APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un drone émirati abattu dans l'ouest de la Libye
Il survolait la ville portuaire de Misrata
Publié dans Liberté le 29 - 01 - 2020

Les forces du Gouvernement libyen d'union nationale (GNA), établi à Tripoli, ont annoncé hier avoir abattu un drone armé émirati qui survolait la ville de Misrata, à 200 km l'est de la capitale libyenne.
Dans un communiqué rendu public, l'opération "Volcan en colère" du GNA a affirmé que l'avion abattu appuyait les soldats de l'armée nationale libyenne (ANL) du controversé général Khalifa Haftar, bras armé des autorités parallèles de l'Est libyen. Des photos des restes de l'appareil ont été postées sur les réseaux sociaux et par les médias locaux. Ce n'est pas la première fois qu'un drone portant l'emblème émirati a été abattu dans l'est de la Libye, où Khalifa Haftar mène une opération armée depuis le 4 avril 2019, ayant pour objectif de prendre le contrôle de la capitale Tripoli, siège du GNA internationalement reconnu.
Cette opération a fait plus de 2000 morts et des milliers de blessés, dont des civils et des migrants, sans compter les dizaines de milliers de déplacés par les raids aériens anarchiques de Haftar.
Ce dernier a décrété une trêve début janvier mais refuse de signer un accord de cessez-le-feu durable et permanent, dans sa version proposée par la Russie et la Turquie, rejetant toute médiation turque dans le processus politique en Libye. La Turquie a conclu récemment un accord maritime controversé avec le GNA, incluant l'autorisation des troupes turques à se déployer en Libye en cas de besoin. Ce qu'Ankara a fait il y a quelques jours, en envoyant officiellement 35 soldats turcs à Tripoli comme conseillers militaires pour le GNA.
Mais la Turquie est accusée d'envoyer des mercenaires syriens en Libye, dont certains seraient des membres de l'organisation terroriste autoproclamée Etat islamique en Irak et en Syrie (Daech). Anakra a nié en bloc ces accusations, alors que les derniers rapports de la mission de l'ONU en Libye évoquent une présence massive de mercenaires étrangers sur le sol libyen, en soutien aux différentes parties libyennes en conflit depuis la chute de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi en 2011.

Lyès Menacer


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.