La hausse des prix alimente l'appétit des investisseurs, optimistes    Baisse drastique des réserves de change et dérapage accéléré de la cotation du dinar    Une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Plus de 100 kg de drogue saisis à Alger et 11 suspects arrêtés    L'Etat œuvre à redonner aux zones rurales un rôle pionnier économiquement    Les meilleures œuvres primées    L'ESS tombe à Biskra, la JSK au pied du podium    Le portier algérien Oukidja suspendu pour cinq matches    «Soulagé d'être réhabilité»    Ligue des Champions: le MCA s'impose au Sénégal face au Teungueth FC    Procès en appel de l'auteur présumé de l'assassinat d'Ali Tounsi : Le colonel Chouaib Oultache condamné à la prison à vie    INESG: ouverture des travaux d'une journée d'étude portant sur la guerre del'information    Une responsable sahraouie appelle les organisations féminines à travers le monde à protéger les sahraouies des exactions marocaines    Le FFS éloigne la perspective de sa participation aux prochaines élections    Arsenal : Le successeur de Lacazette déjà trouvé ?    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    La rencontre fédérale a failli dégénérer    Le texte qui choque    La course contre la montre pour le nouveau gouvernement    Qui s'y frotte s'y pique    Les Verts en stage à Alger avant l'Allemagne    Les matchs amicaux face à la Côte d'Ivoire et la Zambie officialisés    Ligue des champions d'Afrique: le CRB tenu en échec face à Al-Hilal du Soudan    Les attaques de l'armée sahraouie contre les forces armées marocaines s'intensifient    Algérie : l'ONU réclame une enquête et la fin des détentions arbitraires    "La vitesse de propagation de la souche mutante fait peur"    Trois ouvriers asphyxiés au gaz    Trois ans de prison ferme à l'encontre de 3 anciens maires    Nette augmentation de la délinquance à Sétif    Imposante mobilisation à Alger    Des relations en clair-obscur !    ...Sortir ... ...Sortir ... ...Sortir ...    M'sila: Un bus chute dans un oued, 16 blessés    En dépit de la poursuite de la grève des travailleurs: Réouverture des centres d'enfouissement    Crimes commis à l'étranger: Un projet de loi pour la déchéance de la nationalité    Affaires religieuses: La question de la prière des Tarawih «en cours d'examen»    Restaurer nos «gourbis» !    Tébessa: Un 4 mars 1956...    Soufiane Djilali craint des dérapages    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Les rentiers cachés de la République    Une loi pour la déchéance de la nationalité    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Le producteur Tahar Harhoura n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Body writing… «L'histoire des années 1990 n'a pas encore été écrite»
Publié dans El Watan le 22 - 10 - 2020

Mustapha Benfodil, notre collègue, journaliste et auteur est le récipiendaire du Prix littéraire Mohammed Dib, décerné par l'Association culturelle la Grande Maison pour son roman Body Writing : vie et mort de Karim Fatimi, écrivain (1968-2014) paru aux éditions Barzakh (novembre 2018).
Mustapha Benfodil, l'impétrant, à travers cette distinction littéraire, a voulu marquer ce grand moment par cet intense et éloquent message : «Je dédie ce prix à Khaled Drareni qui purge injustement une peine de deux ans à la prison de Koléa et à tous les prisonniers politiques et les détenus d'opinion. La répression n'est pas la solution. Je tiens à remercier l'Association la Grande Maison et sa présidente, Mme Sabeha Benmansour, ainsi que les membres du jury. J'adresse mes chaleureuses pensées à mon éditeur, Barzakh. Et je salue tous les lauréats et l'ensemble des candidats et n'hésitez pas à les lire…».
Body Writing, vie et mort de Karim Fatimi, écrivain, est un roman mêlant mots Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle), donc plein de poésie, une texture, une matière (grise), des images sublimées, un travail narratif, sur le style, un positionnement esthétique et surtout cette puissance des mots. Il y est question de divin, de conjuration de la mort, de dichotomie, de double récit... A propos du titre Body Writing : vie et mort de Karim Fatimi, écrivain, Mustapha Benfodil dit qu'il est irrationnel : «Body Writing est l'analogie avec Body Painting. C'est la mémoire tatouée sur le corps.». «Avant 1987, je tenais un journal intime. Mais il y eut cette date, le 5 Octobre 1988.
Rien ne sera plus jamais comme avant. Il ne s'agit plus d'écrire sur des problèmes existentiels. L'histoire du 5 Octobre 1988, celle des années 1990 avec ses euphémismes, tragédie noire, décennie noire, rouge, n'a pas encore été écrite. Elle est à réécrire...». Par ailleurs, Mustapha Benfodil y interpelle quant à la légitimité littéraire et le statut de l'écrivain. Bref, un roman ambitieux, poignant, à lire absolument.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.