Foot/ Ligue 1 (USM Alger) : François Ciccolini nouvel entraîneur    Feux de forêts : 9.165 hectares ravagés entre le 1 juin et le 3 août    Marché du gaz: Attar vante la stratégie de Sonatrach    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    Le ministère de la Défense: Le général-major Meftah Souab n'a pas fui    Ligue des champions d'Europe: Suspense garanti à Barcelone et Turin    Prophéties de chaos    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    Le message de condoléances et de compassion du président Tebboune    Aucun algérien ne figure parmi les victimes des explosions survenues mardi à Beyrouth (Liban), a annoncé le ministère des Affaires étrangères    L'apocalypse à Beyrouth    Des messages de soutien et propositions d'aides au Liban    Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Les travailleurs réclament leurs salaires    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Belatoui prêt à rempiler    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    Sept migrants décédés et cinq blessés dans un accident    Baisse sensible en 2020    Réalisation de puits pour l'amélioration de l'AEP    Le phénomène prend de l'ampleur à Relizane    La RN27 fermée à la circulation du 6 au 8 août    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    REOUVERTURE DES MOSQUEES : Les ‘'oulémas'' appellent à réaménager les horaires du confinement    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    Se reconstruire après la tragédie    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La course-poursuite entre fonte des réserves et efficacité économique
Publié dans El Watan le 13 - 07 - 2020

Si on analysait la tendance de la dégradation du niveau des réserves, on arriverait à une conclusion inquiétante. Le trend à la baisse montre une quasi absence de sa maîtrise. Et alors des questionnements sérieux surgissent. Allons-nous continuer à subir le même sort ?
Que faire pour endiguer cette tendance ? Les correctifs apportés sont-ils suffisants pour opérer un retour aux grands équilibres économiques ? Les chiffres sont alarmants. En 2013, les réserves de change frôlaient les 194 milliards de dollars et étaient la fierté du pays. On se targuait alors de disposer de ressources qui nous mettraient à l'abri de n'importe quel choc pendant de nombreuses années. Nous n'avons pas encore déterminé les politiques économiques qui pourraient stabiliser cette dangereuse tendance baissière. On tente plusieurs choses mais aucune ne fonctionne.
On a tous en tête le chiffre magique de 194 milliards de dollars fin 2013. On pensait passer la barre des 200 milliards en 2014 quelques mois avant que le choc pétrolier eut lieu. Il nous fallait alors des politiques de riposte vigoureuses et nous avions toutes les ressources pour accompagner des réformes profondes. Mais les politiques de maintien au pouvoir transcendaient la logique économique et l'intérêt national du pays. Finalement, on va se retrouver fin 2020 avec un montant de près de 44 milliards de dollars. Sur les sept années écoulées, après le premier choc pétrolier, nous perdons alors en moyenne 22 milliards de dollars de réserves.
Ce qui est énorme vu que nous avions aussi enregistré des entrées de plus de 30 milliards de dollars par an. Mais nous ne pouvons plus retourner en arrière et refaire l'histoire économique de notre pays. Tout ce qui compte vraiment est comment éviter de se retrouver démuni face à des crises sévères qui peuvent nous heurter.
UNE COURSE DE VITESSE ENGAGEE
Tout ce que nous avons essayé jusqu'à présent n'a pas fonctionné. Nous avions confié à l'administration un travail herculéen : lister les produits semi-finis et finis fabriqués dans notre pays pour autoriser en partie ou en totalité les importations d'output non fabriqué dans notre pays et non nécessaire. L'histoire économique contemporaine ne comprend aucun pays qui a usé d'une telle méthode et réussi à construire une économie florissante. Cela pourrait se justifier pour une période transitoire ne dépassant pas une année pour mettre en place les mécanismes d'une économie fonctionnant avec un haut degré d'efficacité. Il fallait abandonner l'option durant cette période.
Elle ne pouvait en aucun cas constituer une alternative fiable de résolution d'un problème aussi profond. Le résultat est là et les théories économiques ainsi que les expériences pratiques des différentes nations montrent que cette solution n'est qu'une chimère. Tout au plus, elle pouvait constituer une étape courte et transitoire mais en aucun cas une solution définitive. Le nouveau choc pétrolier et la Covid-19 ont rendu la situation encore plus complexe.
Maintenant, une course contre la montre est engagée : entre la vitesse (et la qualité) d'exécution des politiques économiques et la fonte des réserves. Si ces dernières s'épuisent plus rapidement que la mise en oeuvre de dispositifs appropriés, alors même de meilleures politiques économiques au monde auront beaucoup de peine à s'exécuter efficacement. La marche vers le redressement serait chahutée par des remous sociaux graves. Certains analystes parlent de financement du développement par l'endettement. On oublie quelque chose de fondamental. De nos jours, la marche vers l'endettement implique la perte du contrôle des politiques économiques que nous pourrions concevoir. Les institutions internationales vont mettre leur grain de sable dans la machine. Il y a même risque de perte d'une partie de la souveraineté politique. Si les politiques d'endettement étaient efficaces on aurait eu de bons résultat avec l'ajustement structurel des années 90'. Or, nous avions une expérience malheureuse avec les instances internationales. Elle risque de se répéter.
ACCELERER LES REFORMES URGENTES
Il nous reste à gagner cette course de vitesse. A peine deux ou trois ans nous séparent de la date fatidique. J'ai développé ces scénarios dans un ouvrage qui détaille les diagnostics et les solutions : la décennie de la dernière chance. De cette décennie, il nous reste trois ans maximum. Les mesures administratives règlent peu de problèmes. Les véritables solutions sont toujours retardées par l'administration. Souvenez-vous de la fameuse liste électronique qu'on devait avoir pour cibler les personnes qui nécessitent une aide spécifique lorsqu'on abolira le système des subventions pour tous.
Sept ans après, personne ne sait où on en est avec ce simple dispositif qui a été mis en place par de nombreux pays en voie de développement en moins d'une année. La mise en place de bureaux de change et le glissement du dinar vers sa vraie valeur a été annoncée au moins trois fois, mais a toujours été reportée sans explication judicieuse. La problématique essentielle réside dans le fait qu'on a des institutions (administratives et économiques) de niveau 3 sur 10 et on veut leur faire accomplir des activités qui nécessitent un niveau managérial de 8/10.
Nous avons besoin d'une ingénierie globale qui transforme radicalement la manière de fonctionner de nos entreprises et de nos institutions économiques. L'ingénierie globale nécessite une organisation de l'Etat et une distribution des rôles très spécifiques. On ne peut aller dans les détails techniques. La transformation des universités serait au coeur du dispositif. Il est possible de réaliser quelques améliorations avec les institutions actuelles. Mais il n'est pas possible de leur faire mener des réformes qui vont nous permettre de créer une économie compétitive diversifiée et indépendante des hydrocarbures. Pour gagner cette bataille de la vitesse, il faut travailler au moins une à deux années sur les modes de fonctionnement des institutions. Après, tout deviendra plus facile.
Et les réformes pourront s'exécuter très rapidement. Dans l'ingénierie des réformes, il y a ce que l'on appelle l'ordonnancement. C'est fatal de se tromper si on met la charrue avant les boeufs. Si on essaye de mener des réformes avant de revoir en profondeur la qualité des acteurs qui vont les mettre en oeuvre, alors on aura fait une erreur d'ordonnancement. Cela se paye très cher. Il est donc grand temps de réformer les réformes.
Par Abdelhak Lamiri
PH. D. en sciences de gestion


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.