Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Quatre personnes interpellées à Laghouat et Tiaret pour trafic de drogue et contrebande    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Niger: 1,6 millions d'enfants vulnérables touchées par des crises humanitaires    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Déconfinement à multiples risques    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Il n'a pas d'arc-en-ciel la nuit    Vers un intérimaire à la tête du MPA    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le Care critique les choix du gouvernement    Le pompage de l'eau prévu pour la fin du mois    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    Les travaux s'éternisent    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Trafic de drogue, 2 arrestations    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Un déni français    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les réfugiés embauchés dans l'agriculture
Publié dans El Watan le 07 - 04 - 2020

Le préfet de Seine-et-Marne a créé le débat en lançant une proposition de recrutement dans les champs en manque de main-d'œuvre.
Sur le site de la préfecture, le communiqué explique : «Faisant suite à l'épidémie de coronavirus, certains maraîchers du département ne disposent pas de la main-d'œuvre saisonnière étrangère nécessaire et peinent à recruter, alors que se profile dans quelques jours le ramassage des fruits et légumes en terre (notamment des fraises et des asperges) et que les légumes qui seront récoltés en juin doivent être plantés dès maintenant.
Ces fruits et légumes sont indispensables pour approvisionner les marchés franciliens. Le préfet a donc demandé aux gestionnaires des hébergements d'urgence des demandeurs d'asile du département de faciliter la mise en relation entre les réfugiés et les professionnels agricoles.
Cet encouragement à aller travailler vise à combler le manque de main-d'œuvre que connaît ce secteur à cette période et qui habituellement fait appel à des saisonniers communautaires et extra communautaires. 56 réfugiés issus des cinq centres d'hébergement provisoires que compte le département et du centre d'accueil et d'examen des situations se sont portés volontaires et pourront rejoindre des exploitations agricoles dans tout le département pour contribuer à des travaux de plantations et de récoltes.
Fruit d'une concertation entre les services de l'Etat – Direction Départementale des Territoires, Direction Départementale de la Cohésion Sociale – et la profession agricole, ce dispositif sera le cas échéant étendu à d'autres secteurs d'activités connaissant le même besoin de main-d'œuvre. Il complète les autres dispositifs déjà en place.» Une soixantaine de jeunes hommes ont répondu à l'appel, âgés de 20 à 25 ans, et ont des connaissances en agriculture.
Cette annonce a suscité les réactions de certains qui craignent que «les réfugiés seraient sous-payés, voire pas payés du tout, en faisant allusion à du travail forcé», explique 20Minutes.fr. Le préfet a précisé que les gens auxquels il est fait appel sont des personnes réfugiées, et donc qui «ont le droit de travailler et pour lesquelles on a même le devoir de leur trouver un emploi». Il affirme du reste avoir déjà, en temps que préfet de l'Eure, mis en lien des réfugiés avec des professionnels du BTP.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.