«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Taux de croissance : La Banque mondiale abaisse ses prévisions
Publié dans El Watan le 06 - 06 - 2019

Dans un nouveau rapport rendu public hier, la Banque mondiale (BM) a abaissé ses prévisions de croissance pour l'Algérie. La Banque mondiale prévoit une croissance de 1,9% pour l'année en cours, soit marquant une baisse de 0,4 point par rapport à ses prévisions de janvier dernier.
La tendance baissière continuera pour les deux prochaines années aussi, indique le rapport de l'institution de Bretton Woods. C'est à une croissance «morose» qu'on doit s'attendre en 2020, et ce, à cause des répercussions des opérations d'assainissement des finances publiques devant peser sur l'activité hors hydrocarbures.
«La croissance en Algérie devrait être morose, à 1,7 % en 2020, l'assainissement des finances publiques pesant sur l'activité non pétrolière», indique le rapport de l'institution de Bretton Woods consacré aux perspectives économiques mondiales. Pour rappel, l'édition de janvier du rapport prévoyait une croissance de 1,8% en 2020 et 2021, aujourd'hui cette projection est abaissée de -0,1 point pour 2020 et de -0,4 points pour l'année 2021.
La baisse de la production d'hydrocarbures est en grande partie responsable du recul du taux de croissance dans les pays exportateurs de pétrole, explique la BM. En avril dernier, la même institution avait appelé à engager en urgence de sérieuses réformes en notant que le principal défi pour l'économie algérienne est de «renforcer sa résilience à la volatilité des prix des hydrocarbures, à la fois en atténuant l'impact de cette volatilité sur le budget et en diversifiant les sources de croissance».
La BM constatait que «même si les pouvoirs publics s'emploient à diversifier l'économie et donner une plus grande place au secteur privé, notamment en attirant des investisseurs étrangers, peu d'améliorations sont prévues à court et moyen termes, ce qui devrait limiter l'ampleur de la création d'emplois».
La note d'avril disait aussi que compte tenu des niveaux bas des prix du pétrole, «on s'attend à une aggravation des déficits budgétaire et courant ; lesquels devraient atteindre respectivement 8,5 et 8,1% du PIB». L'urgence des réformes est plus qu'une nécessité pour sauver une économie à la dérive.
«Pour atténuer les effets potentiellement négatifs des réformes sur les populations vulnérables, il faudra renforcer les capacités statistiques du pays afin d'actualiser les études sur les conditions de vie et de mener une évaluation exhaustive de l'impact des réformes sur la pauvreté et le bien-être. Tout retournement des tendances mondiales du prix des hydrocarbures compliquera la réduction prévue du double déficit», avertissait le bulletin de la BM.
Notons que le dernier rapport de l'institution de Bretton Woods, traitant des perspectives économiques mondiales, prévoit un tassement de la croissance de l'économie mondiale en passant d'une prévision de 3,9% à 2,6% au cours de l'année 2019 et qui connaîtra un léger mieux en 2020 en atteignant 2,7%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.