Coupe de la Ligue: le NAHD, l'OM et le NCM passent en 8es de finale    Décès d'Idris Deby : l'Algérie suit avec une grande préoccupation les événements en cours au Tchad    Le Conseil de sécurité appelé à accélérer la décolonisation du Sahara occidental    MCA : Brahmia, nouveau président    Lancement de l'opération de vaccination anti-covid dans les wilayas et les institutions sahraouies    Nette hausse des exportations gazière au 1er trimestre 2021    Le pari électrique officialisé    Sûreté nationale: installation de nouveaux chefs de sûreté de wilayas    Nahda participera avec une trentaine de listes    Le soutien continu de l'Algérie aux efforts visant l'unification des rangs en Libye réaffirmé    Le front anti-Rachad se consolide    Constantine: réception du tunnel de Djebel Ouahch "durant l'année 2025"    Ceferin fustige    Mourinho n'est plus entraîneur des Spurs    Délocalisation de l'AGE bis de la FABB à l'ESSTS    Hausse des prix : Rezig évoque les «spéculateurs»    Accidents de la route: 25 morts et 1322 blessés en une semaine    Gâteau de crêpes    Mécontentement    Naïma Ababsa    "Les stocks des produits alimentaires ont atteint un niveau rassurant"    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    Relaxe pour Fodil Boumala    Que décidera Macron ?    Un sans-papiers algérien expulsé de France    Seaal dans le viseur des pouvoirs publics    La mercuriale en roue libre    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Les travailleurs de l'ETRHB veulent sauvegarder leur entreprise    Le greffon de la liberté    Pour une valorisation des ressources archéologiques    Tamazight avance doucement, mais sûrement    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    LE RAMADHAN A BON DOS    Hadj Merine ne s'enflamme pas    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Boumala victime de son paradoxe    Brèves    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    HCA: Une célébration dans la fierté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Azzouz . Coiffeur pour dames à Skikda : D'art et de sensibilité
Publié dans El Watan le 03 - 12 - 2020

Plusieurs générations de Skikdies se sont faites belles chez Annane, et plus d'un demi-siècle durant, son salon de coiffure s'imposera comme une effigie de la citadinité, du bon goût et de la jovialité.
L'homme reste simple cependant et n'en fait pas tout un plat. Il parle de son métier, de sa vie et de son parcours comme s'il s'agissait d'une simple banalité du destin. Il en parle sans parvenir à cacher les souffrances de la disparition d'une mère qu'il perdit très tôt. «Elle m'a laissé enfant», tenait-il à rappeler, sans s'en rendre compte que c'était cette déchirure qui avait nourri en lui cette sensibilité qui l'habite.
Azzouz, l'enfant, passera ses premières années entre les quartiers de Sebaa Biar ( les sept citernes romaines) et El Qobbia, l'ancienne cité indigène. Enfant déjà, il s'immisce vite dans la vie de ses sœurs et des fillettes du quartier, leur conseillant d'autres manières d'arranger leurs chevelures pour paraître plus belles.
Physionomiste précoce, Azzouz esquissait déjà dans son imaginaire d'adolescent tant d'arrangements et de coupes. À 14 ans, il prend ses bagages et migre à Bordeaux, en France, où il s'essayera à différents métiers sans parvenir à mettre en sourdine sa passion : la coiffure ! «Il m'arrivait de coiffer des amis à moi, mais à chaque fois, ils me faisaient remarquer que les coupes que je proposais siéraient plutôt aux filles.
De réflexion en réflexion, je finis par me rendre à l'évidence et d'admettre que j'étais plutôt prédestiné à la coiffure pour dames. J'ai alors décidé de m'inscrire dans un centre de formation». En 1957, Azzouz rentre à Skikda et trouve une place dans un salon. «Quelque temps après, je fus étonné d'entendre les clientes, quelques Algériennes et beaucoup d'Européennes, demander au patron d'être coiffées par mes soins. Cela a peut-être déplu au patron. Depuis, il commença à me demander si j'étais d'accord avec les fellaghas. Il devenait insistant et je compris alors que j'étais indésirable.»
À l'indépendance, Azzouz achète une ancienne droguerie et l'aménage en salon de coiffure pour amorcer l'histoire qui fera de lui une icône locale. Il était le seul coiffeur pour dames dans une ville où le raffinement au féminin était une marque déposée.
Cette notoriété, faite de délicatesse, de savoir-faire et de respect ne tarda pas à faire le tour des administrations locales «Toutes les mariées et toutes les femmes des hauts responsables qui sont passées par Skikda se faisaient coiffer dans mon salon», raconte-t-il. Une reconnaissance dont il est fier. «Mais je n'ai jamais fait de distinction entre mes clientes», fera-t-il remarquer. Plus qu'un coiffeur, Azzouz est un artiste. «Tout est dans la finesse», tient-il à préciser et de juger que pour une femme «rien ne vaut une belle coiffure et une belle paire de chaussures».
Aujourd'hui, Azzouz a pris sa retraite après avoir fait passer le flambeau à sa fille pour pérenniser l'une des plus belles histoires Skikdies, celle de Monsieur Azzouz, le coiffeur de ces dames !
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.