Quatrième jour de campagne: les candidats focalisent leurs discours sur l'aspect économique    Caire: Eddalia met en avant les acquis de la femme algérienne dans divers domaines    Colonies israéliennes en Palestine: réunion lundi à la Ligue arabe    Casbah d'Alger : Recensement de 330 bâtisses menaçant ruine    Real : Gareth Bale en décalage avec le vestiaire ?    Accusés de malversations et de corruption: L'homme d'affaires Omar Alilat et l'ex-conseiller à la présidence Hachichi écroués    Se disputer avec soi-même    Chlef: Plus de 14.000 nouveaux électeurs inscrits    Football - Ligue 2: L'OMA piégé à domicile, l'ASMO dompte le leader    Handball - Division Excellence: Belle opportunité pour l'ESA et le MCOT    Division nationale amateur - Ouest: Duel des extrêmes à Tiaret    Après trois jours de grève: Les enseignants du primaire maintiennent la pression    El Hamri: Des familles recasées dans une école sous la menace de l'amiante    Croissant-Rouge algérien: Lancement de la campagne «Repas chauds» pour les SDF    Campagne électorale : le discours cosmétique    Quand le «pays inutile» se souvient de l'Algérie utile !    La grogne d'un peuple n'est pas un projet politique, c'est la nécessité d'en construire un    VENT(S) DE LIBERTE    Une vingtaine de stands attendent de potentiels acquéreurs    Une filière en quête d'accompagnement    Marche de soutien à l'organisation des élections    Un deuxième Prix d'excellence dans la catégorie nouvel «hôtel de luxe»    Saisie de 19.000 capsules à usage psychotropes    Cela s'est passé un 28 juin 1835 : la bataille d'El-Megta'â    James Ellroy : «Bien-sûr que je suis un génie»    Infantino réclame : "Les scandales liés à la corruption, plus jamais !"    Eliminatoires CAN-2021 (Gr. H) : Zambie 1- Zimbabwe 2    Euro-2020 : Les quatre dernières places attribuées en mars 2020    Futures gares de péage : Mise en service courant 2021    Rencontre Bensalah - Bedoui    ANIE Chorfi met en garde contre la violence !    La police anti-émeute disperse des manifestants    Mali : 24 soldats et 17 jihadistes tués dans des combats    Agence CNAS de Mila : Portes ouvertes : " Les accidents de travail et les maladies professionnelles, c'est l'affaire de tous"    Ouargla : Le moineau blanc observé pour la première fois à Touggourt    8 individus arrêtés à Relizane et à Ghardaïa    Zimbabwe: La Chine accuse Harare de " sous-estimer " l'importance de son aide financière    Législatives au Cameroun : Le SDF y participera, mais à certaines conditions    Au deuxième jour de sa visite en 4e Région Militaire à Ouargla Gaïd Salah : "Le peuple a prouvé que c'est un peuple des grands défis"    L'Algérie peut rééquilibrer son économie    Sonatrach fournira du gaz naturel au groupe français Engie    Recettes douanières: Hausse de plus de 5% durant les 9 premiers mois de 2019    "D'un univers à un autre", nouvelle exposition de Khaled Rochdi Bessaih    Forum de l'Unesco: Rabehi relève l'importance accordée par l'Algérie à la culture    CAN 2021. Botswana 0 – Algérie 1 (Groupe H) : Les Verts terminent l'année en beauté    L'Algérie rejette les positions considérant les colonies israéliennes comme "ne contrevenant pas au droit international"    Eucoco/Sahara occidental: plusieurs ateliers et rencontres au programme de la Conférence    Le Président prêt à inclure des représentants du mouvement populaire au gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Scrutin présidentiel : «Rejet populaire»
Publié dans El Watan le 24 - 05 - 2019

Le délai de dépôt de la déclaration de candidature à la présidence de la République auprès du Conseil constitutionne en prévision de l'élection du 4 juillet prochain prend fin demain à minuit.
Conformément à l'article 140 de la loi organique portant régime électoral. A ce jour, un total de 77 lettres d'intention, dont trois de chefs de partis politiques – l'Alliance nationale républicaine (ANR), le Front El Moustakbel (FM) et le Front algérien pour le développement, liberté et équité (FADLE) – ont été déposées par les postulants à la candidature à l'élection présidentielle du 4 juillet prochain.
C'est ce qu'a indiqué le dernier bilan établi par le ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire. «Le dépôt des candidatures ne changera rien à notre position. On refuse la tenue de cette élection le 4 juillet», soutient Yasmine, une étudiante de 25 ans. Pourtant, certains s'obstinent et veulent aller vers une élection, quand bien même celle-ci est rejetée massivement.
Pour l'heure, le ministère de l'Intérieur précise que «les concernés ont pu bénéficier des quotas de formulaires de souscription, en application des dispositions légales en vigueur». La même source relève que «l'opération se déroule dans de bonnes conditions».
Il était prévu que les directions de l'Alliance nationale républicaine que dirige Belkacem Sahli, et du Front El Moustakbel que préside Abdelaziz Belaïd, se réunissent hier pour trancher quant à leur participation à l'élection présidentielle. A l'heure où nous mettons sous presse, aucun des deux partis ne s'est prononcé sur la question.
Entêtement
Les aspirations du peuple semblent donc reléguées au second plan. Selon Mahrez Bouich, enseignant chercheur en philosophie politique à l'université Abderrahmane Mira de Béjaïa, ceux qui maintiennent l'offre de l'élection présidentielle du 4 juillet sont dans une contre-révolution : «Ils sont dans une logique de fuite en avant. Ils cherchent à défier le peuple et mépriser sa volonté.»
Pour le chercheur, ces derniers ont contourné les souhaits, espérances et des revendications légitimes que porte le peuple depuis le 16 février. Pour sa part, Meziane Meriane, coordinateur national du Snapest, estime que seule une transition pourrait mettre fin à la crise actuelle. Aujourd'hui, il y a un fossé entre les aspirations du peuple et l'entêtement du pouvoir central qui tient en la tenue de l'élection dans les plus brefs délais.
Selon Meziane Meriane, dans l'idéal, un trio désigné lors d'une conférence menera la transition et se chargera d'organiser l'élection. Mais rien n'est encore gagné… D'après l'analyse de Mahrez Bouich, il est tout à fait clair que ceux qui défendent aujourd'hui l'organisation de l'élection présidentielle du 4 juillet, en favorisant la soi-disant voie constitutionnelle, ont tout faux et ce, pour diverses raisons.
La première est le refus catégorique du peuple au scrutin du18 avril, reporté sous la pression de la rue par l'ex-président démissionnaire, mais également l'élection présidentielle prévue le 4 juillet. La seconde, selon le chercheur, est le «dégagisme» souhaité et revendiqué par le peuple qui rejette le système,ses symboles, ses représentants et toutes les solutions qui émanent de lui, y compris l'élection.
La troisième : les conditions politiques, organisationnelles, institutionnelles et autres qui caractérisent le pays depuis l'enclenchement de la révolution pacifique en marche ne sont pas favorables pour la tenue des élections. Finalement, «l'entêtement des nouveaux décideurs de maintenir la dite élection ouvre les portes à tous les dérapages et dangers», prévient Mahrez Bouich.
D'ailleurs, la réponse des étudiants au discours tenu lundi par Ahmed Gaïd Salah à Ouargla ne s'est fait attendre. Le slogan principal de la marche de mardi dernier était «Makanch intikhabat ya l3isabat» autrement dit «pas d'élection avec le gang». Tous les signaux laissent penser que la marche d'aujourd'hui sera encore plus spectaculaire que la précédente.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.