«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…
Publié dans El Watan le 20 - 07 - 2019

« 1, 2,3 Viva l'Algérie », le fameux slogan des supporters algériens a résonné dans plusieurs villes françaises durant toute la nuit du vendredi à Samedi à l'issue de la victoire des Fennecs contre le Sénégal au Caire.
Paris, de notre correspondant
A Paris, l'ambiance était à la folie dans plusieurs quartiers de la capitale. D'abord à l'Institut du Monde Arabe qui a mis en place une « fanzone » ou plusieurs milliers de supporters algériens ont suivi le match, avec des drapeaux nationaux et entonnant les chants patriotiques, politiques et sportifs.
Deux heures avant, des milliers de personnes avaient formé une longue queue pour entrer à l'intérieur de la cour de l'Institut qui avait déjà diffusé la demi-finale contre le Nigéria.
Le monde était tellement important qu'il fallait avoir un ticket (gratuit) pour rentrer. Sans ce sésame, il était impossible de suivre le match. Sihem, une jeune algérienne, est venue de la banlieue pour voir le match avec ses amis. « Je ne pouvais pour rien au monde rater cette soirée. Le parcours des Verts était tellement exceptionnel depuis le début de la compétition que la moindre chose pour moi était de les soutenir, même de loin, lors de ce dernier match », avait-elle déclaré pour El Watan, toute fière d'arborer le maillot de l'équipe algérienne.
« Dieu était avec l'Algérie »
D'autres supporters se croyaient presque à Alger. Tambours, trompettes, vuvuzelas et youyous, l'ambiance a commencé avant même le début du match. Aux alentours de l'Institut du Monde Arabe, tous les cafés étaient pris d'assaut. Et ceux qui n'ont pas pu accéder à la courette de l'IMA, ont suivi le match dans les bars et les cafés.
20h30. Tout le monde est en place et l'écoute de l'hymne national algérien se fait dans une ferveur inhabituelle. Les supporters chantaient tous derrière les joueurs. A peine commencé, l'explosion de joie a envahi tout Paris lorsque Boudjenah avait marqué le premier but. Des klaxons, des youyous, se faisaient entendre partout même s'il restait encore 90 minutes avant la fin du match.
Mais si la première mi-temps a été vécue paisiblement par les supporters, la seconde leur a donné des sueurs froides au vu de la domination imposée par les Sénégalais. « Mais ce soir Dieu était avec l'Algérie, a expliqué un jeune homme malien chauffeur de Taxi. Il était écrit que c'est l'Algérie qui gagnera et ce peu importe ce qu'ont fait les Sénégalais ». Il ajoute : « je suis proche du Sénégal, mais ce soir j'ai supporté l'équipe d'Algérie car elle a montré depuis le début un jeu attrayant. C'est une équipe qui a du cœur et qui joue pour les couleurs. Bravo à l'Algérie et vive toute l'Afrique ». A peine la fin du match sifflée que les klaxons, les cris, les youyous et les one, two, three, viva l'Algérie, ont retenti dans toutes les rues de Paris.
Inoubliables scènes de liesse
A l'IMA, c'est l'explosion de joie générale. Les tambours ont sonné de plus belle et les supporters ont commencé à danser, chanter et à boire célébrant la deuxième étoile. « J'ai pleuré de joie, je ne pouvais pas retenir mes larmes, a indiqué Yazid, un jeune supporter parisien. J'ai vécu sur les nerfs durant tout le match. Je me sens délivré, même si je me sens lessivé en même temps à cause du stress qui m'a accompagné durant toute cette CAN ». Il a ajouté pour EL Watan : « Les joueurs ont senti que le peuple avait besoin de cette joie. Ce peuple qui sort dans la rue depuis bientôt six mois. Cette joie doit s'accompagner par l'avènement d'un nouvel état démocratiquement élu pour qu'on aille tous de
l'avant ».
La politique n'a pas été oubliée du reste. Les supporters, tout en exprimant leur joie, ont scandé des slogans hostiles au régime algérien actuel, revendiquant un Etat civil et non militaire. Et lorsqu'un militaire algérien est apparu sur l'écran et serrant les mains des joueurs algériens, certains supporters ont sifflé et crié leur mécontentement, estimant que les représentants de l'armée n'ont rien à faire sur un stade de football, mais que leur place était dans les casernes.
23H, tout Paris est embouteillé. Impossible de circuler. La place de l'Etoile n'arrivait plus à contenir le flux incessant de supporters algériens qui affluaient de partout pour fêter la victoire. Des klaxons, des fumigènes aux couleurs du drapeau algérien, tous ont dignement fêté la victoire jusqu'au petit matin. Mis à part quelques petits
débordements et l'arrestation d'au moins 100 personnes, la célébration a eu lieu dans un esprit pacifique, sportif et sans violences.
A Marseille, ce sont presque 25000 personnes qui ont fêté la victoire des Fennecs au niveau du Vieux-Port, du boulevard de la Canebière et les quartiers environnants.
Des scènes de joie ont éclaté et les algériens de Marseille ont fait la fête jusqu'à deux heure du matin. Idem aussi à Lyon, dans le nord de la France et à Saint-Etienne ou des milliers de supporters algériens ont vécu une nuit mémorable sous l'œil enthousiasmé du reste de la population française qui découvre une ambiance de folie et l'attachement des supporters algériens à leur équipe.
Ces scènes de liesse ne seront pas oubliées de sitôt, donnant le tournis aux élus et sympathisants de l'extrême droite qui n'ont pas digéré les victoires des Verts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.