Real : Zidane prend les choses en main avec Ramos    Pyongyang répond par une insulte aux critiques de Bolton    Les aliments les plus indiqués pour détoxifier le foie    Sahara Occidental : Pour les Sahraouis, la France a saboté le travail de Köhler    Sport : Des champions internationaux oubliés    11 milliards pour l'aménagement des plages    Béni Amrane : 70 familles sans eau ni électricité    Douadi Boussella. Poète : Une passion dans les veines    Le dossier de 12 hauts responsables transmis par le parquet d'Alger: Ouyahia, Sellal et d'autres ministres devant la Cour suprême    Election présidentielle: Une équation sans inconnues ?    Transition politique: Nabni se penche sur huit expériences démocratiques concluantes    Pluies au Centre et à l'Est: Des inondations et des coupures d'électricité    Alger: Incendie à l'hôpital Nefissa Hamoud    Médéa: Trois morts dans une collision    Le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab: «L'Etat ne reviendra pas sur la règle du 51/49»    La pénétrante de Oued Ouchayeh dans un sale état    Jérôme Boateng sur le départ    Lopetegui convoité pour remplacer Sarri?    Le GS Pétroliers passe en finale    Le FFS appelle à un dialogue sans prélable    Faudrait-il un Poutine pour l'Algérie?    L'avion de l'opposant Katumbi attend l'autorisation d'atterrir à Goma    Le chef du Conseil de transition se rend en Egypte    Comme en 1962? Comme en 1992?    Le Thought 4 Food s'invite à Annaba    Saisie de 7,4 tonnes de cannabis au large de l'Algérie    Treize blessés dans la collision de deux bus    Amazon Prime Video, bientôt lancé en France, menace Netflix    Fermé depuis 27 ans, le Mausolée royal de Maurétanie rouvre    Le Hirak sur la planète Mars    Le site Medias DZ a fait un sondage sur les programmes du Ramadhan    Européennes : LREM entre le marteau des gilets jaunes et l'enclume des divisions internes    Journée de l'Afrique: Une Afrique unie, intégrée, en paix et prospère    Tournoi de Sassari : Médaille de bronze pour Fateh Benferdjellah    MC Oran : le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Japon : Baisse des exportations pour un cinquième mois consécutif    A Oran : Les superficies consacrées aux arbres fruitiers et à la vigne en baisse    Gouvernement : Nouvelles nominations à la tête d'entreprises publiques clés    Situation en Libye : Smail Chergui dénonce une guerre par procuration    L'Algérie s'opposera à la transaction    La feuille de route des Moudjahidine    Le gouvernement annonce le gel des poursuites    Lacunes de sécurité et mauvaise exploitation    Quel Brexit sans Theresa May ?    Programme du Planétarium de Chenoua pour lemois de Ramadhan    La Palme d'or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conférence de solidarité avec le peuple sahraoui en Afrique du Sud : Un cadre pour «éliminer les vestiges du colonialisme»
Publié dans El Watan le 27 - 03 - 2019

Initiée par la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), la conférence de solidarité avec le peuple sahraoui est entrée, hier à Pretoria, dans sa deuxième journée. Elle est notamment marquée par le discours du président de la République sahraouie, Brahim Ghali.
Dans son intervention, il a relevé, selon l'APS, la nécessité d'élaborer un plan et un mécanisme d'accompagnement et de suivi des travaux, comme il a affirmé que «le cadre de solidarité avec la République sahraouie devra aboutir à éliminer, une fois pour toutes, les vestiges du colonialisme et de l'apartheid, dans le continent africain».
Rappelant que le peuple sahraoui demeure attaché à ses droits et à la lutte par «tous les moyens légitimes, jusqu'à la réalisation de sa pleine souveraineté sur tout le territoire de son Etat indépendant», le président sahraoui a salué la tenue de la conférence de solidarité avec le peuple sahraoui. Conférence qui constitue «un rappel de décisions historiques, telles que la décision de la Cour internationale de justice de 1975 rejetant la prétendue souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental» ou les décisions de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) de 2016 et 2018, qui ont statué que «le Sahara occidental et le royaume du Maroc sont deux pays distincts et interdisent l'exploitation des ressources naturelles sahraouies sans le consentement du peuple sahraoui, par l'intermédiaire de son représentant légitime et unique, le Front Polisario».
Il s'agit aussi d'un message adressé au Maroc et à ses partenaires, en particulier l'Union européenne (UE), pour qu'ils «cessent immédiatement le pillage et l'exploitation illégale des ressources naturelles du peuple sahraoui». Dénonçant la violation flagrante par le Maroc de l'Acte constitutif de l'Union africaine (UA), en particulier celui portant sur le respect des frontières héritées de l'indépendance, B. Ghali a appelé à l'adoption de mesures urgentes et adéquates pour mettre fin à cette situation.
Et d'observer : «Un Etat africain, le royaume du Maroc, membre de l'organisation continentale, occupe illégalement des parties du territoire d'un autre Etat africain, la République sahraouie, membre fondateur de l'Union africaine.»R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.