L'adoption de la nouvelle Constitution "contribuera à l'édification de la nouvelle Algérie"    APN: levée de l'immunité parlementaire des députés Abdelkader Ouali et Mohcine Bellabas    Opep+ : priorité à la conformité totale de tous les pays membres    Le projet d'amendement de la Constitution garantit la souveraineté totale du pays sur ses ressources naturelles    Rentrée sociale: Rezig met en garde contre toute augmentation des prix des articles scolaires    Real Madrid: Ramos forfait contre le Shakhtar    Report du procès de l'ex-wali d'Alger, Zoukh, au 3 novembre prochain    Plus de 5 millions d'élèves rejoindront mercredi l'école dans des conditions sanitaires exceptionnelles    JEUNES ET PECHEURS BENEVOLES PARTICIPENT AUX RECHERCHES : Disparition de 12 harraga sur les côtes de Chlef    BECHAR : Le wali visite les ksour du Nord    REFERENDUM CONSTITUTIONNEL : Talaie El Hourriyet décide de participer    Le procès de l'affaire El Watan et les fils de Gaïd Salah reporté    Tayeb Louh inculpé dans l'affaire des bracelets électroniques    JM Oran-2022 : les aspects organisationnels abordés avec une délégation française    UNIVERSITE ‘'IBN BADIS'' MOSTAGANEM : Journées portes ouvertes pour les nouveaux bacheliers    LDC : Le programme de ce mardi    Accidents de la circulation: 17 morts et 1 263 blessés en une semaine au niveau national    Nouveau round des négociations entre Londres et Bruxelles    Tensions autour de résultats non proclamés    La mouvance islamiste dans l'œil du cyclone en France    Le rapport 2019-2020 soumis au gouvernement fin novembre prochain    L'année sans Sila...    Une fresque poétique sur une Algérie de tolérance et de diversité    Un guide pratique sur les traditions anciennes    Les Canaris en stage à Palm-Beach    Le plan stratégique national dévoilé    Luis Arce, le dauphin d'Evo Morales, remporte la présidentielle    Début d'une réunion de la commission militaire conjointe à Genève    Guterres estime «possible» le dialogue avec certains groupes extrémistes    «L'équilibre entre l'offre et la demande est nécessaire»    Les partisans du «non» se plaignent de l'interdiction de leurs activités    Réserves de change, la dégringolade    Doublé de Bendebka face à Al-Nassr    Le Raja Casablanca s'incline devant le Zamalek    «Un crime colonial» peu présent dans le cinéma algérien    «La littérature algérienne en exil», thème d'une conférence tenue à Alger    Banksy revendique une œuvre murale à Nottingham    Culture-PLF 2021: proposition de clôture de 3 comptes spéciaux pour le secteur    Gestion de l'après Covid-19: appel à un nouveau modèle de soutien à la Culture    Présomptions condamnables ?    Un destroyer américain fait escale au port d'Alger    USM Bel-Abbès: Reprise sur place en attendant les stages    JSM Béjaïa: Le bon sens a prévalu    Marché de Aïn El Turck: Retour en force des étals de vente de viande de l'abattage clandestin    Des opérations en faveur des populations des zones d'ombre    Plusieurs quartiers ciblés par une opération de nettoiement: Plus de 4 tonnes de déchets transférées au CET de Hassi Bounif    L'ex-commissaire: Kaddour Benkhira n'est plus    "La révision constitutionnelle consacre et préserve les constantes de l'identité nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etats-Unis et Chine : duel à distance
LA GRANDE BATAILLE GEOPOLITIQUE DE LA 5G
Publié dans El Watan le 20 - 09 - 2020

Les deux hyper-puissances devraient continuer de lutter pour la suprématie planétaire sur les années, voire décennies à venir. La 5G est très prometteuse. Techniquement, elle va être au moins 10 fois plus puissante que la 4G.
La latence du réseau, c'est-à-dire le temps que met un appareil à se connecter et à recevoir une information, ne sera même plus perceptible. Télécharger un film en ultra haute définition ne prendra plus qu'une seconde. Jeux, séries, informations, tout ira plus vite et consommera moins de batterie. Mais la 5G est loin de se résumer uniquement à une nouvelle génération de réseau téléphonique.
Elle implique en réalité un déploiement massif de nouveaux équipements, allant de l'antenne au smartphone du consommateur, de nouveaux gisements immenses en termes de rendements économiques potentiels.
Elle promet de développer «l'internet des objets», donnant ainsi vie aux villes intelligentes, qui optimiseront leurs réseaux d'énergie et de transport, aux opérations chirurgicales à distance, aux voitures autonomes, agriculture connectée, systèmes urbains de «cybersurveillance» et à des industries de plus en plus robotisées. Au total, en 2035, cette technologie devra apporter 12,3 trillions de dollars à l'économie mondiale et générer 22 millions de nouveaux emplois.
