Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Publication de Yasmina Khadra " Khalil ": Ces néfastes chants de sirènes
Publié dans Le Temps d'Algérie le 17 - 08 - 2018

Paru aux éditions Casbah, le tout dernier roman de Yasmina Khadra intitulé " Khalil " est pathétique, impressionnant, et dramatique à la fois.
Il nous introduit d'emblée, dans le passé des années du terrorisme et des kamikazes. Cette époque délétère et tragique évoque les attentats, et les jeunes à la fleur de l'âge qui se font sauter pour joindre le " Ferdaous "( paradis et les houris promis). L'auteur fidèle à ses convictions et à ses certitudes nous entraine dans la spirale du terrorisme et dans l'univers des jeunes kamikazes qui servent de chair à canon. Par son récit poignant, Yasmina Khadra raconte avec émotion le quotidien de ces jeunes élus désœuvrés, désargentés, sans perspectives d'avenir et sans repères.
C'est l'histoire simple de trois jeunes marocains Khalil, Driss et Rayan vivants à Molenbek en Belgique. Amis d'enfance, habitant le même quartier, chacun a suivi une trajectoire différente. Fréquentant la mosquée du quartier, Drisse et Khalil sont embrigadés .Driss kamikaze s'est fait sauté au stade de France le 13 novembre 2015, Khalil embrigadé par Driss a raté sa mission et Rayan brillant informaticien, fiancé à Marie n'évolue pas dans la même sphère. Tout au long de cette intéressante narration, l'écrivain conte le discours enflammé de la mosquée pour les nouvelles recrues au Djihad.
La déréliction, le chômage, le racisme se greffent à leurs sentiments d'impuissance et de rejet. Ces causeries leurs font sentir d'être des ratés. Cette fois-ci le talentueux auteur ne verse pas dans la tourmente des tueries, mais axe son récit sur l'enrôlement des jeunes avec des discours fallacieux et trompeurs par les gens de foi. Il met l'accent sur l'oisiveté des jeunes qui se sentent comme des parias de la société occidentale. Dans ce roman touchant, Il nous fait découvrir, ce jeune homme de condition modeste, l'unique garçon d'une fratrie de deux filles Yezza l'aînée et sa jumelle Zahia. En conflit avec son père, khalil a pitié de sa mère empreinte de soumission. N'ayant pas sa place dans cette famille où, il étouffe, il cède aisément aux chants des sirènes de la bannière verte.
Ce qui l'emmène à un avenir sans perspectives. Ce roman enlevé, captivant qui manie le cartésien, la religiosité et la bigoterie incite à la réflexion et au dialogue pour comprendre le vrai sens de la vie et de la religion.
Il permet à ces jeunes d'éviter le leurre et les écueils de ses faiseurs de foi. C'est par une prise de conscience que Khalil comprend le sens de la vie mais c'est trop tard pour lui.
Ce roman bouscule et remet les pendules à l'heure, celle de la vérité. On apprécie particulièrement cette montée en puissance de l'histoire et l'errance morale et physique du héro principal qui attendait tant de cette dévotion mais il a été trahi par " ses frères ". Dans " Khalil ", Yasmina Khadra sait mettre les mots justes sur les réflexions intimes et sentiments forts, et décrire ces moments où toute une vie bascule. C'est une histoire romanesque avec de très justes pensées sur la difficulté de vivre et d'être jeune. Et comme toujours avec le talentueux auteur, c'est palpitant et captivant jusqu'à la dernière page.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.