Djerad présente la démission de son gouvernement au Président Tebboune    Véhicules électriques: Chitour appelle à un assouplissement des taxes    L'Afrique du Sud réaffirme son soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Djerad présente ce jeudi la démission de son gouvernement    USM Bel Abbès : Slimani croit au maintien    Mechichi campe sur ses positions    L'utopie, c'est fou, c'est bien    L'usage de la langue anglaise renforcé    «Modric reste la force qui anime l'équipe»    Faut-il réformer le bac ?    La fin du «feuilleton» du film sur l'émir Abdelkader ?    Le RND veut se joindre à l'alliance présidentielle    JS BORDJ MENAIEL - JS DJIJELI EN OUVERTURE DES FINALES D'ACCESSION    "À nous la finale !"    L'ANGLETERRE ASSURE LA PREMIÈRE PLACE    Mohamed Ould Abdel Aziz arrêté    La mauvaise note !    Comment vaincre les réticences    Peu de communication, beaucoup de spéculation    L'urgence de faciliter l'acte d'investir    Foot/ Ligue 1 (mise à jour) : le CRB remonte sur le podium, le NAHD renoue avec la victoire    Boukadoum prend part aux travaux de la conférence de "Berlin 2" sur la Libye    La Géolocalisation pour suivre le transport des marchandises    LA FIENTE    De la mémoire outragée et des néo-révisionnistes de l'Histoire    L'artiste-plasticienne Nadia ouahioune épouse Cherrak expose au Méridien d'Oran    Brèves Omnisports    Les affiches des deux événements dévoilées    Khartoum appelle le Conseil de sécurité à tenir une session    L'armée repousse une attaque de Boko Haram et tue trois assaillants    Goudjil réunit les présidents des groupes parlementaires    «La fraude a été excessive à Béjaïa»    Le «Phare marin» ne sera pas démoli    Tous les chemins mènent à Oran    Les recherches se poursuivent toujours    «L'ANIE doit revoir sa copie»    Cap sur l'électrification des niches de production    Un auto-cuiseur «top» sur le marché    Situation sanitaire «très critique» à Béja    Les révisionnistes refont surface    Le 4ème art sera étudié à l'Esba!    Vers une agence d'accréditation et d'assurance-qualité ?    Arrestation de 8 éléments    Désormais valables pour l'Algérie    Redistribution des cartes    Sur quel gouvernement va s'appuyer Abdelmadjid Tebboune ?    Les hauts décideurs politiques et le roman subversif !    "Cette nudité féminine renvoie celui qui la regarde à l'aube de l'humanité"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le pouvoir a un problème avec le son et l'image»
Mustapha Benfodil à Bouzeguène
Publié dans El Watan le 16 - 09 - 2019

Le Café littéraire de l'association culturelle Tiewinine (Les sources) de Bouzeguène a repris, samedi dernier, ses activités avec un invité de marque, en l'occurrence Mustapha Benfodil, journaliste, écrivain, poète et dramaturge. La communication devait porter sur le thème de son dernier roman, Body writing , où il évoque la vie et la mort de Karim Fatimi, écrivain (1968-2014). En fait, Mustapha Benfodil a préféré entamer sa communication par la présentation de ses derniers romans. Il s'agit, d'abord de l'ouvrage Archéologie du chaos amoureux, publié aux éditions Barzakh, un roman de 401 pages édité la première fois en 2007, réimprimé en 2012.
Ce roman, selon son auteur : «est un récit de la vie de Yacine Nabolci, farfelu Don Juan amoureux des livres – prétentieux et arrogant qui ne prétend rien moins que révolutionner le monde par la littérature, narré par Marwan Kanafani, antihéros, aussi laid que Yacine est beau, marginal, sans le sou, toxicomane et misanthrope à la limite de la schizophrénie, qui ne voit à travers Yacine Nabolci que la personne qu'il aurait voulu être. Alors que Marwan Kanafani décède (laissant son roman inachevé), un flic désabusé et alcoolique refuse de croire à une mort naturelle et s'épuise dans une enquête qui prend forme d'une quête, et dans laquelle il se perd…».
Le dernier roman de Benfodil, Body writing : Vie et mort de Karim Fatimi, écrivain (1968-2014)», Editions Barzakh 2018. Résumé du roman : «Karim Fatimi, astrophysicien de renom, meurt sur la route de Bologhine, près de la ‘‘Maison hantée''. Accident ou suicide ? Mounia, sa femme, entame un journal pour exorciser son chagrin. Parallèlement, guidée par un étrange voyeurisme, elle décide de se plonger dans les écrits intimes de son mari. Le lecteur, entraîné dans une vertigineuse mise en abîme où se télescopent leurs deux narrations, découvre alors l'univers tourmenté de Karim Fatimi, écrivain génial et écorché vif, relatant compulsivement chaque moment-clé de sa vie : Octobre 1988, la décennie noire, la naissance de leur fille Neïla, ou encore ce mystérieux 28 novembre 1994…»
Mustapha Benfodil, plus virtuose que jamais, présente la «Radiographie extravagante de l'Algérie contemporaine, ce livre ambitieux et courageux, qui explore des questions aussi graves que le rapport à la violence, à l'esthétique, ou à Dieu, c'est aussi un hommage éperdu à l'écriture comme absolu».Après la présentation de ses deux romans, Mustapha Benfodil, qui suit et présente chaque vendredi le mouvement du hirak, dans les profondeurs des foules, décrypte les velléités et les intentions du pouvoir. «Le pouvoir mafieux algérien ne se soucie pas de l'écriture du livre, car il sait que les gens lisent peu.
Son unique problème, se limite au son et à l'image qu'il tente de contrôler», a-t-il affirmé. Et d'ajouter: «J'ai écrit beaucoup de livres, de poèmes, de pièces théâtrales en français. Mes pièces théâtrales n'ont jamais été présentées en Algérie car elles sont extrêmement critiques et suffisamment virulentes vis-à-vis du pouvoir.» Enchaînant toujours dans l'information, Mustapha Benfodil avouera que «les événements tragiques du 5 Octobre 1988 n'ont pas eu l'écho escompté dans le monde». Pour Benfodil, l'écriture est une passion qui nécessite temps et moyens en expliquant : «Mon dernier roman, Body writing, m'a pris plus d'une décennie.» Il précise que : «Comment voulez-vous que l'écrivain vive de sa plume ? Impossible. Fort heureusement, précise-t-il, je me suis engagé dans le journalisme pour gagner ma vie.»
Benfodil rendra, enfin, un vibrant hommage à ses prédécesseurs, écrivains : «Nous avons un héritage littéraire fort puissant. Nous devons travailler dur pour prétendre rivaliser avec les monstres sacrés de la littérature algérienne, comme Mohamed Dib ou Mouloud Mammeri. Je suis jaloux de la maîtrise linguistique de Tahar Djaout et je salue l'intellectuel rebelle, Kateb Yacine..»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.