Un acteur est en avance et fait bouger ses pions sur l'échiquier mondial : le premier fournisseur de télécom au monde, le chinois Huawei. Cependant, les Etats-Unis sont décidé à lui barrer la route, Washington demande avec insistance à ses alliés de laisser tomber ce constructeur sous prétexte que «par l'intermédiaire de fonctionnalités cachées dans les équipements, la 5G pourrait capter toutes sortes de données et notamment celles très sensibles de l'armée».
Or, les premiers à avoir installé des portes dérobées numériques sont les Etats-Unis et Edward Snowden a révélé leurs existences, installées par les services secrets américains dans les systèmes du fournisseur d'équipements américain Cisco, avec un seul objectif : avoir accès aux données les plus sensibles de l'Europe.
L'Union européenne a décidé de prendre la voie médiane et a adressé un «oui, sous conditions» en exigeant de Huawei de présenter des garanties de non-ingérence via ses équipements. «Il est plus important que jamais d'assurer un niveau élevé de sécurité lors du déploiement des réseaux 5G dans l'UE, au vu des besoins croissants en infrastructures numériques de nos économies», a expliqué le commissaire au Marché intérieur, Thierry Breton. «L'intégrité des réseaux de télécommunication est la clef de voûte d'une architecture sécurisée dans tous les Etats membres», a insisté le ministre allemand de l'Intérieur, Horst Seehofer. «Il s'agit de limiter autant que possible tous les risques, techniques et non techniques», a-t-il averti.
Une question stratégique et pas seulement commerciale
Les groupes européens Nokia et Ericsson peuvent fournir à l'Union européenne tout ce dont elle a besoin pour développer les infrastructures de la 5G, si le groupe chinois Huawei devait être écarté, a assuré la Commission européenne.
Trois groupes offrent des solutions complètes pour la 5G : le finlandais Nokia, le suédois Ericsson et le chinois Huawei. Le coréen Samsung et le chinois ZTE offrent des solutions pour une partie du réseau. Mais les opérateurs européens le répètent : «Huawei est incontournable», sans lui, «l'Europe pourrait prendre deux ans de retard dans l'installation de la 5G», selon le président de Vodafone, Nick Read.
Un éditorial de l'agence officielle Chine Nouvelle, publié le 23 juillet, dénonce une «hystérie anti-Chine» du secrétaire d'Etat Mike Pompéo, qui «ne redonnera pas sa grandeur à l'Amérique».
La guerre est ainsi surtout commerciale et la 5G pourra faire basculer marché et influence du côté de l'Empire du Milieu qui vise à détrôner la Silicon Valley, levier de la puissance étatsunienne. Il s'agit de rivalité sur le leadership mondial. Il est manifeste que la Chine devance l'Occident sur cette technologie, laquelle demeure vitale pour le maintien de la dominance occidentale dans le domaine des technologies de l'information et de la communication.
La Chine ambitionne de devenir la première puissance industrielle et technologique à l'horizon 2025.
«L'opposition entre les Etats-Unis et la Chine, présentée comme une bataille juridique et commerciale, masque en réalité un conflit pour le leadership politique et technologique pilotant la croissance économique», souligne le Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative (Gresea). Les Américains ne cherchent pas tant à mettre fin à des pratiques déloyales qu'à freiner l'ascension d'un rival de plus en plus puissant.
Compte tenu des éléments et applications illustrés plus haut, il est clair que la 5G sera essentielle à la compétitivité mondiale à l'ère de l'industrie 4,0. Voici quelques chiffres à titre indicatif : on estime que d'ici 2035, la chaîne de valeur de l'industrie 5G vaudra 2500 milliards de dollars. D'ici 2035, «l'effet multiplicateur» de la 5G produira 10 000 milliards de dollars de revenus et 420 milliards de dollars dans le PIB annuel des Etats-Unis seulement.
D'une manière générale, et comme pour les révolutions industrielles précédentes, la 4e révolution industrielle représente une occasion, non seulement pour rattraper le retard, mais aussi pour réaliser un saut en avant, et ceux qui ont la possibilité pourront participer dans le changement des règles du jeu à nouveau ; et c'est justement l'enjeu des batailles actuelles. Cela s'applique à la 5G, mais également à l'intelligence artificielle et d'autres technologies phares sur lesquelles s'appuie l'industrie 4.0.
Même si la véritable promesse de la 5G se produira probablement dans plusieurs années, il y a tellement d'opportunités pour cette technologie au cours des mois, années et décennies à venir. Alors que les consommateurs du grand public ont déjà montré leur enthousiasme pour la 5G, la plupart des experts conviennent que la véritable opportunité se trouvera dans les applications d'entreprise et B2B. La 5G ouvrira la voie aux véhicules autonomes, aux villes intelligentes, aux usines automatisées, à la télémédecine, pour ne citer que quelques segments et applications.
Selon les résultats d'une étude d'Accenture, 79% des entreprises dans le monde pensent que la 5G aura un impact significatif sur leur organisation, et 57% d'entre elles pensent que ce sera révolutionnaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.