Révision des listes électorales et dépôt de candidatures    Tliba en prison à El Harrach    Adaptation de la loi des hydrocarbures de 2013 et urgence d'un nouveau management stratégique de Sonatrach    Exportation de 30.000 tonnes de rond à béton vers le Canada    Ooredoo présente ses offres et solutions innovantes aux professionnels de la santé    29.000 cibles terroristes detruites par l'aviation russe dans 9.500 sorties    Les Algériens à pied d'oeuvre à Berkane    Probable forfait de Ferhat face à Amiens    «Ma préoccupation, c'est le niveau des joueurs locaux»    Un mort et quatre blessés dans un accident de la route    Arrestation de 5 trafiquants de faux billets en dinars    La «harga» vers l'Europe, la malédiction qui accable la plèbe !    L'oralité dans la culture traditionnelle africaine    L'Algérie est-elle le nouveau «berceau de l'humanité» ?    Tipasa : « libérez nos enfants détenus »,    Biskra : « Non à la zizanie, les Kabyles sont nos frères »    Jijel : » Il n'y aura pas de vote ! «    RETRAIT DE TEBBOUNE DE LA COURSE ELECTORALE : Mohamed Lagab dément    BORDJ BADJI MOKHTAR : Découverte d'une cache d'armes et de munitions    LEVEE D'IMMUNITE DE ALI TALBI ET AHMED OURAGHI : La Commission juridique du Sénat examine les procédures    ECOLE SUPERIEURE DES DOUANES D'ORAN : Sortie de 81 officiers de brigade dont neufs femmes    MAHDIA (TIARET): Une présumée liste des bénéficiaires de logements provoque la colère    SIDI BEL ABBES : Le 58ème anniversaire du 17 octobre 61 commémoré à Dhaya    ADRAR : Saisie de yaourt et de fromage avariés    MOSTAGANEM : 1000 tonnes de pomme de terre bientôt déstockées    Chakib Khelil sera sur le devant de la scène    Liverpool: Van Dijk n'est pas obnubilé par le titre    Real Madrid: Zidane réagit au report du Clasico    Officiel: le Clasico reporté    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    De nouvelles charges contre Donald Trump    «On peut faire encore plus mal»    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA BEA appelée à la rescousse
Le gouvernement veut maintenir Sider El Hadjar en vie
Publié dans El Watan le 19 - 09 - 2019

La BEA a été sommée de traiter rapidement une demande de prêt d'un milliard de dinars et deux autres milliards de dinars de facilité de caisse à l'effet de lui permettre de faire face à ses dépenses et régler notamment ses dettes.
Le gouvernement vient de prendre des mesures d'urgence pour traiter les interminables problèmes du complexe Sider El Hadjar. Parmi ses décisions, il a sommé la Banque extérieure d'Algérie (BEA) de traiter rapidement une demande de prêt d'un milliard de dinars et de deux autres milliards de dinars de facilité de caisse à l'effet de lui permettre de faire face à ses dépenses et régler notamment ses dettes. C'est ce qu'a convenu mardi, entre autres, le Conseil interministériel présidé par le Premier ministre, Noureddine Bedoui, pour traiter les problèmes du complexe sidérurgique Sider El Hadjar, avons-nous appris d'un communiqué du Premier ministère.
Etaient présents à cette réunion, les ministres de l'Intérieur, de l'Energie, de l'Industrie et des Mines, des Travaux publics et des Transports, le secrétaire général du ministère des Finances, un représentant du ministère de la Défense nationale et les responsables des entreprises des secteurs de l'industrie, des mines et des transports concernées par le dossier de réanimation d'un géant aux pieds d'argile.
«Ce complexe, le plus médiatisé en Algérie, est un gouffre financier. Il a englouti plusieurs milliards de dollars. La dernière enveloppe accordée à cette vieille usine date du temps de Abdelmalek Sellal, alors Premier ministre. Aucun résultat probant n'a été constaté après la consommation de près des deux tiers de ce montant.
