Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'effet placebo du déconfinement
Publié dans El Watan le 22 - 04 - 2020

Avec la tendance à la stabilisation relative de l'épidémie qui se dessine à travers les chiffres officiels annoncés ces derniers jours de la baisse de la courbe des décès, de la fréquentation des services de réanimation et du nombre de malades guéris, des professionnels de santé et des hommes politiques ont commencé à alerter les pouvoirs publics sur la nécessité impérieuse de bien préparer la phase délicate et décisive du déconfinement.
Tout relâchement dans l'effort de prévention et de lutte contre la maladie exposera le pays, de l'avis unanime de nos experts, à une catastrophe certaine que nous avons, pour notre bonheur, peut-être évitée jusqu'ici, au prix des sacrifices que l'on sait, si les chiffres encourageants enregistrés cette semaine se confirment et se consolident durant les prochains jours.
Il reste que dans tous les cas de figure, il faut bien se rendre à l'évidence que nous n'en avons pas encore fini avec la première vague et que la menace de l'arrivée d'une seconde vague guette à chaque instant. Les mesures barrières mises en œuvre pour endiguer la propagation du virus ont montré leur efficacité partout, y compris chez nous, même si des manquements ont pu être constatés ça et là, en ce qui concerne le respect des règles de confinement et de distanciation sociale.
Des couacs qui donnent la mesure de la complexité de l'opération du déconfinement. Accueillie avec scepticisme et circonspection, voire non sans une profonde inquiétude par une large partie de l'opinion, tant la bête immonde sévit toujours, la possible levée du confinement énoncée par le président Tebboune pour la fin du mois courant ne laisse pas beaucoup de temps aux experts en vue de mettre au point une stratégie conciliant, avec harmonie, une reprise progressive, maîtrisée de la vie nationale sous tous ses aspects avec les exigences sanitaires de l'heure.
La menace du Covid-19 ne disparaîtra pas avec la levée administrative du confinement. Le défi à venir qui attend les pouvoirs publics est double : il consistera à assurer le suivi des malades hospitalisés, les cas externes qui apparaîtront tout en maintenant un dispositif sanitaire de veille, avec le même niveau d'expertise et de technicité au plan opérationnel, la même mobilisation pour accueillir et prendre en charge, dans de bonnes conditions, en milieu hospitalier, les nouveaux malades.
En l'absence de dépistage massif, personne ne peut objectivement prédire ce que nous réservent les prochains jours. Il serait hasardeux de spéculer sur les contingents réels ou supposés des sujets contaminés échappant aux statistiques du comité scientifique chargé du suivi de l'épidémie et qui seraient dans la nature, entre les cas de citoyens présentant des signes de la maladie et qui ne consultent pas, pour une raison ou une autre, et ceux asymptomatiques, sources de contagion, qui doivent impérativement être identifiés, localisés pour être traités.
L'Algérie aborde l'équation difficile du déconfinement avec un lourd handicap : ses réalités politiques, économiques et sociales, ses spécificités sociologiques, l'incivisme et, souvent, l'inconscience des citoyens face à la dangerosité de l'épidémie, l'indisponibilité des moyens de protection de la population, notamment les masques, la surcharge des établissements scolaires et des campus universitaires, l'anarchie des moyens de transport, les marchés informels incontrôlables… autant d'écueils avec lesquels il faudra compter.
Comment imposer le respect des consignes de prévention sanitaire dans une situation de désordre et d'anarchie généralisée dans laquelle l'Etat et le citoyen sont tout autant responsables ? De la même façon que le confinement fut difficile à faire respecter par tous, en dépit des mesures répressives décidées à l'encontre des contrevenants, parce que, aussi, l'accompagnement de la population par les services de l'Etat n'a pas toujours suivi, le déconfinement apparaît également, à l'évidence, comme un pari d'autant plus difficile encore à engager compte tenu de toutes ces contingences. Non maîtrisé, déployé dans la précipitation, juste pour montrer que l'Etat tient bien la situation en main, que le danger est derrière nous, le plan de déconfinement n' aura qu'un effet placebo, avec le risque de voir la crise sanitaire se prolonger et échapper au contrôle des autorités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.