DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Scrutin présidentiel : «Rejet populaire»
Publié dans El Watan le 24 - 05 - 2019

Le délai de dépôt de la déclaration de candidature à la présidence de la République auprès du Conseil constitutionne en prévision de l'élection du 4 juillet prochain prend fin demain à minuit.
Conformément à l'article 140 de la loi organique portant régime électoral. A ce jour, un total de 77 lettres d'intention, dont trois de chefs de partis politiques – l'Alliance nationale républicaine (ANR), le Front El Moustakbel (FM) et le Front algérien pour le développement, liberté et équité (FADLE) – ont été déposées par les postulants à la candidature à l'élection présidentielle du 4 juillet prochain.
C'est ce qu'a indiqué le dernier bilan établi par le ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire. «Le dépôt des candidatures ne changera rien à notre position. On refuse la tenue de cette élection le 4 juillet», soutient Yasmine, une étudiante de 25 ans. Pourtant, certains s'obstinent et veulent aller vers une élection, quand bien même celle-ci est rejetée massivement.
Pour l'heure, le ministère de l'Intérieur précise que «les concernés ont pu bénéficier des quotas de formulaires de souscription, en application des dispositions légales en vigueur». La même source relève que «l'opération se déroule dans de bonnes conditions».
Il était prévu que les directions de l'Alliance nationale républicaine que dirige Belkacem Sahli, et du Front El Moustakbel que préside Abdelaziz Belaïd, se réunissent hier pour trancher quant à leur participation à l'élection présidentielle. A l'heure où nous mettons sous presse, aucun des deux partis ne s'est prononcé sur la question.
Entêtement
Les aspirations du peuple semblent donc reléguées au second plan. Selon Mahrez Bouich, enseignant chercheur en philosophie politique à l'université Abderrahmane Mira de Béjaïa, ceux qui maintiennent l'offre de l'élection présidentielle du 4 juillet sont dans une contre-révolution : «Ils sont dans une logique de fuite en avant. Ils cherchent à défier le peuple et mépriser sa volonté.»
Pour le chercheur, ces derniers ont contourné les souhaits, espérances et des revendications légitimes que porte le peuple depuis le 16 février. Pour sa part, Meziane Meriane, coordinateur national du Snapest, estime que seule une transition pourrait mettre fin à la crise actuelle. Aujourd'hui, il y a un fossé entre les aspirations du peuple et l'entêtement du pouvoir central qui tient en la tenue de l'élection dans les plus brefs délais.
Selon Meziane Meriane, dans l'idéal, un trio désigné lors d'une conférence menera la transition et se chargera d'organiser l'élection. Mais rien n'est encore gagné… D'après l'analyse de Mahrez Bouich, il est tout à fait clair que ceux qui défendent aujourd'hui l'organisation de l'élection présidentielle du 4 juillet, en favorisant la soi-disant voie constitutionnelle, ont tout faux et ce, pour diverses raisons.
La première est le refus catégorique du peuple au scrutin du18 avril, reporté sous la pression de la rue par l'ex-président démissionnaire, mais également l'élection présidentielle prévue le 4 juillet. La seconde, selon le chercheur, est le «dégagisme» souhaité et revendiqué par le peuple qui rejette le système,ses symboles, ses représentants et toutes les solutions qui émanent de lui, y compris l'élection.
La troisième : les conditions politiques, organisationnelles, institutionnelles et autres qui caractérisent le pays depuis l'enclenchement de la révolution pacifique en marche ne sont pas favorables pour la tenue des élections. Finalement, «l'entêtement des nouveaux décideurs de maintenir la dite élection ouvre les portes à tous les dérapages et dangers», prévient Mahrez Bouich.
D'ailleurs, la réponse des étudiants au discours tenu lundi par Ahmed Gaïd Salah à Ouargla ne s'est fait attendre. Le slogan principal de la marche de mardi dernier était «Makanch intikhabat ya l3isabat» autrement dit «pas d'élection avec le gang». Tous les signaux laissent penser que la marche d'aujourd'hui sera encore plus spectaculaire que la précédente.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.