Souk n'Tlata : Le chantier du barrage bloqué    24 heures    Bouzeguène : La crèche communale affectée à l'association des handicapés    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Barrage de Taksebt : Taux de remplissage de 64%    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    Financement non-conventionnel: 900 milliards de dinars mobilisés pour couvrir le déficit    L'Ansej réitère: Pas d'effacement des dettes mais un rééchelonnement    Conférence de Palerme: Ouyahia appelle à l'arrêt des interférences étrangères en Libye    Une provocation visant à créer les conditions d'un assaut «final» contre Ghaza    EN - Conférence de presse de Djamel Belmadi: «Etre plus réalistes face au Togo»    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    USM Alger: Un point et des satisfactions    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Lutte contre l'immigration clandestine: 36 harraga dont une femme et un enfant devant le tribunal d'Aïn El-Turck    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    Dans un nouveau rapport: Le FMI prévoit un prochain ralentissement de la croissance en Algérie    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Refus des visas par les consulats français en Algérie    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Début des grandes manœuvres avant Lomé    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Secteur agricole à Boumerdès : Les retenues collinaires sous-exploitées
Publié dans El Watan le 18 - 04 - 2010

Sur les 45 retenues collinaires réalisées dans la wilaya de Boumerdès, seules une dizaine sont utilisées par les agriculteurs. L'irrigation dépend en grande partie des eaux pluviales.
Le secteur de l'agriculture manque d'eau dans la wilaya de Boumerdès. Le développement de ce secteur névralgique dépend toujours des eaux pluviales. Et pour cause, les retenues collinaires et les barrages d'irrigation qui ont été réalisés pour remédier aux problèmes du manque d'eau sont pratiquement tous sous-exploités. L'état dans lequel se trouvent ces ouvrages démontre que les objectifs de modernisation de l'agriculture tracés par la tutelle, sont loin d'être atteints dans cette région à vocation agricole.
Les difficultés auxquelles font face les fellahs pour arroser leurs champs contredisent totalement les chiffres avancés par les responsables en charge de la gestion des ressources hydriques dans la wilaya, lesquels font état de l'existence de 298 forages et 1540 puits. Ces derniers sont exploités dans l'irrigation. Ainsi, parmi les 45 retenues collinaires qui y ont été réalisées, seules une dizaine d'entre elles seraient « utilisées » par les agriculteurs aujourd'hui.
Certaines comme celles des communes de Chaâbet El Ameur et des Issers sont envasées et embourbées et ne contiennent pas suffisamment d'eau, alors que d'autres sont devenues inaccessibles. Outre cela, les trois barrages d'irrigation (d'une capacité d'emmagasinage de 7,9 hm3) dont dispose cette wilaya, en l'occurrence ceux de Naciria, Sidi Daoud et Cap Djinet ne sont pas d'un grand apport pour les agriculteurs. Les réseaux qui y ont installés pour irriguer les terres agricoles des alentours sont corrodés depuis plusieurs années. Les équipements mis en place dans le but d'aider les paysans des communes concernées d'accroître leur rendement, sont tous inopérants.
Certains, à l'instar de la station de pompage du barrage de Sidi Daoud et le transformateur de celui de Cap Djinet sont saccagés par les groupes terroristes au début de la décennie noire. Alors que d'autres, à l'instar des stations de pompage de Cap Djinet, sont très vétustes. Aujourd'hui, l'eau de ces ouvrages n'est utilisée que par les propriétaires des parcelles riveraines. Celui de Sidi Daoud est devenu inaccessible en raison de la dégradation des axes routiers y menant.
Les mêmes carences ont été relevées également au niveau du barrage de la commune de Naciria, d'une capacité de 1,38 hm3. Là, le réseau destiné pour l'irrigation de 500 hectares de terres agricoles n'est pas encore mis en service. La direction des services agricoles a rénové une partie, mais celle-ci n'est pas encore réceptionnée en raison des fuites signalées lors des premiers essais. En sus de cela, les agriculteurs se plaignent de l'absence de station de pompage en amont du barrage et des retards mis par la DSA à installer les réducteurs de pression pour remédier au problème des fuites à l'avenir.
Certains responsables proches du secteur soulignent que la gestion de ces barrages est une mission très délicate. Elle a été confiée, dans un premier temps, à l'Agence nationale des barrages et transferts (ANBT) puis à l'Office des périmètres irrigués de Baghlia en 1996. Mais ce dernier a été dissout en 2005 suite à l'accumulation des dettes et la cessation d'activités. Face à cette situation, les services concernés ont décidé, en guise de solution, de faire participer les agriculteurs dans l'exploitation de l'eau de ses ouvrages. C'est ainsi qu'il a été décidé de ne rien entreprendre sans leur implication à travers la création d'associations d'irrigants.
Mais, ces derniers se montrent peu intéressés par cette solution qui est devenue désormais une condition sine qua non pour la satisfaction de leurs revendications. « Pour le moment il n'y a qu'une seule association qui a été créée à Naciria, mais elle n'a rien entrepris puisque le réseau rénové par la Kanagaz n'est pas encore mis en service », notent nos sources, qui précisent que « l'eau des barrages en question a été concédée récemment pour la chambre de l'agriculture qui s'est engagée à la gérer de manière rationnelle ». Il est utile de noter enfin que la direction de l'hydraulique a proposé l'étude et la réalisation de 12 nouvelles retenues collinaires au terme du programme quinquennal en cours. Ces propositions ont été faites, selon nos sources, sur la base des engagements pris par les agriculteurs des communes qui vont en bénéficier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.