Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Produits alimentaires : La spéculation et la frénésie des achats provoquent une flambée des prix
Publié dans El Watan le 19 - 03 - 2020

Les prix des produits alimentaires, dont les fruits et légumes, ont enregistré, hier, une forte hausse sur les marchés, au moment où le pays est confronté à une crise sanitaire aux conséquences multiples.
A l'origine de cette flambée soudaine, l'Association nationale des commerçants et artisans (ANCA) a évoqué une frénésie des achats des produits de consommation liée à la propagation du coronavirus, ainsi que les aléas climatiques et le phénomène de la spéculation.
A titre d'exemple, «le prix de la pomme de terre a augmenté ces dernières 24 heures de 30 DA/kg sur le marché de détail, notamment dans les wilayas du Centre.
Face à l'inquiétude croissante que suscite le Covid-19, les consommateurs ont fait des achats de légumes, dont l'oignon et la pomme de terre en grandes quantités ces trois derniers jours. Beaucoup d'Algériens ont fait des stocks de sept à dix jours. Evidemment, cela a influé sur les prix des produits alimentaires», a souligné Hadj Tahar Boulenouar, président de l'ANCA, joint hier par téléphone. Autre explication : les aléas climatiques.
«Avant-hier, la région de Oued Souf, dans la wilaya d'El Oued, premier fournisseur national de pommes de terre, a été touchée par une tempête de sable. La récolte de la pomme de terre et le transport étaient à l'arrêt», a-t-il indiqué.
Ce dernier a aussi dénoncé des «spéculateurs qui profitent de l'aubaine pour augmenter les prix» des produits alimentaires. «Des spéculateurs sont allés jusqu'à colporter de fausses nouvelles, selon lesquelles les marchés de gros et de détail allaient être fermés.
En agissant ainsi, ils espéraient pousser les citoyens à acheter en grandes quantités et dicter ainsi leur loi en matière des prix», a-t-il fustigé, appelant les Algériens à éviter les achats de précaution qui pourraient déboucher sur une pénurie des produits alimentaires.
Alors que le président Tebboune a promis «de mener une campagne pour démasquer les spéculateurs qui stockent des produits de consommation en vue de créer des pénuries», le président de l'ANCA a recommandé de contraindre l'ensemble des producteurs agricoles de passer par les marchés de gros, et de suivre le parcours des transporteurs de produits alimentaires. «Il faut une coordination entre les directions du commerce et celles de l'agriculture pour garantir la stabilité de l'offre et de la demande», a-t-il souligné.
Celui-ci a prédit une baisse prochaine des prix des produits agricoles. «Les stocks des produits alimentaires sont très suffisants pour satisfaire la demande pour les prochains mois. De plus, nous sommes toujours en période de récolte s'agissant de la pomme de terre. Je peux garantir qu'il n'y aura pas de pénurie ou de rupture de stocks des produits alimentaires.
Il n'y a aucune raison que les citoyens s'affolent», a relevé Hadj Tahar Boulenouar, dont l'organisation sensibilise ses adhérents à observer les mesures préventives pour contenir la propagation du coronavirus, notamment le port de gants et la désinfection et le nettoyage des espaces commerciaux.
Lundi dernier, le ministre du Commerce, Kamel Rezig, avait affirmé que ses services pouvaient intervenir pour plafonner les prix et déterminer les marges bénéficiaires en «cas de nécessité absolue», allusion au coronavirus.
«On ne peut pas plafonner les prix, car le marché est libre. L'Etat a seulement le droit de plafonner les prix des produits subventionnés. En revanche, on peut se mettre d'accord sur le plafonnement des marges bénéficiaires», a nuancé notre interlocuteur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.