Décès de Kheddad: un combattant infatigable pour les droits du peuple sahraoui    Kheddad a joué un rôle fondamental dans la bataille juridique du Polisario    Biologie médicale: nécessité de création d'un réseau national de laboratoires accrédités    Benbouzid réitère "la gratitude" de l'Algérie à la Chine pour son aide face au Covid-19    Oran: fin de confinement au complexe des "Adalouses"    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    Real : Modric a pris sa décision    Coronavirus : facilitations exceptionnelles à l'importation des matières premières nécessaires    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Vers une plus forte chute de la demande    Abdelhafid Benchebla. Boxeur algérien (91 kg) : «Mon rêve : décrocher une médaille aux JO et passer en professionnel»    Condoléances    La suspension prolongée jusqu'au 19 avril    "La reprise du Calcio ? Il est trop tôt pour prédire quoi que ce soit"    CSC : Les blessés se remettent sur pied    JS Kabylie : Solidarité avec le personnel médical    Les stations d'essence prises d'assaut à Alger    Vers un nouvel ordre mondial    Covid-19 : 14 décès et 131 nouveaux cas enregistrés    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    Tébessa: Les panneaux publicitaires dans l'anarchie    Les f et les e 5, la theorie du 100e singe    LA FORCE DES LOBBYS    Tlemcen: «Il n'y aura pas de pénurie de fruits et légumes»    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    El Kala: Un mandataire de poissons se fait subtiliser 32 millions de cts    Le temps à l'émergence des start-up ?    Rafael Gómez, le dernier survivant de ces Espagnols qui ont libéré Paris    Vous ne détruirez pas notre maison pour construire la vôtre !    Prolongation de la suspension des vols jusqu'à nouvel ordre    L'ambassade de Chine en Algérie réagit    "Il y a quelques malades qui, symptomatiquement, sont bien"    Le Conseil de sécurité prévoit un briefing sur le Sahara occidental en avril    TRIBUNAL DE SIDI MHAMED : Abdelghani Hamel condamné à 15 ans de prison    UN DECRET A ETE SIGNE HIER : Le président Tebboune gracie 5037 détenus    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Train de vie de l'état : Halte aux excès !
Publié dans El Watan le 18 - 02 - 2020

Le débat autour du train de vie fastueux de l'Etat refait surface. Lors de son intervention, avant-hier, à l'occasion de la réunion gouvernement-walis, le président Abdelmadjid Tebboune a appelé «les responsables centraux et locaux à lutter contre le gaspillage des dépenses publiques». Au moment où les ressources financières continuent de se tarir et que le gouvernement parle d'une situation financière «critique», les dépenses superflues de l'Etat sont maintenues telles quelles ou presque. Budgets astronomiques alloués à certains départements ministériels et institutions de l'Etat, des voitures de luxe pour les administrations et des postes «budgétivores» créés
Le débat autour du train de vie fastueux de l'Etat refait surface. Lors de son intervention, avant-hier, à l'occasion de la réunion gouvernement-walis, le président Abdelmadjid Tebboune a appelé «les responsables centraux et locaux à lutter contre le gaspillage des dépenses publiques».
Cette déclaration sera-t-elle suivie d'effet sur le terrain ? Le chef de l'Etat pourra-t-il mettre un terme à des pratiques devenues des constantes dans le fonctionnement des affaires de l'Etat ? La tâche sera donc difficile à mener sur le terrain.
Au moment où les ressources financières continuent de se tarir et que le gouvernement parle d'une situation financière «critique», les dépenses superflues de l'Etat sont maintenues telles quelles ou presque.
Budgets astronomiques alloués à certains départements ministériels et institutions de l'Etat, des voitures de luxe pour les administrations, des postes «budgétivores» créés… La loi de finances 2020, certes concoctée par le gouvernement précédent, consacre un budget nettement supérieur aux recettes du pays (plus de 64 milliards de dollars.
Même s'il a réduit les dépenses de fonctionnement de 20%, selon les déclarations de l'ancien ministre des Finances, Mohamed Loukal, le texte a alloué des sommes astronomiques à certains départements ministériels, qui bénéficient chaque année d'augmentations conséquentes des budgets.
Les institutions de l'Etat, telles que la présidence de la République et le Premier ministère (plus de 100 millions de dollars), sont, par exemple, dotées d'enveloppes conséquentes.
Les dépenses de fonctionnement seraient aussi appelées à augmenter avec, notamment, la création de nouveaux postes ministériels dans le gouvernement de Abdelaziz Djerad.
Les départements créés nécessiteront un personnel administratif supplémentaire et engendreront, par conséquent, de nouveaux salaires à payer, du matériel à acheter et à entretenir. En effet, cette contradiction a été relevée au lendemain de la nomination, en janvier dernier, du nouveau gouvernement.
Elle a été réitérée, la semaine dernière, par des députés à l'APN à l'occasion du débat autour de la feuille de route de l'Exécutif, présenté par Abdelaziz Djerad. Les intervenants s'interrogeaient sur l'utilité de la création de nouveaux portefeuilles ministériels, au moment où la tendance mondiale est à la réduction du nombre de ministres et de ministères.
L'état ne donne pas l'exemple
Ainsi l'Etat ne donne pas l'exemple, alors qu'il appelle à la rationalisation des dépenses. Où est la réduction du train de vie de l'Etat, évoquée récemment par le Premier ministre et, avant lui, par le président Abdelmadjid Tebboune ?
Les dépenses superflues de l'Etat ne se résument pas uniquement à celles du gouvernement. Le nombre de résidences de l'Etat, nécessitant des budgets d'entretien conséquents, est aussi important. Pis encore, certaines ne sont même pas utilisées.
Les institutions, à l'image du Parlement, affichent aussi une opulence ostentatoire : des centaines de véhicules de luxe, des frais de missions garnis en devises et des prises en charge diverses en faveur des élus. Certains se sont même permis, on ne sait par quel miracle, d'accaparer plusieurs véhicules de l'institution.
D'autres bénéficient aussi de chauffeurs personnels et même d'une garde rapprochée. Les différentes administrations publiques coûtent cher à l'Etat. Leurs responsables bénéficient également d'une vie luxueuse.
En pleine crise économique, les différents services de l'Etat continuent d'organiser des kermesses et des réceptions fastueuses à coups de plusieurs millions de dinars. Mais, curieusement, ces dépenses sont omises. Les autorités font mine de les ignorer. Aucune décision officielle sur la réduction de ces dépenses n'est prise… ou pas encore.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.