La Moudjahida Annie Steiner sera inhumé aujourd'hui à El Alia    Liste contestée    Que faire pour réguler le marché ?    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Le Conseil de sécurité face à ses responsabilités    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    Préparation des JO de Tokyo 25 athlètes en stage à Bordj-Bou Arréridj    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Le pire est à craindre    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    La JSK a fait le job à Garoua, Sétif résiste à Johannesburg    7 décès et 182 nouveaux cas    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Grandiose marche nocturne à Akbou    Un procès peut en cacher un autre    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    15 quintaux de kif marocain saisis    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chemin communal Zardezas-Essebt (Skikda) : Les deux kilomètres de tous les manques
Publié dans El Watan le 01 - 12 - 2020

Le chemin communal qui relie les communes de Zardezas et Essebt, au sud-est de Skikda, représente une preuve tangible de la décadence qui s'est emparée de la wilaya ces dernières décennies.
Il représente une illustration, dure comme l'asphalte, de l'insouciance des responsables de cette période, occupés il est vrai par leurs petites affaires au dépens du quotidien de leurs concitoyens. Sinon comment expliquer qu'on débourse beaucoup d'argent pour réhabiliter un double tronçon de plus de 30 km et qu'on oublie, depuis, de parfaire un linéaire de 2,5 km pour rendre ce chemin communal enfin carrossable. «Ce chemin communal est un axe névralgique qui relie Zardezas et Essebt.
C'est aussi un moyen de désenclavement pour les hameaux et autres agglomérations secondaires des deux communes. Aujourd'hui, les citoyens ne l'utilisent plus alors que l'Etat a déboursé des sommes faramineuses pour le réhabiliter», témoigne un habitant de Zardezas. Il explique : «La commune d'Essebt a réhabilité, il y a plusieurs années déjà, plus de 20 km dépendant de son territoire. Idem pour l'APC de Zardezas qui a réussi à parfaire plus de 7 km.
Il ne restait qu'un tronçon de 2,5 km totalement dégradés qui relie les deux parties réhabilitées», rajoute la même source. Le plus étrange, c'est que ce petit tronçon de jonction passant près des agglomérations de Legrayer et Guettara avait fait l'objet d'une étude qui aura coûté plus de 3 milliards de centimes, mais les travaux tardent encore à voir le jour au grand dam des habitants, contraints d'opter pour des contournements. «Il arrive qu'on opte pour de longs contournements afin de nous rendre de Zardezas à Essebt. Certains vont jusqu'à Bekkouche et Azzaba pour faire un trajet de deux heures alors que l'utilisation du chemin communal en question ne nous prenait que 20 minutes», poursuit notre source.
Cette situation, pour le moins insolite, mine le quotidien des habitants des agglomérations dépendant de ce chemin communal et aussi, les agriculteurs de la région. «Les habitants de Legrayer et Guettara ne peuvent même pas enterrer dignement leurs morts au cimetière des Ouled Hamza qui longe le tronçon détérioré. Il leur est arrivé de recourir aux tracteurs pour transporter les dépouilles tellement l'état de la chaussée est devenu impraticable. Avec l'arrivée de la saison hivernale et ses risques d'enneigement, les populations craignent vraiment de se retrouver isolés pour une simple histoire de tronçon oublié», conclut notre interlocuteur.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.