Le projet d'amendement constitutionnel nécessite un "avis consensuel"    Impératif de coordonner les efforts des journalistes algériens et sahraouis pour le droit à l'expression    Palestine: le plan d'annexion se poursuivit en prétextant de la création de "réserves naturelles"    Classement Fifa: l'Algérie gagne cinq places    Arsenal: Özil, la mise au point d'Arteta    Coronavirus : 266 nouveaux cas, 136 guérisons et 8 décès    Manchester City: Fernandinho absent au moins un mois    Mawlid: une campagne de sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    Nouvelles législatives en décembre    Chanegriha : le peuple algérien fera entendre sa voix souveraine le 1er novembre    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    "La dévaluation du dinar est inévitable"    Banouh libéré de la JSK à moindre coût    Le stage de l'EN interrompu à cause de la Covid-19    Vers une dérogation pour le club amateur    Lourdes peines pour Oulmi et Ouyahia    Prison ferme, relaxes et condamnations avec sursis    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    LES VERITES AMÈRES D'UNE ENSEIGNANTE    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    Des actrices unissent leurs voix contre les féminicides    Lire délivre    Une rentrée adaptée au contexte sanitaire    Macron et l'arabe    Amendement constitutionnel : renforcer la liberté de la presse et d'expression    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Le RAJA interdit de quitter le Maroc pour cause de Covid-19 : Menace sur la demi-finale retour de la LDC    Le projet d'amendement constitutionnel contribuera au renouvellement de la classe politique et au changement escompté    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Le projet révision de la Constitution, le CNDH et les Principes de Paris    El Tarf: L'attribution des aides au logement rural fait des mécontents    La déclaration de patrimoine enfin constitutionnalisée ?    Partenariat université-industrie pharmaceutique: Vers la création d'un «Hub biotechnologie»    L'ambassadeur de France à la Chambre de Commerce et d'Industrie de l'Oranie: Les intérêts réciproques réaffirmés    Bouira: Le ministre met en garde les commerçants spéculateurs    Qui veut juger Aboubakr Benbouzid ?    Musulmans de France, tous coupables ?    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Plaidoyer pour alléger la pression fiscale    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Oussama Sahnoune, nageur International : «Je vise la finale olympique à Tokyo»
Publié dans El Watan le 26 - 09 - 2020

Le nageur algérien international Oussama Sahnoune a indiqué qu'il visait au moins la finale olympique lors des JO de Tokyo, prévus du 23 juillet au 8 août 2021. «Mon rêve comme tout athlète est de décrocher une médaille ou se qualifier à une finale olympique», a affirmé dans l'émission «Mondial Sport» de la radio Chaîne 2 le sociétaire du Cercle des nageurs de Marseille, en France.
C'est la deuxième qualification de Sahnoune aux Jeux olympiques, après le rendez-vous de Rio de Janeiro (Brésil) en 2016. Evoquant ses préparatifs, le double champion d'Afrique, double champion arabe et vice-champion de France a indiqué qu'il continue à travailler avec sérieux et abnégation afin, dit-il, de représenter dignement l'Algérie dont il est l'unique athlète dans cette discipline. «La grosse coupure due au coronavirus nous a perturbés.
Il fallait reprendre, travailler la base, mais tout se passe bien à présent. Je dirais même que le report des JO nous a soulagés mentalement et motivés pour la reprise des entraînements sous de bons auspices. Il faut penser aussi au côté physique pour éviter les blessures après une longue pause. Je m'entraîne normalement avec le même objectif», a-t-il ajouté.
A 8 mois des JO de Tokyo, Oussama a-t-il tracé un plan de préparation spécial ? «Concernant les stages, pas encore et ce en raison de la situation sanitaire.
C'est au staff de décider avec la Fédération algérienne de natation (FAN). Même au niveau local et arabe, il n'y a pas encore de calendrier de compétitions. J'ai repris mon rythme d'entraînement habituel en attendant de recevoir l'aide matérielle du MJS et du COA pour peaufiner ma préparation, d'autant que je suis le seul nageur algérien qualifié dans ce sport. Tous nos athlètes se plaignent du manque de moyens de préparation. J'ai reçu un appel téléphonique de la part du nouveau président du COA que je félicite au passage, il a promis de m'aider.
Cette année, je n'ai rien reçu. Tous les qualifiés aux JO ont besoin d'aide financière, et c'est urgent pour entamer des stages. Le président de la FAN me soutient, mais il n'a pas tout en main ; pour le reste, cela dépend des autorités. Je ne peux rien juger pour le moment avec la situation sanitaire dans le pays. J'espère qu'ils penseront à nous aussi.
Ailleurs, les athlètes ont déjà repris le travail très vite. Je suis en contact avec des nageurs internationaux, cela me stresse en pensant que je suis en retard pour ma préparation olympique. J'ai participé aux Jeux de Rio (Brésil 2016) pour acquérir une expérience, 4 ans après, j'ai évolué sur le plan technique. Mon rêve comme tout athlète est de gagner une médaille olympique. J'ai parlé de finale olympique, car ils ne sont pas nombreux à réaliser cet objectif à part Salim Iles, c'est dire que ce ne sera pas facile. Je préfère dire finale olympique que podium», a commenté le médaillé d'or du 100m nage libre et du 200m papillon des Jeux africains de Rabat (JA-2019).
D'autres projets en vue au-delà de 2021 ? «Avant les JO-2024 à Paris, il y a les Jeux méditerranéens à Oran (25 juin-5 juillet 2022, ndlr). J'ai eu un titre méditerranéen en 2018 à Tarragone (Espagne) que je vais essayer de conserver, surtout que ce sera dans mon pays et devant mes concitoyens. C'est important pour moi. Pourquoi pas aussi une participation aux JO-2024. Cette année, on va préparer 2021 et d'autres échéances», conclut Oussama Sahnoune.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.