Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cherchell. Association Errachidia : Farid Khodja, le chantre de la musique andalouse
Publié dans El Watan le 07 - 08 - 2010

Dans la nuit de jeudi à vendredi, l'association Errachidia de Cherchell a programmé un plateau musical qui a enregistré une affluence record, composée essentiellement de familles venues avec leurs enfants.
D'ailleurs la cour du CEM Yamina Oudaï s'est avérée trop étroite pour abriter l'événement. Cette manifestation culturelle intitulée « Les Nuits andalouses » qui en est à sa 6e édition, demeure l'unique « échappatoire » pour les mélomanes locaux, y compris ceux qui sont en vacances, en quête d'une plongée dans le monde musical andalou et hawzi. La brise qui soufflait offrait de la fraîcheur au public. Les élèves de l'association Al Andalibia de Miliana entraient en scène. Ils venaient de participer à la clôture du Festival de musique andalouse à Ténès (Chlef). Ils ont interprété, à l'occasion de cette édition, une nouba medjenba complète, sous la houlette de Benbliblidia Sadek. Les élèves artistes se sont montrés studieux sur la scène. Tels des rossignols au milieu d'un espace de détente, Benali Abdellah Meriem, Zaoui Amel et Benrabah Amira, vêtues de tenues purement traditionnelles et violons à la main, se sont relayées pour chanter tour à tour, révélant ainsi la qualité de leurs voix.
Benblidia Yasmine concentrée sur son piano électrique imposait le tempo de la nouba, sous le regard du maestro Sadek Benblidia. Il est 23h20, le chantre de la musique andalouse fait son apparition sur scène, tenant à la main, le rebab. Applaudissements et youyous fusent de la cour archicomble, et accompagnent l'artiste dans ses premiers pas, avant de s'installer sur la scène pour entamer son récital. Coincé entre cheikh Annabi M'Hamed, Kamel (guitare) et Sebbagh Kamel (violon) et accompagné par une brochette des meilleurs élèves de l'association Errachidia, l'ancien élève de Mohamed Toubal et de l'association Al Andaloussia d'Alger a séduit les spectateurs par ses qualités vocales en interprétant les mode zidane (nouba), djerka (haouaza), sahli (haouaza), zidane (haouaza) et allaoui. Les musiciens Hafidh au piano, Mohamed Seghir en alternance avec sa derbouka et son bendir, ainsi que le flûtiste ont fait chavirer l'assistance où étaient présents le chef de l'exécutif de la wilaya de Tipasa et les autorités locales. Farid Khodja, très décontracté et très à l'aise sur scène, se permettait de parler aux familles. Des femmes répétaient en chœur certains refrains de son récital.
60 minutes de bonheur
La communion entre l'artiste et le public durera un peu plus de 60 minutes. Le chanteur a tenu un léger briefing avec son orchestre quelques moments avant la soirée. Il avait affiché sa satisfaction sur la prestation des virtuoses de l'association Errachidia présidée par Sid-Ahmed Korchi, un élève de l'association. Dès l'entame du tour de chant de Farid Khodja, l'animateur a tenu à rendre hommage au chanteur Abdelkader Guessoum qui vient de disparaître tragiquement, un artiste qui venait très souvent animer des fêtes de mariage à Cherchell. « Ce sont de bons moments que je viens de passer avec les familles présentes, une affluence comme celle de cette soirée, je veux bien m'y produire devant elle à chaque instant, c'était fusionnel, nous a déclaré Farid Khodja à l'issue de sa performance sur scène, cette musique est un art racé plusieurs fois centenaire, sur scène les musiciens d e l'association et moi-même étions au diapason pour être à la hauteur de l'attente des nombreuses familles ; c'est le public qui est le garant de la pérennité de la musique arabo-andalouse, moi-même je n'ai fait que prêter ma voix pour interpréter les chansons. Il faut avant tout rendre hommage aux auteurs, compositeurs des chansons, aux organisateurs de ces rendez-vous musicaux et enfin au public, qui se sont consacrés à la préservation de ce précieux patrimoine musical », conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.