L'Opep+ décide de prolonger la Déclaration de coopération jusqu'à fin 2023    Le Président Tebboune adresse une invitation à son homologue somalien pour le Sommet arabe d'Alger    Elections partielles à Tizi-Ouzou: le FFS promet d'associer les citoyens dans la gestion de la commune    Déclaration de politique générale du Gouvernement: les députés plaident pour la modernisation du système financier    Le Président Tebboune reçoit un appel téléphonique de son homologue allemand    Parlement arabe: le sénateur Abdelkrim Koreichi plébiscité président de la Commission des AE    Revirement de Madrid sur le Sahara occidental : "une grave violation" du droit international    Rebiga reçu par les membres du Conseil présidentiel libyen    65e anniversaire de la bataille d'Issine : une occasion pour rappeler la cohésion et la solidarité algéro-libyenne    Tlemcen: raccordement de 428 exploitations agricoles au réseau électrique depuis mars    CHAN 2023 / Constantine : le stade chahid Hamlaoui sera prêt "prochainement"    Le Président Tebboune reçoit le MAE portugais    Nouvelles agressions marocaines    Le projet prend forme    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est du pays jusqu"à mercredi soir    Gymnastique/Championnat arabe: illustration de l'Algérie et l'Egypte en individuels    Les félicitations du président    Le silence de la communauté internationale déploré    Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Installation des nouveaux président et commissaire d'Etat du Conseil d'Etat    Le 14e FIBDA s'ouvre à Alger    Améliorer la situation socio-professionnelle dans le projet de loi de l'artiste    Le silence dans l'œuvre d'Assia Djebar    Inter-Barça : Xavi indigné par l'arbitrage de la rencontre    Importation du matériel agricole: La décision entre en vigueur la semaine prochaine    Le dépistage systématique recommandé: Le cancer du sein tue 3.500 algérienne par an    Bouira: Sensibilisation sur les dangers des pétards et des feux d'artifice    Environnement n'est pas juste gestion des ordures    Il y a dix ans nous quittait Abdelkader Freha: Une légende toujours vivace    Ligue 2 - Changement de staffs techniques: Majdi El Kourdi au RCK, Boufenara au NAHD    SNTF: Grève surprise des conducteurs de train    Financement occulte de la campagne présidentielle de 2019: Saïd Bouteflika condamné à 8 ans de prison    Le Maroc enchaîne les revers    Xi Jinping a refaçonné l'armée chinoise mais aussi la région    Déluge de questions à l'APN    Amer Ouali Rachid, nouveau président    «Le gouvernement doit corriger son action»    Les enseignements d'une révolte    Les bienfaits de la médecine naturelle    Les «pétards» se mettent au...digital!    Algérie-France : c'est du concret!    Benzerti relance les Vert et Rouge    Boufenara, nouvel entraîneur    Début des éliminatoires vendredi au Caire    «Le bourreau et la victime n'ont pas la même mémoire»    Des maisons d'édition à profusion    Les super guerriers algériens présents en force    De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fleuristerie : L'été, le temps des roses !
Publié dans El Watan le 04 - 07 - 2010

Une activité quasi pittoresque qui concourrait, l'on se rappelle, à mettre du bémol dans une agitation urbaine. Un décor urbain qui se montrait généreux à la vue des passants dans la trépidante ville, sur les terrasses et vérandas.
On y vendait à même le sol des bas de laine des fleurs blanches d'orangers (ezz'har), diffuseur aromatique dont le délicieux parfum, qui caresse les narines, est destiné à la distillation pour extraire l'essence de fleur d'agrumes. Suave exhalaison aussi lorsqu'il s'agit de l'eau de rose (mâ mqattar ou mâ ward) que les ménages s'offraient en abondance à des fins cosmétiques ou lors des rituels du hammam pendant les premiers tumultes printaniers. Mais autres temps autres mœurs, me diriez-vous ! Cette terre enchanteresse a laissé la place, sommes-nous tenus de dire, dans nombre d'endroits à du béton ou un commerce jugé plus juteux.
« Toutefois, quelques pépiniéristes tiennent bon et continuent d'exercer leur activité qu'ils tiennent de père en fils », souligne Ammi Rezki, propriétaire d'une roseraie du côté de Birtouta. En somme, peu d'hectares sont consacrés à la production de roses, notamment le long de la côte littorale algéroise et dans le cordon du Sahel. Des fournisseurs qui alimentent quelque 700 fleuristes à travers le Grand Alger, confie un autre pépiniériste à Staouéli, qui emploie une quinzaine de tâcherons. Pour les Algérois, l'été n'est pas synonyme seulement de farniente et de grande bleue. Beaucoup de gens affluent vers les fleuristes pour s'acheter des roses, à l'occasion des célébrations mondaines ou pour offrir des bouquets à ceux qui s'apprêtent à convoler en justes noces. Des carrosses flambant neufs sont enjolivés lors des cortèges nuptiaux. « Peu importe le tarif que nécessite la décoration florale confiée au fleuriste, l'essentiel est de mettre la bagnole des heureux époux dans ses plus beaux atours », lance une dame à notre endroit. « Cela varie entre 2500 et 10 000 DA pour orner de roses la voiture de cérémonie », nous dit un gérant d'échoppe à El Biar qui s'affaire à « habiller » le capot (ecchabka) du véhicule de la mariée.
Et à chaque budget son bouquet ou sa corbeille de fleurs, laisse-t-il entendre. « On me passe des commandes et je suis tenu de satisfaire toutes les demandes, principalement lors de la saison estivale », nous dit-il. Et de renchérir : « Hormis la saison d'hiver où le prix de la rose grimpe, le reste de l'année, il est revu à la baisse vu l'abondance du produit. Il oscille entre 30 et 50 DA, voire plus dans les quartiers dits huppés de la capitale. » Hormis l'exubérance des roses qui meublent sa fleuristerie, les fleurs ornementales à coloris variés, comme les glaïeuls, dahlias, œillets, arums, fleurs d'oiseau du paradis, etc., achalandent peu son éventaire. Quant à la rose ramenée du Maroc ou d'Espagne, elle coûte bien plus cher pendant la saison d'hiver. Elle est cédée entre 150 et 180 DA l'unité lors de la St-Valentin, mais elle a du mal à bousculer le produit local en termes de prix pendant la période d'été, apprend-on. La rose du Royaume chérifien, produite sous serre, envahit, en effet, le marché algérien lors de la saison morte, entre décembre et mars, lors du repos physiologique, précise Abdelhafid, un jeune fleuriste sis à Bab El Oued qui n'hésite pas, par ailleurs, à mettre à nu certains fleuristes indélicats qui dupent la clientèle en lui faisant prendre « des vessies pour des lanternes ». Des fleuristes qui, selon lui, usent de subterfuges en proposant le produit du terroir au prix de celui ramené du Maroc. Passionné de la rose, il cultive l'art de la décoration événementielle, met du cœur à l'ouvrage dans le décorum et prend tout son temps à disserter sur le langage de la variété de roses et de fleurs avec les chalands.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.