Affaire Tahkout : poursuite du procès avec l'audition d'autres accusés et des parties civiles    Minurso: l'Afrique du Sud regrette l'absence d'un mandat étendu aux droits de l'Homme    Sétif: des mesures d'urgence pour assurer un confinement rigoureux    Le Président Tebboune présente ses condoléances à la famille de l'avocate Terrafi Yasmine    Russie : Un conseiller du chef de l'agence spatiale russe arrêté pour «trahison»    Signature d'une convention entre le ministère des Affaires religieuses et l'ONPLC    Oran : Distribution de 5000 ouvrages aux bibliothèques communales    Lancement d'un service de prêt sur réservation    Les 13 manifestants acquittés    Révision de la Constitution: Les propositions du MSP    Mali: tirs d'obus contre un camp de forces onusiennes, françaises et maliennes    Ligues 1 et 2: La reprise du championnat s'éloigne    Bi-nationalisme    Complexité insurmontable ?    Tiaret: Près de 1.800 logements attribués    DENSIFICATION    Oran: trois éléments de soutien aux terroristes arrêtés    Abdelhak Lamiri: «L'idée de relance de l'économie n'a jamais vu le jour»    Constructions inachevées et non conformes aux permis de construire: Plus de 15.000 dossiers régularisés par les commissions des daïras    Institut Cervantès: Un riche programme éducatif et culturel pour juillet    Le financement participatif bientôt opérationnel    Belhadj actionne la tenue de l'AG    Derradji confiné à l'hôtel Mouradi en Tunisie    Griezmann, une reconnexion "brillante" avec Messi et Suarez    Abderazak Makri, toujours dans la surenchère sur la question de l'identité    Colère des souscripteurs AADL à Médéa    Le Coram soutient 27 projets pour 150 millions d'euros    Le Salon international de Genève de 2021 annulé    Près de 300 migrants interceptés par la Turquie    Un sixième centre de dépistage mis en service à Oran    Réception prochaine d'un service des urgences médico-chirurgicales    Les commerçants tirentla sonnette d'alarme    Le groupe PSA se mobilise en Algérie    Marché automobile : le bout du tunnel ?    Flambée des prix des climatiseurs    "Le 7e art a permis un changement profond dans les révolutions"    Epopée d'un pays en construction    Eléments constitutionnels de "l'Etat démocratique et social"    Beaucoup de promesses et peu de décisions concrètes de la France    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    La Juventus pied au plancher, la Lazio au rattrapage    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    Tebboune préside une séance de travail aujourd'hui: Le plan de relance socioéconomique au menu    Enfin !    Le général-major Hassan Alaimia inhumé au cimetière d'El-Alia    Le ministre des sports répond a Taoufik Makhloufi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès de Mohand Dahmani, fondateur du Congrès mondial amazigh : «Un grand militant qui aime sa culture»
Publié dans El Watan le 19 - 04 - 2020

Il était militant de la cause identitaire, Mohamed Dahmani, originaire de la daïra de Boghni, dans la wilaya de Tizi Ouzou, s'est éteint, mercredi, en France, suite à une longue maladie qui l'a cloué au lit durant plusieurs mois.
Le défunt était aussi l'un des fondateurs du congrès mondial amazigh et l'une des personnes qui ont préparé l'Assemblée générale constitutive de cette organisation internationale non gouvernementale, les 27-30 août, à Tafira, dans les îles Canaries.
La mort de Mohamed Dahmani intervient dans un contexte marqué par la propagation de la pandémie du Covid-19, ce qui empêche les militants et autres compagnons de combat à rendre un dernier hommage au regretté.
Mais en dépit de cette situation, plusieurs personnes ont honoré la mémoire de ce militant des causes justes. «J'ai connu Mohand Dahmani lors de la réalisation de mon documentaire sur le Congrès mondial amazigh. J'ai découvert en lui un homme sincère, un vrai militant qui aime sa terre et sa culture. J'ai appris, à travers son témoignage, mais aussi celui des autres membres fondateurs, que sans lui, le CMA n'aurait pas vu le jour.
Il a, lui-même, organisé le prè-congrès de Saint-Rome-de-Delon. Dahmani a participé à la préparation du Congrès de Tafira qui a vu la naissance du CMA. Déçu par le déroulement de ce dernier, Mohand a préféré se retirer de cette organisation. Je l'ai interviewé aussi, ces dernières années, sur un livre qu'il préparait sur la Kabylie face au colonialisme français», nous raconte le journaliste Mohand Kacioui.
«Tous les membres fondateurs du CMA que j'ai fait parler dans mon documentaire, reconnaissent son implication et son rôle important dans la création du Congrès. C'était un homme cultivé qui avait une analyse objective et autocritique sur le mouvement Amazigh et le congrès en particulier. S'il a choisi de rester discret ces dernières années, ceux qui le connaissent savent qu'il continuait à porter la culture berbère dans les veines. Il était un artiste aussi.
Il faisait de la poterie. Il a choisi de vivre dans un petit village, en Lozère, afin de reconstituer un environnement qui ressemble à sa Kabylie natale. Enfin, mes pensées vont à sa famille, en particulier à son frère Arezki, économiste et, lui aussi, militant de la démocratie. Aujourd'hui, je me sens privilégié de l'avoir interviewé pour mon documentaire sur le CMA que je diffuse d'ailleurs lundi 20 avril.
Cette diffusion sera avant tout un hommage pour ce grand militant amazigh», nous a-t-il ajouté. Ali Harcherras, un militant de la cause amazigh, au Maroc, estime que le décès de Dahmani est une grande perte pour Tamazgha et tous les Amazighs. «Les jeunes le connaissent, peut-être moins, alors qu'il est l'un des acteurs les plus actifs, les plus déterminés et les plus déterminants du Mouvement amzigh, depuis les années 1970.
Il est le président fondateur de l'Association Internationale de Solidarité Berbère (ASIB)», a-t-il écrit en guise d'hommage. «Mohend (que j'appelle parfois Chikh Mohand et parfois Ssi Mohand), en plus d'être un grand connaisseur de l'Histoire de Tamazgha, se distingue également par sa connaissance de ce pays, sur le terrain : il l'a parcouru de long en large et en connaît quasiment toutes les villes et tous les villages.
Amoureux de la montagne, il parcourt le Haut et l'Anti Atlas et, amazighe dans l'âme qu'il est, il distribue des habits et des vivres aux nomades et aux bergers qu'il rencontre… Il y a tant d'autres choses à dire sur notre Mohand, Muend-nne», a-t-il ajouté.
Mohand Dahmani reposera désormais, en paix aux côtés d'autres militants qui ont marqué la genèse de la revendication identitaire amazighe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.