Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    2e édition du salon du BTP    Le directeur persona non grata    Tunisie : La présidentielle est-elle jouée d'avance ?    Batelli renvoie Bouchar    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    ASO Chlef : Sursaut impératif devant le PAC    Les oncologues plaident pour le renforcement du dépistage    On adopte la règle du pollueur payeur    Aouinet El Foul : Des habitants non relogés ferment la route    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Championnat arabe des clubs: JSS-Al Shabab, aujourd'hui à 21h00 - Mission ardue pour les Sudistes    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    GALETTE ET PETIT-LAIT    Aïn Témouchent: Une tentative d'émigration clandestine déjouée    Deux fast-foods fermés à Cité Petit et Emir Khaled: 114 personnes intoxiquées après avoir consommé des sandwichs    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    Division nationale amateur - Centre: Le CRBT et le WRM sans partage    Environnement Une feuille de route pour l'économie circulaire sera lancée début octobre    Afin de consacrer l'indépendance de la magistrature : Amendement impératif et immédiat du cadre juridique    Ligue 2 (5e journée): L'O Médéa seule aux commandes, l'USMH coule    CHAN 2020, Algérie 0 - Maroc 0 : Peu audacieuse, l'Algérie se fait accrocher par le Maroc    Un procès hors normes    Les victimes protestent et réclament leur argent    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 6 octobre    Début de l'opération    Le marché pétrolier "équilibré, main incertain"    Le ministère s'explique    Le procès historique attendu par les Algériens    Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée
Publié dans El Watan le 20 - 08 - 2019

L'avocate espagnole Cristina Martinez a été empêchée, dimanche, pour la deuxième fois en moins d'un mois, par l'occupant marocain de se rendre dans la ville d'El Ayoun occupée, a rapporté hier l'APS, relayant des médias espagnols.
Arrivée dimanche à l'aéroport de Casablanca avant de se rendre à El Ayoun occupée, l'avocate espagnole s'est vue interdire de continuer son chemin vers la capitale sahraouie par des agents marocains sans lui fournir de motif à ce sujet, a indiqué l'agence de presse espagnole, Efe. «La police marocaine m'attendait à la porte de l'avion. Sans m'expliquer, ils m'ont informée que je ne pouvais pas me rendre dans les zones occupées du Sahara occidental», a déclaré Mme Martinez, qui a déjà été expulsée par les autorités d'occupation marocaines le 6 août dernier.
L'avocate espagnole devait assister, en tant qu'observateur international, au procès illégal convoqué par le régime marocain contre 8 militants sahraouis arrêtés le 19 juillet dernier, après les manifestations pacifiques de célébration de la victoire de l'équipe d'Algérie de football lors de la finale de la Coupe d'Afrique des nations.
Ce jour-là, la célébration avait culminé avec le meurtre d'une jeune manifestante sahraouie, Sabah Othman Omeida, et plusieurs cas de blessés graves parmi les manifestants causés par l'intervention violente des agents de la police marocaine, venus réprimer les Sahraouis. Selon des sources médiatiques locales, la jeune militante sahraouie a été tuée par un véhicule de la police marocaine qui a foncé à pleine vitesse sur la foule sortie célébrer pacifiquement la victoire de l'équipe algérienne face à la sélection sénégalaise.
Au cours de ces manifestations, des dizaines d'autres militants sahraouis ont été arrêtés arbitrairement par les forces d'occupation marocaine et aucun détail n'a été communiqué sur leur état de santé et leur lieu de détention.
Durant l'année 2019, le Maroc a expulsé plus de 30 observateurs internationaux, avocats et journalistes qui devaient se rendre au Sahara occidental occupé pour s'enquérir, notamment, de la situation des droits de l'homme et des conditions de détention des militants politiques sahraouis. Plusieurs organisations internationales ont condamné cette attitude marocaine, exigeant le respect de la légalité internationale et l'entrée libre aux observateurs des droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.