Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Barça-Atlético : Les compositions probables    Tirage au sort lundi au Caire    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    "PAS DE MUSELIÈRE"    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





SARS-CoV-2 dans les eaux usées : risque potentiel pour la santé
Contribution
Publié dans El Watan le 04 - 06 - 2020

Il convient de tenir compte du fait que des personnes affectées symptomatiques (et peut-être aussi asymptomatiques) pourraient propager les virus par le biais de leurs excréments et de l'épandage ultérieur éventuel aux compartiments environnementaux.
Dans de nombreuses études publiées, le SRAS-CoV-2 a été détecté dans des échantillons provenant de plusieurs sites et, surtout, le virus vivant a été détecté dans les matières fécales, ce qui implique la possibilité d'une transmission du SRAS-CoV-2 par voie oro-fécale.
Au cours de la première épidémie du SARS apparue en automne 2002, il a été rapporté dans une étude une possible contamination par voie oro-fécale. A Hong Kong, la contamination de 321 personnes au sein d'un même immeuble a été attribuée à un patient souffrant de diarrhée qui a, en raison d'un système d'évacuation défectueux de l'immeuble, associé à la mise en route de la ventilation mécanique des salles de bains, permis la pénétration de gouttelettes contaminées sur les surfaces des appartements.
Il est devenu clair que les eaux usées humaines pourraient contenir le nouveau coronavirus. Les eaux usées humaines échantillonnées dans différentes études ont été testées positives pour la présence d'ARN viral. La question de savoir si le SRAS-CoV-2 est viable dans des conditions environnementales qui pourraient faciliter la transmission oro-fécale n'est pas encore claire.
Cependant, il existe des preuves d'une propagation potentielle dans la communauté, le virus se propageant facilement et durablement dans la communauté dans certaines zones géographiques touchées telles que la Chine. Un cas a également été signalé aux Etats-Unis dans lequel l'individu n'avait été exposé à personne connu être infecté par le SRAS-CoV-2 et ne pas avoir voyagé dans des pays où le virus circule. La transmission entérique potentielle a également des implications pour ceux qui travaillent avec les déchets humains et les eaux usées, pour lesquels des directives de l'OMS ont été élaborées spécifiquement concernant la Covid-19.
La transmission entérique du SRAS-CoV-2 est possible et l'exposition au SARS-CoV-2 dans les eaux usées pourrait poser un risque pour la santé. La possibilité de transmission oro-fécale de Covid-19 a des implications, en particulier dans les zones où l'assainissement est médiocre où la capacité de diagnostic peut être limitée.
Lorsqu'ils se propagent dans l'environnement, certaines étapes potentielles à considérer pour ces virus sont le transfert d'un compartiment à un autre, contamination d'autres êtres vivants, prolifération, mutation éventuelle, transmission… Actuellement, on pense que ces coronavirus ne pouvaient survivre que quelques jours dans l'environnement, hors des cellules vivantes, mais cela pourrait être suffisant pour atteindre d'autres organismes vivants, pour muter et changer des caractéristiques, etc.
Ainsi, dans une étude chinoise récemment publiée, des séquences de coronavirus de type SARS ont été identifiées chez des carpes. La température est un facteur essentiel dans la transmission du virus. Des températures basses contribuent à la transmission du virus, ainsi, l'arrivée de l'été et pourrait réduire la transmission du Covid-19.

Par Abdelaziz Touati
Professeur spécialiste en écologie microbienne. Université de Béjaïa


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.