Le Président Tebboune installe la Commission nationale chargée du projet de révision du code électoral    Pôle universitaire de Laghouat : Benziane inaugure plusieurs infrastructures scientifiques    Installation du nouveau président du tribunal administratif    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Benbouzid s'engage à y remédier    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Marche symbolique des hirakistes    La tension monte au sein de l'Opep+    Fin de calvaire pour les souscripteurs AADL    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Les préinscriptions électroniques débutent demain    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Les protestataires décident de bloquer les RN9 et 12    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    L'INFORMEL    Bouira: Examens de rattrapage: plus de 600 étudiants concernés    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?
Publié dans El Watan le 14 - 10 - 2019

Entre la longue marche du peuple vers le changement et la démarche présidentielle décidée par le pouvoir, l'opposition grandit.
Le clivage semble indépassable. Il va en s'exacerbant et rend laborieux la possibilité d'un rapprochement de positions. La stratégie de tension mise en branle a renforcé la défiance. Après huit mois de soulèvement populaire continu et de tergiversations politiques, la perspective d'une solution acceptable par tous s'éloigne.
La confrontation politique qui s'exprime pacifiquement occupe toute la place. Les mobilisations du vendredi qui re-prennent de l'ampleur fonctionnent comme des tornades politiques.
Elles balayent aisément les arguments favorables à la tenue d'une élection présidentielle. Boycotté par la quasi-totalité de la classe politique dans ses diverses tendances, décrié par les figures nationales influentes, le scrutin fixé pour le 12 décembre prochain apparaît de plus en plus comme un rendez-vous incertain.
Le doute s'installe. Les Algériens, au-delà de l'arithmétique, continuent de marcher pour le changement du système politique, ayant la conviction que le scrutin tel qu'il se décline ne constitue pas une réponse à la hauteur du défi.
Pas seulement. Le «peuple du vendredi» s'oppose à la présidentielle, parce qu'il voit aussi le risque d'une restauration autoritaire et dans laquelle les clientèles du régime se recyclent.
Moins enthousiastes et peu empressés, les partisans de la présidentielle avancent timidement. Les prétendants à la magistrature suprême semblent hésitants. Ils sont comme dans la gêne.
Discrets, ils savent que l'ambiance nationale dominante n'offre nullement les conditions essentielles pour un débat sérieux et serein sur une question aussi fondamentale que représente l'élection présidentielle.
D'évidence, l'offre présidentielle est inaudible, malgré le matraquage médiatique bidonné. Pas si simple de faire une pré-campagne électorale pendant que les Algériens en marche dans presque toutes les villes du pays s'y opposent avec vigueur.
Ça l'est encore plus difficile, quand des leaders politiques, des militants associatifs et des citoyens se font arrêter et sont systématiquement emprisonnés. Impossible de convaincre de l'utilité d'une consultation électorale dans un climat chargé de pression et de peur.
De ce fait, certains candidats à la candidature sont confrontés à une problématique plus que politique. Elle d'ordre éthique et moral. Comment foncer droit vers une présidentielle contre la volonté d'une partie importante des Algériens ?
Un sérieux dilemme. Tenir une élection dans ce climat hostile, la présidentielle se présente comme une complication de la crise et non pas une étape en mesure de sortir le pays de l'impasse.
Il faut dire que ce n'est pas le principe d'une présidentielle en elle-même qui est rejeté, mais ce sont les conditions qui l'entourent et la méthode avec laquelle est imposée qui sont contestées. C'est aussi la capacité du futur Président à engager des réformes profondes pouvant changer la nature du système politique.
La récente déclaration de l'ancien chef de gouvernement réformateur, Mouloud Hamrouche, ne laisse aucun doute sur l'inefficacité de l'élection d'un Président dans le contexte actuel. «Même si je suis élu Président, je ne pourrai rien faire», avait-il lancé à ses partisans venus le supplier de se porter candidat.
Il est vrai que pour les héritiers du pouvoir de Abdelaziz Bouteflika, l'urgence est d'en finir avec la situation actuelle et doter le pays d'une direction politique légale. D'un point de vue institutionnel, l'absence d'un président de la République démocratiquement élu impacte considérablement le fonctionnement et les engagements de l'Etat.
Cela enlève le caractère légal et légitime à toute décision d'importance nationale. La contestation de l'avant-projet de loi sur les hydrocarbures est à ce titre emblématique.
Mais l'impératif d'un retour à la légalité constitutionnelle ne doit pas évacuer du débat national la nécessité de tenir compte de la demande formulée par les Algériens depuis le 22 février.
Le changement du système de gouvernance national tel qu'il a fonctionné depuis l'indépendance. Il s'agit alors de concilier l'urgence de revenir à la légalité qui se traduirait par le suffrage universel libre et la légitimation d'un processus politique qui ambitionne d'instaurer le nouvel ordre démocratique.
Dans le fond, les deux visions ne sont pas en opposition. Elles peuvent converger, pour peu que les acteurs politiques fassent preuve de clairvoyance et d'ingéniosité.
Cette option aura un effet d'entraînement certain que la démarche de passage en force. Mais pour y parvenir, il faut une offre politique forte et sérieuse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.