Crash d'un avion militaire à Oum El-Bouaghi : Djerad présente ses "sincères condoléances" aux familles des deux victimes    PREOCCUPATIONS DES CITOYENS : Les walis appelés à prendre leurs responsabilités    MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE : Le président Tebboune préside une séance de travail    VENTE DU LAIT EN SACHET : Bras de fer entre le ministre du Commerce et les distributeurs    ANNULATION DE VOLS A CAUSE DU CORONAVIRUS : Air Algérie dément    ALGER : Saisie de 1,7 milliard de centimes en faux billets    CORONAVIRUS : Tebboune ordonne le rapatriement des ressortissants algériens à Wuhan    LA WILAYA ENREGISTRE DES RETARDS DANS LES RACCORDEMENTS : Le gaz de ville, une priorité absolue à Oran    Palestine: le rejet du plan de paix américain pour le Proche-Orient s'intensifie    Début à Alger des travaux du Forum d'affaires algéro-libyen    Médéa : campagne de sensibilisation aux accidents de la route    L'Algérie face à l'Allemagne, la Suède et la Slovénie    La CAT a saisi l'ITF    Anes Tounsi sacré «Meilleur nageur»    Kaci-Saïd : "Le MCA devait négocier le transfert de Bendebka"    Foot/ Ligue 1 (JS Kabylie): le Tunisien Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Abdelkader Ouali soupçonné de lourdes affaires de corruption    Un protocole à la tête du client ?    Le retrait militaire américain du Sahel inquiète Paris    Le successeur d'Al-Baghdadi menace de s'attaquer à Tel-Aviv    Noureddine Chegrane expose son «Hommage au jazz» à Dar Abdeltif    Une feuille de route «sérieuse et réaliste» pour réformer le domaine    Un monde pas si fou que ça !    Alger, Annaba, Constantine et Blida accueillent la "Nuit des idées"    Cinq DG depuis le début du hirak    Plan d'action du gouvernement : Le Conseil des ministres se réunira la semaine prochaine    Emploi et formation en Algérie : Opportunités et défis de la révolution numérique    Salah Goudjil refuse de quitter le perchoir    Cancer du sein: 3800 femmes bénéficient d'un dépistage précoce à Biskra    Installation du Comité algérien de soutien et de fraternité avec le peuple libyen    Moyen-Orient : Spirale de violence en Irak    Coupes africaines : Le PAC se rapproche de l'élimination    «En Libye, Erdogan et Poutine profitent du retrait des états-Unis et de la division des Européens»    Archéologie à Ferkane à Tébessa : Découverte d'un bain romain dans la commune de Ferkane    Ciné-club à Bejaïa : Nadia Zouaoui raconte «l'islam de (son) enfance»    Education: Grève dans le primaire et mécontentement chez les syndicats    Tébessa: La journée de la douane    L'Arba: Saisie de plus de 3.200 comprimés psychotropes    L'après Berlin et la crise libyenne    MC Oran: Chérif El-Ouazzani dénonce des faits graves    Détenus du Hirak: Des libérations et des procès reportés    Il y a de l'eau dans le gaz !    BONBONS ET CARAMELS    Accords d'association avec l'UE et de la zone de libre-échange arabe: L'Algérie a mal négocié    Mostaganem: 35 personnes, dont un ex-wali et 11 cadres, accusés dans des affaires de corruption    Deuxième place pour Reguigui    Décès du moudjahid Guergour Ahmed    Le gouvernement dément la mort de manifestants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'alliance gagnante entre l'OPEP et la Russie
Publié dans El Watan le 10 - 12 - 2019

Voici enfin une relative bonne nouvelle pour l'Algérie qui vit une conjoncture politique explosive et une situation économique très délicate : grâce à un rapprochement inédit entre la Russie et l'Arabie Saoudite, le prix du pétrole repart à la hausse. Juste après l'annonce par l'OPEP et ses alliés de réduire davantage la production, le baril de Brent s'est apprécié. Les 24 pays rassemblés sous l'appellation OPEP+ (une coalition entre l'OPEP et 10 pays alliés, dont le géant russe) ont prolongé leur accord, lors d'un sommet qui vient de se tenir à Vienne, pour réduire davantage leur production afin de soutenir les cours du brut.
Le tournant avait été opéré, fin 2016, quand l'OPEP a scellé une alliance gagnante avec 10 Etats producteurs menés par la Russie qui, jusqu'alors, snobait l'OPEP. Les pays de cette alliance, baptisée OPEP+, qui produisent environ la moitié du brut mondial, ont paraphé une charte de bonne et fructueuse coopération pour faire remonter les cours du pétrole. Depuis, ce nouveau grand bloc de 24 pays limite drastiquement la production pour faire face à l'effondrement des prix de l'or noir, généré notamment par la terrible concurrence du pétrole non conventionnel aux Etats-Unis.
Associée à neuf partenaires, la Russie (deuxième pays producteur derrière les USA) permet ainsi à l'OPEP de faire face à la concurrence américaine. L'Arabie Saoudite (le plus influent membre de l'OPEP et premier exportateur mondial) dispose désormais d'un nouvel allié de taille qu'est la Russie. Riyad, traditionnellement inféodé à Washington, a scellé un rapprochement inattendu avec Moscou. Les deux pays ont signé, il y a deux mois, une trentaine d'accords à vocation notamment militaire et énergétique.
Des accords qui ont rehaussé le partenariat russo-saoudien à un niveau inédit, charriant de lourds investissements se chiffrant en milliards de dollars. Cette lune de miel entre Moscou et Riyad a été inspirée par leur rôle moteur dans l'accord entre grands producteurs de pétrole, permettant d'amortir la chute des cours qui a ruiné leurs économies. Si l'Arabie Saoudite détient les pleins pouvoirs au sein de l'OPEP, elle n'a en revanche, jusque-là, aucune influence sur le Venezuela et encore moins sur son ennemi juré l'Iran, qui se trouvent être de bons alliés de la Russie.
C'est précisément là que réside la complémentarité entre la Russie de Poutine et l'Arabie Saoudite qui découvre, de fait, les vertus d'une inédite infidélité vis-à-vis des Etats-Unis. Une émancipation qui défie précisément le président américain, Donald Trump, qui avait récemment exhorté – sans aucun brin de diplomatie – l'OPEP à maintenir sa production en l'état.
Alors que les Etats-Unis ont toujours su garder l'Arabie Saoudite dans leur giron comme l'un de leurs plus proches alliés économiques, avec cette nouvelle donne, Donald Trump perd complètement la main, au grand dam de la puissante filière du pétrole de schiste et au plus grand bonheur des pays dépendant des énergies fossiles, à l'image de l'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.