Du sens du patriotisme en Algérie    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Les suppressions de postes chez Airbus : Une nouvelle «dévastatrice»    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    La mère des batailles    La tablette et les diplômés chômeurs    Après la fermeture des marchés à bestiaux: Plaidoyer pour une vente contrôlée des moutons de l'Aïd    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    De lourdes peines de prison et saisies des biens    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Biskra face au rebond inquiétant des contaminations    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Conflit libyen : Ces mercenaires syriens qui ont sauvé la tête de Fayez Al Sarraj
Publié dans El Watan le 22 - 04 - 2020

La reprise, la semaine dernière, par les forces loyales au gouvernement d'union nationale (GNA) des principales villes conquises en Tripolitaine par la milice de Khalifa Haftar au cours de l'année 2019, ne s'explique pas uniquement par l'aide militaire (blindés, drones, systèmes de défense antiaériens) fournie par la Turquie.
Le GNA n'a pu avoir le dessus sur les troupes de Khalifa Haftar et renverser en sa faveur le rapport de force sur le terrain que grâce aussi aux milliers de mercenaires envoyés par Ankara. Sans l'appui de ces combattants aguerris, la bataille de Tripoli aurait certainement pris une tournure bien moins avantageuse pour le GNA.
Devant justement le risque de voir Tripoli tomber entre les mains de Khalifa Haftar, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, s'était empressé, dès la fin de l'année 2019, de dépêcher en Libye des mercenaires syriens (ou ayant opéré en Syrie) pour soutenir son protégé, Fayez Al Sarraj, qui était alors en mauvaise posture.
Selon diverses sources, un groupe initial de 300 hommes de la deuxième division de l'Armée nationale syrienne (ANS), rassemblant des groupes rebelles syriens financés par la Turquie, a quitté la Syrie, par le poste-frontière militaire de Hawar Kilis, le 24 décembre 2019, pour prendre la direction de la Libye.
Selon Rami Abdel Rahman, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme basé à Londres (OSDH), le nombre total de mercenaires syriens acheminés en petits groupes par voie aérienne en Libye a dépassé, le 12 avril, les 5100 combattants. Aujourd'hui, on parle même de 5300 mercenaires. Avec leur apport, le GNA semble sur le point de faire céder totalement le siège que lui impose depuis une année autour de Tripoli Khalifa Haftar, lequel se fait lui aussi aider par des mercenaires russes et soudanais et une légion de salafistes.
2000 dollars et la nationalité turque
Pour «motiver» tous ces mercenaires à se battre contre les troupes de Khalifa Haftar, Ankara leur a promis un salaire moyen de 2000 dollars, la nationalité turque et une prise en charge médicale en cas de blessures. Selon le quotidien britannique The Guardian, qui cite plusieurs sources, les combattants syriens (et non syriens) auraient signé des contrats de six mois avec le gouvernement d'accord national (GNA), reconnu par la communauté internationale, et non avec l'armée turque.
Ils ont vu, ainsi, leur salaire multiplié par 20 par rapport à celui qu'ils percevaient en Syrie. Ce flux de mercenaires ne va pas s'arrêter, puisque des sources militaires européennes évoquent de nouvelles arrivées. L'OSDH, proche des rebelles syriens modérés, signale quant à lui le passage, ces derniers jours, de la Syrie à la Turquie, de centaines de combattants non syriens opérant dans des milices djihadistes à Idleb.
Il y aurait parmi eux de nombreux Chinois de la région du Xinjiang (ou du Turkestan). Selon la même source, le passage de la frontière entre les deux pays a lieu près de la ville syrienne d'Azmarin, à mi-chemin entre Idleb, Antioche et la province turque de Hatay, où se trouveraient des camps d'entraînement pour «militants» syriens.
Ce mouvement de mercenaires se déroulerait, selon l'OSDH, au vu et au su des services de sécurité turcs et des miliciens du mouvement Harakat Tahrir Al Cham (anciennement Front Al Nosra), une coalition de milices proches d'Al Qaîda qui combat depuis des années le pouvoir de Damas. Selon des sources syriennes citées par plusieurs médias, la Turquie a également encouragé l'afflux de miliciens ouïghours, dont bon nombre ont combattu sous l'étendard de Daech. Pour beaucoup, ces vétérans du conflit syrien ne peuvent aller qu'en Libye où d'anciens djihadistes de diverses origines opèrent déjà aux côtés du GNA.
Il est difficile de croire en effet qu'Ankara a l'intention de les garder sur son sol ou de les rapatrier dans leur pays d'origine, où ils seraient certainement traités comme des terroristes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.