La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La statue de Constantin dans un état lamentable
Place de la gare ferroviaire à Constantine
Publié dans El Watan le 22 - 02 - 2020

En face de l'entrée principale de la gare ferroviaire de Constantine, se dresse depuis des décennies l'un des monuments de la ville, qu'on a tendance à oublier.
Comme pour accueillir les voyageurs arrivés par train, la statue de Constantin, l'empereur qui a reconstruit l'antique Cirta et lui a donné son nom depuis plus de 17 siècles, est une œuvre dont l'histoire est aussi méconnue par une bonne partie des habitants.
Pire encore, elle se trouve dans un état lamentable et semble ne pas avoir connu le moindre entretien depuis longtemps.
Alors que la statue et son piédestal sont dans un état de saleté déplorable, en plus des graffiti apposés sur l'ouvrage, l'écriture gravée sur la pierre est presque illisible. Le point noir dans ce lieu demeure l'incivisme de certaines personnes qui viennent déposer des tas de pain rassis, en guise de nourriture pour les pigeons, transformant tout l'espace en une décharge.
Une mauvaise image donnée aux touristes qui visitent la ville. «La statue s'est nettement dégradée alors que les services de la commune ne sont jamais intervenus pour la nettoyer de ces saletés depuis bien longtemps», nous avise un habitant du quartier de Bab El Kantara.
Rencontrés sur les lieux, des étudiants en visite guidée dans la ville nous ont avoué ne pas connaître grand-chose sur cette personnalité, ni sur la statue, et qu'ils viennent d'apprendre leur histoire lors de cette sortie. Pour rappel, cette histoire remonte à la guerre civile entre Maxence et Constantin pour la prise du pouvoir à Rome, durant laquelle l'antique Cirta aurait pris position avec Constantin.
Pour se venger, Maxence détruisit la ville en 311. Après sa victoire sur son rival, l'empereur Constantin, reconnaissant envers Cirta, décida de la reconstruire en 313 et lui donnera son nom.
Pour célébrer sa mémoire, la mairie de Constantine en commanda une statue en 1908. Elle sera réalisée par le sculpteur français Lucien Brasseur (1878-1960), qui produira une réplique d'une œuvre antique colossale conservée à la Basilique Saint-Jean de Latran à Rome.
Elle sera acheminée vers Constantine en février 1913 et devait être installée à la place de la Brèche, mais elle prendra la direction du faubourg d'El Kantara et sera placée la même année près du ravin. Ce que l'on peut d'ailleurs voir sur d'anciennes cartes postales.
Il a fallu attendre la fin des travaux sur le boulevard de la gare ferroviaire pour que la statue de Constantin soit placée définitivement en 1923 en son lieu actuel, où l'empereur, drapé de son paludamentum, est toujours debout. Sur son piédestal est gravé : «A Constantin le Grand, qui releva de ses ruines Cirta détruite par Maxence et lui donna son nom en 313».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.