Explosion de gaz à El-Bayadh : 1 à 3 ans de prison ferme à l'encontre de 12 accusés    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Macron et l'arabe    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Le grand bond en arrière, Tuchel contesté    L'AC Milan et Tottenham de retour    Le port de Skikda renforcé    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Musulmans de France, tous coupables ?    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    Centre anti-cancer Emir Abdelkader: Plus de 5.000 hospitalisations en huit mois    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    Libye: l'ONU relève des signes d'apaisement quant à un règlement définitif de la crise    Une journée d'étude sur le droit à l'expression des peuples en lutte pour l'indépendance à Tindouf    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malek Souagui. Poète : «L'écrivain dans la société est celui qui contribue à créer une transmission»
Publié dans El Watan le 26 - 09 - 2020

-Pensez-vous que l'écrivain a un rôle particulier à jouer dans la société ?
Dans la société, l'écrivain est celui qui contribue à créer une transmission. Il peut être le lien entre plusieurs couches sociales, comme il peut se révéler être un outil éducatif. De plus, il contribue à ne pas reproduire les mêmes erreurs du passé et, enfin, il favorise le débat et l'esprit critique.
-Voyez-vous votre emploi de bibliothécaire comme étant complémentaire/compatible avec votre activité d'écriture ou plutôt complètement différent ?
Mon activité actuelle, bibliothécaire, m'aide énormément à rester dans le monde du livre. En fait, cela m'offre la possibilité d'extérioriser mon don. Lire est le moteur de l'écriture. La lecture nous libère, tout comme elle nous enchaîne. Mais c'est une addiction que l'on prend plaisir à alimenter, car la lecture permet d'ouvrir notre esprit et de vivre une autre vie. Elle permet également de découvrir certaines choses que l'on ne connaissait pas et qui nous paraissent formidables. C'est ça aussi la lecture, c'est apprendre pour mieux comprendre.
-Est-ce que vous avez écrit un de vos livres pour une occasion particulière ou pour témoigner de quelque chose en particulier ?
Plus spécialement, la réponse à cette question se focalisera sur mon deuxième livre intitulé Au détour des chemins que j'ai tout particulièrement écrit pour les gens en difficulté d'adaptation aux conditions socioculturelles, notamment pour ceux qui trouvent des difficultés à affronter la vie et à faire des choix judicieux.
-Avez-vous des conseils pour les gens qui rêvent d'écrire ?
Le plus difficile à vaincre, c'est la paresse. Sans doute, vous devez faire preuve de suffisamment de discipline pour vous forcer à travailler. L'une des meilleures manières d'y arriver, c'est de se fixer des échéances pour avoir des objectifs. Cependant, un livre s'écrit quand même un mot après l'autre. Il ne faut donc pas se décourager face à ce travail de plusieurs mois qui vous attend.
-Avez-vous l'intention de rédiger un nouvel ouvrage ? Si oui, quel en serait le contenu ?
Effectivement, je suis en train de finaliser un cinquième ouvrage qui parle d'ancrage (enracinement). Cette image renvoie à l'arbre qui plonge ses grosses racines solides profondément dans la terre pour y capter toutes les énergies nécessaires pour se tenir debout, être fort et élever ses branches loin dans le ciel.
Sa publication, je la projette dans un avenir proche.
Entretien réalisé par Amina Semmar


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.