Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Rencontre gouvernement-walis: Des instructions et des mises en garde    Contrôles renforcés aux frontières    Santé: Les pharmaciens demandent la révision de la carte de «répartition»    L'insomnie due au stress : pourquoi se produit-elle et comment y remédier ?    NA Hussein Dey: Blocages à tous les niveaux !    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    Hamza Rouabah, épidémiologiste au CHU de Sétif: «La vaccination des enfants est actuellement à l'étude»    La direction régionale du Commerce d'Oran dresse son bilan: Plus de 2.211 tonnes de produits saisies en 6 mois    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Les indépendants à l'assaut des communes    Le Gouvernement s'engage    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Lamamra brille à New York    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    «L'Algérie est une puissance régionale»    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Des salaires à corriger    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    À quand le vrai bonheur?    La presse en deuil    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Pétrole : le juste prix ?    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les licenciés en droit réclament l'ouverture du concours au CAPA
Ils ont organisé des sit-in devant les juridictions du pays
Publié dans El Watan le 18 - 01 - 2021

Rassemblés devant la Cour suprême (Alger) et d'autres juridictions du pays, les licenciés en droit ont dénoncé la décision «arbitraire» de maintenir le gel du Concours d'accès à la profession d'avocat (CAPA).
Des licenciés en sciences juridiques ont organisé, hier, des sit-in devant les juridictions du pays pour réclamer l'ouverture du Concours d'accès à la profession d'avocat (CAPA). Rassemblés sur le trottoir faisant face à la Cour suprême (Alger), ils ont dénoncé la décision «arbitraire» de maintenir le gel du concours depuis cinq ans.
«Pas de recul, le CAPA est un droit», «Vos arguments ne sont pas valables», répétaient à l'unisson la dizaine de protestataires qui reprochent au ministère de la Justice et à l'Union nationale des Ordres des avocats (UNOA), dont le siège se trouve à la Cour suprême, d'empêcher l'accès à la profession aux jeunes licenciés, et ce, «en violation des lois en vigueur».
Sur les affiches portées à bout de bras par les contestataires, on pouvait lire : «Pas de monopole et de succession héréditaire. Le CAPA est mon droit», «Il n'y a pas d'assise juridique pour l'argument du surnombre. La profession d'avocat est libre : article 2 de la loi 13-07 (portant organisation de la profession d'avocat, JORA n°55 du 30 octobre 2013)»...
Le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, a indiqué, en février 2020, que l'ouverture des concours d'accès au CAPA relevait «exclusivement» des prérogatives de l'UNOA et n'était pas du ressort de son ministère. «La profession d'avocat dans le système juridique et judiciaire algérien est une profession libérale qui gère ses propres affaires et n'entretient aucune relation organique avec le ministère de la Justice qui, dès lors, ne s'immisce pas dans sa gestion», a indiqué Zeghmati.
Et d'ajouter : «L'ouverture des concours d'accès à la formation pour l'obtention du Certificat d'aptitude à la profession d'avocat et des sessions de prestation de serment relevait exclusivement des prérogatives de l'UNOA.» Le ministre a rappelé que 2060 candidats avaient été admis au dernier concours d'accès à la formation pour l'obtention du CAPA en 2015. Il précise que l'Union des barreaux d'Algérie n'avait pas depuis jugé nécessaire d'ouvrir un autre concours.
«L'argument des écoles n'est pas valable»
Les licenciés protestataires estiment que l'argument du ministre n'est «pas du tout légal» et que l'ouverture du concours relève de ses prérogatives. «Comment se fait-il qu'une organisation corporatiste dicte ses lois à un représentant de l'Etat ? Le ministre Zeghmati a parfaitement le droit d'ouvrir le concours, comme le stipule l'article 02 du décret exécutif 15-18 fixant les modalités d'accès à la formation pour l'obtention du CAPA», argue un diplômé de la faculté de droit de Saïd Hamdine (Alger), montrant un texte de 2015 du barreau d'Alger, qui exige de ses membres de ne pas encadrer les futurs avocats.
A l'adresse de l'Union des barreaux, les licenciés signalent que l'argument du retard dans l'installation de nouvelles écoles «n'est pas non plus valable». «L'Union des avocats met en avant l'argument de l'ouverture des écoles régionales pour la formation des avocats. Pourtant l'article 5 du décret exécutif 15-18 est clair. Il dispose qu'en attendant la mise en place de ces écoles, la formation pour l'obtention du CAPA s'effectue au niveau des facultés de droit, conformément à la réglementation en vigueur, dont notamment le décret exécutif n°91-222 du 14 juillet 1991 et ses textes d'application.»
Plusieurs rassemblements ont été organisés durant la matinée d'hier devant les cours de justice du pays, à Ouargla, Djelfa, Sétif, Constantine...
Les licenciés, qui soupçonnent l'UNOA de vouloir «maintenir un monopole sur la profession», décident de s'organiser en «coordination nationale d'anciens diplômés en sciences juridiques» pour défendre leurs droits aux différents concours (notariat, CAPA, huissiers, etc.), spécifiés dans les textes. «Nous allons maintenir la pression. Il n'est plus possible de se taire», tranche un licencié en droit, au chômage depuis deux ans.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.