Edition du 24/05/2019    Oran : Circoncision de 303 enfants au CHUO    Monchi veut Bensebaini au FC Séville    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Une saison à blanc pour le WO Boufarik    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    Le duel jusqu'au bout !    Bientôt un nouveau procès    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Mascara: Saisie de fausse monnaie, un mandat de dépôt    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le MC Oran exposé à la saignée    Le gouvernement pris en étau    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Editions Casbah. L'Outrage fait à Sarah Ikker, nouveau roman de Yasmina Khadra : En quête d'une Tangerine passion
Publié dans El Watan le 21 - 04 - 2019

Dans un post sur Facebook datant du 18 avril, Yasmina Khadra avait déjà annoncé la bonne nouvelle littéraire : «Mon premier roman marocain. En attendant mon roman tunisien. Pour un Maghreb sans frontières.
L'Outrage fait à Sarah Ikker paraîtra le 2 mai 2019. L'histoire tourne autour d'un couple installé à Tanger, qui semble filer le parfait amour jusqu'à ce que le scandale l'éclabousse.
Après deux semaines de dépression, l'époux va tout tenter pour identifier celui qui a profané sa vie conjugale…». Le quatrième de couverture de L'Outrage fait à Sarah Ikker en guise de pitch résume : «Sarah aurait tant aimé que son mari se réveille et qu'il la surprenne penchée sur lui, pareille à une étoile veillant sur son berger.
Mais Driss ne se réveillera pas. Restitué à lui-même, il s'était verrouillé dans un sommeil où les hantises et les soupçons se neutralisaient, et Sarah lui en voulait de se mettre ainsi à l'abri des tourments qui la persécutaient.
Aucun ange ne t'arrive à la cheville lorsque tu dors, mon amour, pensa-t-elle. Pourquoi faut-il qu'à ton réveil tu convoques tes vieux démons, alors qu'il te suffit d'un sourire pour les tenir à distance ?»
Couple comblé, Sarah et Driss Ikker mènent la belle vie à Tanger, jusqu'au jour où l'outrage s'invite à leur table. Dès lors, Driss n'a plus qu'une seule obsession : identifier l'intrus qui a profané son bonheur conjugal.
Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohamed Moulessehoul, est consacré à deux reprises par l'Académie française, salué par des prix Nobel (Gabriel Garcia Marquez, J. M. Coetze, Orhan Pamuk), Yasmina Khadra est traduit dans une cinquantaine de pays et a su toucher des millions de lecteurs.
Adaptés au théâtre (en Amérique latine, Europe et Afrique) et en bandes dessinées, certains de ses livres sont aussi portés à l'écran (Morituri ; Ce que le jour doit à la nuit ; L'Attentat).
Les hirondelles de Kaboul, adapté en film d'animation réalisé par Zabou Breitman participera au Festival de Cannes en mai 2019 dans la section "Un certain regard". Yasmina Khadra a aussi cosigné les scénarios de La voie de l'ennemi, avec Forest Whitaker et Harvey Keitel, et de La route d'Istanbul, tous deux réalisés par Rachid Bouchareb.
Ce que le jour doit à la nuit a été adapté au cinéma par Alexandre Arcady en 2012. L'Attentat a reçu, entre autres, le prix des Libraires 2006 et a été traduit dans 36 pays. Son adaptation cinématographique par Ziad Doueiri est sortie sur les écrans en 2013.
Le dernier roman de Yasmina Khadra date d'août 2018, Khalil. L'histoire de Khalil, 23 ans, d'origine marocaine, s'étant déplacé depuis Molenbeek (commune de Bruxelles, Belgique) à Paname.
Pour descendre à Paris, éteindre les lumières de la ville. Les attentats meurtriers perpétrés par un groupe terroriste islamiste ayant ciblé, il y a trois ans, Paris, et ce qu'elle représentait comme… joie de vivre.


Extraits:
«Driss Ikker était à mi-chemin du coma éthylique, lorsque le brigadier Farid Aghroub le découvrit dans la chambre 43 du Sindbad, un hôtel malfamé du vieux Tanger. Driss était couché en travers du lit, complètement nu. A côté de lui ronflait une prostituée que Farid avait souvent coffrée, une fausse blonde à la poitrine tombante qui passait son temps à se soûler au bar, derrière la réception.
La chambre empestait la vesse, le tabac et le vomi. Une culotte traînait par terre, à côté d'un soutien-gorge effrangé et de bas qui avaient connu des jours meilleurs. Sur une chaise renversée s'entrelaçaient une chaussure éculée, un foulard berbère et une robe de bazar. Des bouteilles de vin vides traînaient çà et là au milieu d'une véritable porcherie. Farid se pencha sur un cendrier débordant de mégots, en renifla un.
— Purée, du cannabis. Je vais dire quoi au patron, moi ?
Il vida le cendrier dans les cabinets, tira la chasse et retourna dans la chambre vérifier s'il n'y avait pas d'autres choses compromettantes à faire disparaître. Après s'être assuré qu'aucune seringue louche ou trace de poudre blanche n'avait échappé à sa vigilance, il s'occupa du dormeur. Il lui souleva un bras, le lâcha, le bras retomba mollement dans le vide.
— Réveillez-vous, lieutenant. Ça fait des jours et des nuits que je vous cherche. Tout le monde se demande où vous étiez passé.
Driss émit un gargouillis.
— Va-t'en, laisse-moi tranquille.
— Désolé, j'ai pour mission de vous ramener mort ou vif.
Sinon, c'est moi qu'on castrera au sécateur.
Driss tenta de remuer, ne parvint même pas à ouvrir les yeux. Un filament de salive ruissela sur sa pommette et pendouilla à son oreille.
Farid comprit qu'il perdait son temps. Les bouteilles d'alcool sur la moquette et le nombre de joints jetés dans les toilettes témoignaient de l'ampleur des dégâts.

Yasmina Khadra / L'outrage fait à Sarah Ikker
Parution le 2 mai 2019 aux éditions Casbah (Algérie)
France (éditions Julliard),
Belgique, Suisse et au Canada, le 10 mai


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.