Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Industrie pharmaceutique: appel à une production locale innovante    Lettre ouverte à un frère de l'Armée Nationale Populaire    Rezig reçoit des experts en agriculture membres de la communauté établie au Canada    FC Barcelone: Guardiola répond sèchement au Barça !    Décès de Jean Daniel: le Président Tebboune rend hommage à un "ami de la révolution algérienne"    Consécration du 22 février Journée nationale, un acquis pour le peuple et pour l'Algérie    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Foot/ L2 (boycott des clubs): le Bureau fédéral refuse le report de la 20e journée    USMA : Ardji ou Yaïche pour remplacer Zouari    MCA: La confiance sera renouvelée à Toual    Tribunal de Bir Mourad Raïs : le Directeur général du groupe Ennahar placé en détention provisoire    Opticharge, une nouvelle application mobile pour le transport de marchandises    Une expulsion et des interrogations    Le PAD engagera de larges consultations avec les anti-pouvoir    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Le Président Tebboune accorde des entrevues à des médias nationaux et etrangers    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Erdogan menace la Syrie d'une opération à Idleb    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Espagne/Andalousie: Création de l'intergroupe parlementaire "Paix au Sahara occidental"    "Le centre de décision ne se trouve pas chez le pouvoir formel"    «Par quelle main retenir le vent»    Karim Younès au rang de ministre d'Etat    13,4 milliards DA d'investissement en 2019    Madar joue la carte des «primes »    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    Erling Haaland, naissance d'un géant    Le virus de l'argent en quarantaine !    Être radieuse, c'est possible !    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les corps communs en grève les 23 et 24 février    Le Galaxy Z Flip, le premier écran en verre pliable de Samsung    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    Le message poignant De nos frères blessés    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    "Et si je les tuais tous, Madame", le monologue des silences bavards    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Que serait le 7e art sans les artistes ?!    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Berraf dénonce un 'montage'    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Flambée des prix: La loi de finances n'est pour rien !
Publié dans Le Temps d'Algérie le 11130

L'année 2016 qui touche à sa fin est marquée par une augmentation vertigineuse des prix de fruits et légumes. A commencer par le prix de la pomme terre qui a atteint les 60 DA le kilo, alors que ceux de la carotte et du chou frôlent les 100 DA/kg. Les fèves vertes sont hors de portée dépassant les 120 DA/kg.
En l'absence de régulation et de contrôle, le citoyen est contraint de débourser tout son salaire uniquement pour s'approvisionner en produit alimentaire. «Le même consommateur qui se plaint de cette flambée se bouscule devant les étals pour acheter ces aliments», fait remarquer Hadj Tahar Boulenouar, président de l'Association nationale des commerçants et des artisans (Anca) qui s'interroge sur le mode de consommation chez le citoyen. «La crainte d'une pénurie durable de certains produits alimentaires pousse le consommateur à acheter en grande quantité pour les stocker au lieu d'aller vers le boycott pour faire baisser les prix».
Sur les raisons de la flambée de la mercuriale, Boulenouar réfute tout lien de cette hausse avec la loi de finances 2017 qui a prévu des augmentations de certains impôts, dont la taxe appliquée aux carburants et aux autres produits de large consommation. «La loi de finances n'a rien à voir avec l'augmentation des prix des produits alimentaires», a estimé notre interlocuteur. Cela avant d'évoquer les facteurs qui jouent sur la hausse des prix. Parmi lesquels, l'évaluation de la monnaie nationale, la production nationale insuffisante et le dysfonctionnement au niveau du réseau de distribution, ainsi que les capacités de stockage. Pour ce qui est de fruits et légumes, la baisse de l'offre et les conditions de stockage sont à l'origine des perturbations et de la hausse des prix. «Les propriétaires des chambres froides ne jouent pas leur rôle», explique Boulenouar. Cela sans oublier des conditions météorologiques qui empêchent les agriculteurs de faire la cueillette. L'ensemble de ces facteurs, explique-t-il, sont à l'origine de l'instabilité au niveau du marché. «S'il existe une stabilité en matière d'apprivoisement, il y aura une stabilité des prix», soutient-il. Il y a lieu aussi de signaler, selon lui, une «position de monopole» qu'exercent certains importateurs et qui a son impact sur la hausse des produits alimentaires. «Ce n'est pas le commerçant qui décide, mais ce sont les grossistes et les importateurs», soutient-il. Avant d'ajouter : «Les revendeurs et détaillants n'appliquent qu'une simple marge bénéficiaire que ce soit pour l'aliment importé ou celui produit localement».
Au-delà des explications fournies par les commerçants au sujet de ces hausses, il faut dire que les citoyens redoutent l'année 2017 avec l'entrée en vigueur des nouveaux tarifs notamment des carburants qui se répercuteront certainement sur les autres produits et services.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.