Au contraire, sa situation empire d'année en année. Ce qui confirme que son mal est ailleurs. C'est-à-dire que son management est à revoir en urgence, sinon la même crise se reproduira éternellement», estime un haut cadre de Sider El Hadjar. Et de s'interroger : «Mais où sont passés les dizaines de millions de dollars qui ont valu à Sider El Hadjar le titre de meilleure entreprise exportatrice hors hydrocarbures d'Algérie ? Saviez-vous que Sider El Hadjar est endettée envers plusieurs entreprises, entre autres Sonatrach, SNTR (transport ferroviaire) et l'entreprise locale de récupération ERWA ? Saviez-vous aussi que la CNAS réclame toujours les cotisations des employés de cette entreprise ?»
Selon le plan de redressement interne (PRI) de Sider El Hadjar pour la période 2017/2021, les prévisions de 2017 et 2018 n'ont pas été atteintes. «L'excédent brut d'exploitation (EBE) est positif dès 2018 et atteindra des niveaux de l'ordre de 11 milliards de dinars à compter de 2020. Ce qui permet à la société de faire face à ses engagements en matière de remboursement des crédits contractés», lit-on dans le PRI, établi en 2017, que les résultats actuels contredisent de loin.
Au lieu de mettre Sider El Hadjar entre les mains des compétences avérées dans le management des grandes entreprises et s'imposer en qualité et quantité sur le marché national, le gouvernement a décidé de maintenir le complexe dans sa médiocrité en décidant «d'introduire l'obligation pour toutes les entreprises en charge de la réalisation des projets publics d'approvisionner leurs chantiers exclusivement en fer produit localement, essentiellement à partir du complexe d'El Hadjar. Cette condition sera dorénavant introduite dans les cahiers des charges relatifs à tout projet financé par le Trésor public. (…) Pour ce faire, le complexe d'El Hadjar a été chargé d'assurer des points de vente de ses produits à travers l'ensemble du territoire national», ajoute le document.
Ce qui est contraire à la concurrence loyale ; les entreprises sidérurgiques privées seront pénalisées. Et que feront-elles alors, lorsque le complexe de Bellara entrera en production ?
Le problème du manque de minerai qui a paralysé récemment Sider El Hadjar durant plusieurs jours a été également abordé lors de cette réunion. «Il a été décidé, lors de la réunion, de mobiliser tous les intervenants, dont les Mines de fer de l'Est (MFE), le complexe El Hadjar, la Société nationale de transports ferroviaires (SNTF) et le groupe Logitrans pour garantir l'approvisionnement régulier du complexe en matière première (minerai de fer) et éviter toute perturbation dans l'opération de production, en renforçant les capacités logistiques à travers la mobilisation d'un train de fret supplémentaire et de camions de transport terrestre», ajoute le même communiqué.
Or, selon d'autre cadres au niveau du même complexe, «avant d'en arriver à la mise en veilleuse du haut fourneau pour manque de minerai de fer, il fallait lancer l'alerte lorsque les stocks arrivent à la limite de trois mois d'autonomie. Il n'est pas sérieux d'arriver à la limite des réserves et procéder à l'arrêt des installations pour alerter les pouvoir publics. Malheureusement, la gestion à Sider El Hadjar a toujours été ainsi, tant que l'Etat est toujours là pour mettre de l'argent». Pour remédier à cette situation, le ministre des Transports a été chargé d'accélérer le processus de modernisation et de doublement de la nouvelle ligne minière Est, afin de valoriser les investissements publics lancés et garantir leur durabilité et leur maintenance.
Toujours dans le même contexte, une session du Conseil des participations de l'Etat (CPE) est prévue prochainement à l'effet d'examiner les questions relatives au développement des activités des mines et de la sidérurgie.
Les mesures d'urgence du gouvernement au profit de Sider El Hadjar interviennent au moment où 37 responsables et cadres dirigeants en activité au complexe sidérurgique Sider El Hadjar ont été auditionnés par la brigade de recherches et d'investigations relevant du groupement de la Gendarmerie nationale de Annaba.
Les concernés sont cités, chacun en ce qui le concerne, dans des enquêtes enclenchées en octobre 2018, dont l'impact a secoué les arcanes du complexe tant les dossiers ont trait à l'atteinte à l'économie nationale et que la lutte contre ce phénomène bat actuellement son plein. Mais les appréhensions des sidérurgistes quant à l'aboutissement de ces enquêtes continuent à susciter les doutes tant que la présentation des mis en cause devant la justice tarde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.