Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise libyenne : Alger et Tunis affichent leurs inquiétudes
Publié dans El Watan le 17 - 06 - 2019

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, a exprimé l'inquiétude des trois pays voisins (Algérie, Tunisie et Egypte) de la Libye quant à la situation prévalant dans ce pays, et ce, lors de son entretien avec l'envoyé spécial de l'ONU, Ghassan Salamé. Algériens et Tunisiens s'inquiètent davantage du moment que les combats concernent la Tripolitaine et se déroulent autour de Tripoli.
Le communiqué publié suite à la rencontre tripartite a d'ailleurs longuement exprimé l'inquiétude commune face à la poursuite des combats.
Il a appelé à la multiplication des démarches auprès des belligérants libyens et des membres influents au Conseil de sécurité, en vue de parvenir à un cessez-le-feu et un retour au dialogue politique. Khemaies Jhinaoui, Sabri Boukadoum et Sameh Choukri ont mis l'accent sur la détérioration de la situation sécuritaire et humanitaire en Libye, ainsi que l'absence d'une alternative efficace au Conseil de sécurité, vu la différence d'approche de ses membres décideurs.
Pour ce qui est de la bataille de Tripoli, qui est déjà dans sa 11e semaine, l'armée de Khalifa Haftar maintient fermement ses positions au sud de Tripoli. Il y a donc un risque réel que la capitale libyenne connaisse, en cas de percée du camp de Haftar, une grande fuite d'éléments armés et une désertion d'une partie de sa population vers l'Ouest.
Les autorités tunisiennes ont déjà annoncé le renforcement du contrôle sur la frontière tuniso-libyenne, se trouvant à 165 kilomètre de Tripoli.
La frontière algérienne est certes plus éloignée (350 kilomètres), mais il y a surtout un souci sécuritaire dans ces régions, puisqu'il s'agit de grandes étendues sahariennes, difficilement contrôlables. L'inquiétude des pays voisins vient également du fait que la communauté internationale continue à observer de loin et timidement la scène libyenne.
Le Conseil de sécurité a renouvelé, la semaine dernière, les dispositions d'embargo sur les ventes d'armes à la Libye, en place depuis 2011, en autorisant les fouilles des navires suspects. Toutefois, pareilles dispositions n'ont pas empêché d'armer les Libyens, tous groupes confondus.
Le juge libyen Jamel Bennour dit avoir vu sur les pages Facebook des groupes armés, et comment des navires turcs ont déchargé des voitures blindées, des batteries de missiles et des munitions au port de Misrata et au profit du gouvernement d'Al Sarraj.
L'armée de Haftar bénéficie, quant à elle, du soutien de l'Egypte et de financements de l'Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis. Donc, l'embargo existe juste sur les résolutions. Algériens et Tunisiens ont raison d'être inquiets, vu le volume d'armes en circulation en Libye.
Concernant le désastre humanitaire, causé par cette guerre, Salamé parle de 670 morts et 3547 blessés, dont 126 civils. Plus de 94 000 civils tripolitains ont été obligés de quitter leurs domiciles pour fuir les combats.
Etat des lieux
Pour ce qui est de la situation militaire, il est clair que les troupes de l'Armée nationale libyenne (ANL) de Khalifa Haftar pratiquent une stratégie d'usure contre les groupes armés soutenant le gouvernement Al Sarraj. L'ANL est basée, depuis la première semaine d'avril, dans plusieurs positions au sud de Tripoli, comme l'ancien aéroport international et le pont de Souani, plus à l'ouest.
Les groupes armés d'Al Sarraj ont essayé, en vain, de la déloger, notamment mardi, mercredi et jeudi derniers, lorsqu'ils ont concentré leurs forces dans une attaque contre l'aéroport. Le camp Al Sarraj a également essayé, sans aucun succès, de briser les lignes d'approvisionnement des troupes de Haftar, venant de l'Est et passant par le Sud, longues de près de 2000 kilomètres.
«La solidité de l'approvisionnement donne la preuve que Haftar a renforcé ses arrières», explique le politologue Ezzeddine Aguil à El Watan. «La stratégie de Haftar table sur le manque de discipline des miliciens, qui finiront par fuir la bataille au bout de quelques mois, comme ce fut le cas à Benghazi et Derna», ajoute le politologue. Maintenant, reprend-il, il y a une donnée régionale spécifique dans ces combats. «L'armée de Haftar est face aux combattants de Misrata à Tripoli.
Les villes de l'Est, du Sud et, même Misrata, sont épargnées. Il y a donc un grand risque de destruction de la capitale libyenne, puisqu'il est vraiment improbable de trouver un compromis politique à ce conflit», conclut le politologue d'un ton amer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.