Chaînes humaines devant les bureaux de poste et les GAB: Force publique et huissiers face à la grève    Des citoyens protestent à Tizi-Ouzou    A l'instar des précédents ramadhans: Tension sur le lait en sachet    Fin de mission ou redéploiement ?    L'ASELCT, une association SDF !    MC Oran: Une copie à revoir pour Madoui    ES Sétif: Une Entente en demi-teinte    MARMELADE DES TEMPS NOUVEAUX    Fruits et légumes: Les prix de la pomme de terre et la tomate continuent leur flambée    Adrar: 90 étudiants victimes d'une intoxication alimentaire    Dossier de la mémoire: «La pandémie est venue retarder les pourparlers»    El Tarf: Un riche programme culturel et artistique    Quand la vie se résume à un poème    Tebboune préside la réunion périodique    Renouvellement du bâtonnat de Boumerdès    «Nous souhaitons aller vers de nouveaux services»    Mbappé préféré à Haaland    Brèves Omnisports    Tirage au sort mercredi    L'Abef allège le recours au Credoc    13 Tonnes de pain jetées à la poubelle    «Les législatives sont un objectif stratégique»    Le rêve inachevé    Les mesures de Rezig invisibles    Le chiffre «insolite» de la vaccination    Les spécialistes s'y opposent    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Le Conseil de sécurité de l'ONU soutient le mécanisme    À quoi joue la Turquie?    Plusieurs responsables américains interdits d'entrer en Russie    Le premier martyr du Mouvement national    «El Aqaïd» de Abdelhamid Benbadis    Témoignage inédit et émouvant sur Matoub Lounès    FAF : La Commission de passation de consignes entrera en action dimanche    Algérie Poste : La direction annonce des mesures    Moins nombreux, mais toujours déterminés    Tebboune s'en prend aux partisans de "la duperie"    Le gouvernement allège la procédure    119 organisations saisissent le Conseil de sécurité de l'ONU    L'observatoire Euro-Med des droits de l'Homme épingle Rabat    La libération des détenus d'opinion réclamée    Le derby de la Soummam en haut de l'affiche    Qaâdat et sonorités chaâbi au pays du froid    Epilogue d'une vive controverse autour de la nouvelle mosquée de Strasbourg    Raul Castro va quitter le pouvoir à Cuba : Une page d'histoire qui se tourne ?    Malika Chitour Daoudi. Romancière : «Mon roman parle d'âmes qui se lient et d'empathie...»    De la circonscription administrative, en particulier, à l'administration territoriale, en général, ou l'urgence d'une doctrine d'emploi (Suite et fin)    Le processus électoral est inéluctable    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projections de la Banque mondiale pour l'Algérie : Une croissance négative de -6,4% pour l'année 2020
Publié dans El Watan le 10 - 06 - 2020

Les projections de la Banque mondiale sur l'état de l'économie en Algérie post-Covid-19 sont très inquiétantes.
L'institution de BrettonWoods prévoit une croissance négative de -6,4% pour l'année 2020, la troisième pire performance dans la région du Moyen-Orient et Afrique du Nord, après le Liban et la Cisjordanie et Ghaza qui auront des croissances négatives, respectivement de -10,9% et -7,6%. La loi de finances complémentaire récemment rentrée en vigueur prévoyait, pour rappel, un taux de croissance négative de -2,6% pour l'année 2020.
La BM est encore plus pessimiste dans ses prévisions car elle estime que le pays aura du mal à faire face à la crise pétrolière. «L'Algérie (-6,4%) et l'Irak (-9,7%) sont toujours aux prises avec les conséquences de la baisse des cours du pétrole et des vulnérabilités structurelles», indique le rapport de la BM.
Une perspective sombre qui laisse présager une très grande contraction du PIB et donc une forte récession avec ce qu'elle pourrait avoir comme conséquences terribles sur le pouvoir d'achat des Algériens.
Une situation qui devrait un tant soit peu s'améliorer en 2021. La BM prévoit un taux de croissance à 1,9% en 2021, une meilleure performance que celle de l'année 2019 (0,8%), de 2018 (1,4%) et de 2017 (1,3%). «Des programmes de diversification de l'économie à plus long terme, ainsi que les assouplissements récents accordés aux investissements étrangers, et l'amélioration de la réglementation devraient soutenir le rebond», analyse la BM. «Pour les pays exportateurs de pétrole, la production en 2020 va continuer à se contracter par rapport à l'année précédente, et les prix bas du pétrole réduisent également l'activité non pétrolière», note ledit rapport avant de préciser que la croissance dans le secteur pétrolier devrait rebondir dans les pays exportateurs en 2021, soutenue par la baisse de la pandémie et la reprise des investissements.
La région MENA est affublée d'une contraction de l'activité économique de 4,2% sous l'effet de la pandémie et de l'évolution du marché du pétrole. « C'est loin de la croissance de 2,4% prévue dans l'édition de janvier», précise la BM qui s'attend à d'autres bouleversements dans ses prévisions tant la situation est incertaine. «Les pays exportateurs de pétrole sont pénalisés par l'effondrement des prix du pétrole et des flambées de Covid-19, tandis que les importateurs de pétrole ressentent un affaiblissement avancé dans leurs économies, notamment du fait de la baisse enregistrée dans le secteur du tourisme».
Si le taux d'inflation a été quelque peu maîtrisé par les pays de la région, le secteur financier a enregistré une baisse d'intérêt des investisseurs.
Ainsi, dans les pays exportateurs de pétrole, la BM s'attend à une baisse d'activité de 5% en raison de la chute des prix du pétrole, alors que dans les pays importateurs, une contraction de l'activité économique estimée à 0,8% du fait de la baisse dans l'activité touristique et la détérioration des perspectives d'exportation. «L'investissement devrait rester atone suivant le climat d'incertitude qui règne au niveau mondial, tandis que la consommation sera limitée par les mesures de riposte à la pandémie», précise le rapport.
Ce document de la BM alerte aussi sur des risques de problèmes politiques qui «pourraient venir perturber les programmes de réformes, notamment dans les petits pays importateurs de pétrole». Notons que dans les projections de la BM, le Maroc et la Tunisie réaliseront une croissance négative de -4%, les Emirats arabes unis -4,5%, alors que l'Egypte s'en sortira avec une croissance positive de 3%.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.