Chlef : Forte mobilisation pour la « libération des jeunes arrêtés et le rejet des élections »    39e vendredi de protestation : Les manifestants rejettent l'élection du 12 décembre à Sidi Bel Abbès    Premiers flocons de neige à Bouira: Tikjda retrouve sa blancheur hivernale    La création du Commissariat national aux énergies renouvelables et à l'efficacité énergétique    Le Gouvernement procède à l'élaboration de textes de lois pour l'organisation de la profession de journaliste    Soudani : «Très heureux de retrouver l'équipe nationale»    Algérie : Mahrez absent face au Botswana. Belmadi donne la raison    Présidentielle : les médias mobilisés pour une large couverture de la campagne électorale    Campagne électorale de la présidentielle: tirage au sort du programme d'interventions des candidats dans les médias    Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Facilitation de la mesure de légalisation des documents d'état civil en langue étrangère    Yassaa installé commissaire aux énergies renouvelables    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    CAN-2021Algérie - Zambie 5-0 : les Verts déroulent et démarrent du bon pied    Angleterre : Sifflé, Gomez reçoit le soutien de... Sterling !    Création d'un Commissariat algérien aux énergies renouvelables    Para-athlétisme/Mondiaux-2019 (Poids F33): l'argent pour Kamel Kardjena    Les peuples veulent se libérer du communautarisme religieux    L'AIE prévoit un ralentissement de la croissance dès 2025    La stratégie nationale anti-corruption en débat aujourd'hui    Regain de manifestations dans la capitale et le sud du pays    Le wali de Tizi Ouzou chassé par la population à Boubhir    Deux corps de Subsahariens rejetés par la mer    12 morts dans un attentat à la voiture piégée à Kaboul    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Journée de formation et de sensibilisation    Magic System et des artistes ivoiriens chantent la paix    Les poèmes de feu Othmane Loucif, «une transposition artistique de situations vécues»    Béjaïa : Vers une grève à l'université    Bolivie : affrontements à La Paz au premier jour de la présidente par intérim    Le 10e Festival international de danse contemporaine prend fin à Alger    Coupe de la CAF (phase de Poules) : Le Paradou débutera contre San Pedro    Wilaya de Bouira : Conditions de scolarité intenables    Destitution de Trump : Début des premières auditions    Recyclage des matériaux de construction : Défis de solidité et de durabilité    Election présidentielle du 12 décembre prochain La Charte d'éthique des pratiques électorales signée samedi    L'ONM appelle à la libération de Bouragaâ    Un plan d'action pour définir les entraves    L'agriculture dans la wilaya contribue à hauteur de 3% à l'économie nationale    5 morts et 2 blessés en 24 heures    Appels à l'arrêt immédiat des agressions israéliennes sur Ghaza après la mort de 18 Palestiniens    «Brahimi s'est absenté pour des raisons familiales»    Equipe nationale : les nouveaux prêts à relever le défi    Tunisie : Rached Ghannouchi ne sera pas Premier ministre    Des morts dans des manifestations anti-Condé    Acquittement pour 5 prévenus    Tiaret : La finale du concours de chant "Sawt El Waïd" aura lieu jeudi prochain    Trois courts-métrages à l'écran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Une programmation professionnelle pour un festival de proximité»
Mahjouba Galfout. Responsable de la programmation et de la communication
Publié dans El Watan le 15 - 10 - 2019

Si le festival est un travail collectif de toute une équipe de compétences diverses, Mahjouba Galfout – qui relève de la Ligue de l'enseignement – FOL57 – sa coordinatrice depuis 2006, en est un chaînon central. On la retrouve dans la coordination artistique, la programmation et le visionnement des films, la programmation et l'accompagnement scolaire et la communication.
«Je suis missionnée pour la mise en place de la programmation et la communication en lien avec les deux personnes qui sont sur les réseaux sociaux et avec la presse.» «La programmation se fait de façon collective ; avant seule la ligue de l'enseignement s'en occupait», nous dit-elle.
Ce que Mahjouba Galfout retient de ce trentième anniversaire du Festival du film arabe, ce sont les rencontres avec les invités, entre les invités et le public dans la salle et hors salle, les paroles des habitants du quartier croisées à celle du réalisateur/réalisatrice du film. «Les échanges les plus forts sont ceux qui ont lieu hors salle, les habitants qui n'ont pas l'habitude de parler en public se sentent ainsi plus à l'aise pour s'exprimer», souligne-t-elle.
Elle rappelle que c'est un festival de proximité. «On est professionnels dans la programmation, mais on veut préserver la proximité, on est dans un quartier populaire. Et de ce fait, c'est aussi une activité sociale.» Et «le festival est un projet du centre social de Fameck. Beaucoup d'autres activités culturelles sont portées par le centre social».
Implication des habitants du quartier
Aussi, un axe jeune public, avec des actions centrées sur le cinéma est développé tout au long de l'année. Et pour ce faire, «on travaille avec le centre social» : «amener des jeunes à débattre avec un réalisateur, on a tout gagné». «Les jeunes du quartier viennent au local Jeunes, c'est leur lieu. Il y a eu deux rencontres avec Magyd Cherfi au local Jeunes, cela s'est très bien passé», ajoute Mahjouba Galfout.
Les habitants du quartier sont impliqués dans le festival. C'est ainsi que l'organisation logistique et l'accueil sont portés par une centaine de jeunes de Fameck. Un point de restauration à l'extérieur est aussi tenu par des jeunes qui avec l'argent recueilli peuvent organiser des voyages.
La participation des jeunes du quartier au bon déroulement du festival repose sur le volontariat. Depuis deux, trois ans, ce sont les mêmes jeunes qui reviennent pour la billetterie et l'accueil en salles. Ils ont un temps de formation en septembre. La restauration en salle est confiée à des femmes du quartier. L'argent récupéré contribue à les rémunérer et à payer les ingrédients et produits alimentaires.
Pour ce qui est des festivaliers – 15 000 entrées – «on distingue deux sortes de public, un public cinéphile», indique Mahjouba Galfout. «Certains viennent depuis le Luxembourg ou d'autres villes comme Nancy à une heure de route. C'est un public fidèle qui vient voir des films qui ne sortent pas en salles. Le public du quartier vient au festival selon les films programmés et leur thématique. Ainsi, beaucoup de femmes sont venues voir Papicha. Certains pensent que la programmation ne les concerne pas».
La sélection des films se fait selon plusieurs canaux, précise-t-elle. «Il y a un appel à films en début d'année ; il y a aussi le réseau construit au fil des années ; la fréquentation des festivals même de programme (Carthage, Oran, Alger, Marrakech…) et toutes les manifestations susceptibles de nous intéresser».
L'équipe de programmation se compose de trois bénévoles de la Cité sociale et trois autres de la Ligue de l'enseignement. «A travers le festival, nous défendons des valeurs : laïcité, citoyenneté, ouverture sur le monde. On ne parle pas de politique. Ce qui nous intéresse, c'est le regard du réalisateur sur sa société. Les sujets sont souvent durs, sensibles.»
«La sélection est ouverte sur le monde avec des films turcs, iraniens, afghans qui ont leur place.» Le festival, c'est un partenariat de deux structures : la Ligue de l'enseignement et le centre social de Fameck. Il est subventionné par le ministère de la Culture, la Région, la communauté d'agglomération Val de Fensh, le Conseil départemental et la politique de la ville auxquelles viennent s'ajouter quelques aides de structures privées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.