à vous comprendre !», «Pas de prolongation, le match est fini et les arbitres sont corrompus !» L'humour, bien sûr, était aussi de mise : «Est-ce normal que ce soit mon ex. qui choisisse ma future femme ?»
Bien que n'étant plus aux affaires, certains manifestants n'ont pas pu résister au plaisir de lancer quelques piques à Ouyahia. Jusqu'à l'heure où cet article est mis sous presse, les manifestants étaient toujours à la place du 1er Novembre et la rue Larbi Ben M'hidi, dans un esprit de fête et de joie, où la musique et la bonne humeur avaient une place de choix. On peut dire qu'il s'était agi, hier, de la communion de tout un peuple : femmes et hommes, jeunes et moins jeunes, riches et pauvres, tout le monde était dans la rue, dans un esprit fraternel, pour dire : «Non à la maffia !», «Oui à un Etat de droit !», «Oui à une IIe République !»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.