Mostaganem : démantèlement d'un réseau national de trafic de drogue et saisie de 2 kg de kif traité    L'Algérie présente au Salon international de l'Agriculture de Paris    Ajax : Le successeur de Ziyech a signé    Actes racistes en Europe, inquiétude face à la montée de l'extrême droite    Aviron: le président de la Fédération internationale en visite de travail à Alger    Ligue 1 (Classement des buteurs): Abid revient à un but de Belhoucini    Accidents de la route : 8 morts et 30 blessés en 24 heures    Secousse tellurique de magnitude 3.0 à Sidi Bel-Abbes    Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Révolution Le nouvel élan    Le chef rebelle Riek Machar investi vice-président du Soudan du Sud    Les discussions sur la Libye reprendront mercredi à Genève    Burkina Faso : plus de 700 000 déplacés en 2019    L'angoisse monte en Italie    La Chine progresse dans le traitement des patients atteints du nouveau coronavirus «Covid-19»    De Yalta au monde unipolaire et à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire -1re partie-    Ça se passe ainsi, chez Ali Benhadj    Serment de fidélité au hirak    Gros risques sur les banques    Le Chabab, un leader bien fragile    Le Targui    À tout jamais…    Des potentialités inexploitées    Rencontre algéro-française à Alger    Le bâtonnier violemment pris à partie par les avocats    Plus de 500 kg de kif traité saisis en 2019    Le saviez-vous… ?    L'Algérie en quatrième position    ...sortir ...sortir ...sortir ...    "La poésie d'Anna Gréki répond à notre actualité"    Amour et oppression dans la Chine du VIIIe siècle    Un bon, devenu une brute et un truand !    Mes fausses notes    Le Nigeria réaffirme sa position constante sur la juste cause du peuple sahraoui    Une exposition collective d'arts plastiques sur le patrimoine historique algérien à Alger    Membres de l'ancien Conseil supérieur de la jeunesse: accompagner les initiatives des jeunes pour une Algérie nouvelle    Filière boisson: les préoccupations des industriels passés en revue    Ligue 2 : Pas de boycott de la 20e journée    Mouvements de grèves sauvages: Le ministère de l'Education met en garde    Regards opposés    Le Hirak boucle sa première année    Tébessa: Un mort dans une collision    BARRICADES INOPERANTES    Samsung prépare sa DexBook : Transformer son smartphone en PC    Premier décés en Italie, l'oms tire la sonnette d'alarme    Victoire impérative des Verts    "C'est le peuple qui a sauvé le pays"    Lancement du nouveau Groupement algérien des acteurs du numérique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les armes affluent vers Tripoli et Benghazi malgré l'embargo : Libye, une guerre par procuration ?
Publié dans El Watan le 21 - 05 - 2019

Le gouvernement d'union nationale (GNA), soutenu par les Nations unies et dirigé par le Premier ministre Fayez Al Sarraj, a reçu samedi une cargaison de véhicules blindés et d'armes en violation de l'embargo des Nations unies sur la Libye.
«Le GNA encourage ses forces à défendre Tripoli avec des véhicules blindés, des munitions et des armes de qualité», a déclaré la coalition pro-GNA sur l'une de ses pages Facebook, sans donner plus de détails sur le destinataire du matériel militaire. Mais des images et des vidéos postées par la coalition sur ses pages Facebook ont montré ce qui semblait être des dizaines de véhicules blindés BMC Kirpi fabriqués en Turquie.
Presque au même moment, les hommes de Khalifa Haftar recevaient des blindés envoyés, semble-t-il, par la Jordanie.
C'est à la mission «Sophia» à qui il incombe, normalement, depuis 2016 de contribuer «à la mise en œuvre, en haute mer, de l'embargo des Nations unies sur les armes». Elle vient de voir d'ailleurs son mandat prolongé jusqu'en septembre 2019. Comment alors ces blindés ont-ils pu arriver à Tripoli alors que la Libye est officiellement sous embargo sur les armes depuis 2011 ? Y a-t-il eu négligence de la part des Européens ? En laissant des armes entrer en Libye, ne cherche-t-on pas un pourrissement de la situation ou à ouvrir la voie à une guerre par procuration, qui opposerait Ankara et Doha d'un côté et
Riyad, Le Caire et Abu Dhabi de l'autre ?
Difficile à dire. Une chose est certaine, ce n'est pas la première fois qu'une telle infraction se produit. Selon l'ONU, l'embargo a été régulièrement violé par différents groupes en Libye. Dès 2014, huit avions de combat Mig-21 d'occasion sont prélevés sur une base de l'armée de l'air égyptienne pour être transférés dans l'est de la Libye. Mais les choses se sont surtout accélérées en 2016.
Dans un article consacré hier au sujet, RFI, qui site une source des renseignements militaires, explique que «des réseaux complexes impliquant parfois des sociétés privées étrangères sont alors mis en place pour fournir du matériel militaire aux belligérants», avant d'ajouter que «ce soutien se fait aussi plus directement».
«Les Emirats arabes unis se déploient ainsi discrètement sur la base d'Al Khadim, entre Benghazi et Al Marj, dans l'est du pays. Des avions d'attaque légers AT 802, d'origine émirienne, mais vraisemblablement gérés par un opérateur privé, sont engagés pour le compte de la force du maréchal Haftar, désignée comme Armée nationale libyenne (LNA)», indique la même source, qui précise que la France et la Russie sont aussi impliquées dans le conflit aux côtés de Khalifa Haftar.
La livraison de cargaison d'armes turques de samedi est toutefois considérée comme la première violation de l'embargo des Nations unies qui a été affichée et documentée par des forces recevant un soutien militaire étranger.
Des experts de l'ONU enquêtent actuellement sur une possible implication militaire des Emirats dans le conflit en Libye, à la suite de tirs de missiles air-sol de type Blue Arrow en avril, avec des drones Wing Loong de fabrication chinoise équipant l'armée émiratie.
Dans son dernier rapport en septembre, le groupe d'experts de l'ONU avait déjà noté l'arrivée en Libye d'un «plus grand nombre de véhicules d'infanterie blindés et de pick-ups équipés de mitrailleuses lourdes, de canons sans recul, de mortiers et de lance-roquettes». Tous ces éléments accréditent l'idée que la bataille de Tripoli sera longue et sanglante.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.