Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    Delort déjà à l'aise parmi ses frères !    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Maîtrise des déchets et protection de l'environnement    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Ali Ghediri écroué    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Guichet unique pour les handicapés    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Conférence nationale de la société civile, aujourd'hui    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    Un spectacle chorégraphique de la troupe "Antonna"    Expositions, concours et rencontres au menu    NAHD: Le CSA cible deux coaches    Conflit à l'ETRAG de Constantine : Le tribunal rejette la plainte de la direction    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Hommage aux 128 martyrs du Printemps noir    15 pays au rendez-vous    Damas affirme avoir abattu des missiles israéliens ciblant Tel Al-Hara    Autres transitions réussies…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les armes affluent vers Tripoli et Benghazi malgré l'embargo : Libye, une guerre par procuration ?
Publié dans El Watan le 21 - 05 - 2019

Le gouvernement d'union nationale (GNA), soutenu par les Nations unies et dirigé par le Premier ministre Fayez Al Sarraj, a reçu samedi une cargaison de véhicules blindés et d'armes en violation de l'embargo des Nations unies sur la Libye.
«Le GNA encourage ses forces à défendre Tripoli avec des véhicules blindés, des munitions et des armes de qualité», a déclaré la coalition pro-GNA sur l'une de ses pages Facebook, sans donner plus de détails sur le destinataire du matériel militaire. Mais des images et des vidéos postées par la coalition sur ses pages Facebook ont montré ce qui semblait être des dizaines de véhicules blindés BMC Kirpi fabriqués en Turquie.
Presque au même moment, les hommes de Khalifa Haftar recevaient des blindés envoyés, semble-t-il, par la Jordanie.
C'est à la mission «Sophia» à qui il incombe, normalement, depuis 2016 de contribuer «à la mise en œuvre, en haute mer, de l'embargo des Nations unies sur les armes». Elle vient de voir d'ailleurs son mandat prolongé jusqu'en septembre 2019. Comment alors ces blindés ont-ils pu arriver à Tripoli alors que la Libye est officiellement sous embargo sur les armes depuis 2011 ? Y a-t-il eu négligence de la part des Européens ? En laissant des armes entrer en Libye, ne cherche-t-on pas un pourrissement de la situation ou à ouvrir la voie à une guerre par procuration, qui opposerait Ankara et Doha d'un côté et
Riyad, Le Caire et Abu Dhabi de l'autre ?
Difficile à dire. Une chose est certaine, ce n'est pas la première fois qu'une telle infraction se produit. Selon l'ONU, l'embargo a été régulièrement violé par différents groupes en Libye. Dès 2014, huit avions de combat Mig-21 d'occasion sont prélevés sur une base de l'armée de l'air égyptienne pour être transférés dans l'est de la Libye. Mais les choses se sont surtout accélérées en 2016.
Dans un article consacré hier au sujet, RFI, qui site une source des renseignements militaires, explique que «des réseaux complexes impliquant parfois des sociétés privées étrangères sont alors mis en place pour fournir du matériel militaire aux belligérants», avant d'ajouter que «ce soutien se fait aussi plus directement».
«Les Emirats arabes unis se déploient ainsi discrètement sur la base d'Al Khadim, entre Benghazi et Al Marj, dans l'est du pays. Des avions d'attaque légers AT 802, d'origine émirienne, mais vraisemblablement gérés par un opérateur privé, sont engagés pour le compte de la force du maréchal Haftar, désignée comme Armée nationale libyenne (LNA)», indique la même source, qui précise que la France et la Russie sont aussi impliquées dans le conflit aux côtés de Khalifa Haftar.
La livraison de cargaison d'armes turques de samedi est toutefois considérée comme la première violation de l'embargo des Nations unies qui a été affichée et documentée par des forces recevant un soutien militaire étranger.
Des experts de l'ONU enquêtent actuellement sur une possible implication militaire des Emirats dans le conflit en Libye, à la suite de tirs de missiles air-sol de type Blue Arrow en avril, avec des drones Wing Loong de fabrication chinoise équipant l'armée émiratie.
Dans son dernier rapport en septembre, le groupe d'experts de l'ONU avait déjà noté l'arrivée en Libye d'un «plus grand nombre de véhicules d'infanterie blindés et de pick-ups équipés de mitrailleuses lourdes, de canons sans recul, de mortiers et de lance-roquettes». Tous ces éléments accréditent l'idée que la bataille de Tripoli sera longue et sanglante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.