Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    Hirak, l'heure des clarifications    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois
Diagnostic automobile et maintenance
Publié dans El Watan le 19 - 01 - 2021

Faire un diagnostic automobile avec un scanner est devenu la première opération que fait un automobiliste lors d'une panne ou lors de l'achat d'un véhicule d'occasion.
Le scanner permet non seulement d'orienter le mécanicien vers la panne mais aussi de donner le kilométrage réel, d'activer des options cachées, comme sur les véhicules du groupe VAG, de faire des logs qui permettront par la suite de connaître l'état de l'injection et de l'admission et de faire également de nombreuses opérations.
Cet outil, devenu indispensable, fait désormais partie de l'attirail du parfait garagiste et même des passionnés autos. Mais en réalité, c'est quoi un scanner, comment s'en servir et à quel prix ?
Belkacem Zizi, directeur de l'école diagnostic automobile Algérie et de la société d'importation automotive électronique, explique avec précision ce qu'est un scanner automobile. «Le scanner est un outil qu'on utilise pour diagnostiquer l'état du véhicule. Cet outil va nous guider afin de trouver la panne, mais ne nous donne pas celle-là directement. En Algérie, les premiers scanners des années 2000 en Algérie étaient trop chers pour s'en procurer. Le domaine était à ses débuts et n'était pas connu et la technologie n'était pas poussée comme aujourd'hui», fait-il savoir.
Selon notre interlocuteur, aujourd'hui «n'importe qui a accès au scanner. La Chine produit des scanners à un prix dérisoire», ajoute-t-il. Mais avant d'en acheter un et de se lancer «il faut d'abord savoir que pour maîtriser la manipulation d'un scanner, il faut d'abord passer par une formation. Il faut savoir comment le scanner fonctionne. Il faut comprendre le fonctionnement exact de l'outil entre les mains.
De nombreuses personnes croient qu'il faut juste cliquer sur un bouton pour savoir quoi faire. Il faut connaitre les closes look boucles fermés, connaitre les codes et arriver pour les décrypter avec facilité». Actuellement, le diagnostic automobile est une priorité et de nombreux mécaniciens s'orientent vers le scanner et la formation.
Mais selon le directeur de l'école et formateur en même temps, «il faut d'abord aimer le métier. La formation est bonne mais insuffisante si on n'aime pas se documenter sur le sujet. La technologie évolue constamment et il faut se mettre quotidiennement au goût du jour. Il faut connaître les protocoles de sécurité comme le can getway et autre protocole. Le scanner ne peut être utilisé de façon malhonnête», dit notre source, tout en précisant qu'il y a d'autres moyens qui duperont les plus aguerris, «on peut utiliser des programmateurs pour modifier par exemple le kilométrage. Ainsi le scanner ne reconnaîtra rien. Il existe des outils qui modifient l'ensemble de la mémoire et aujourd'hui BMW via son CVN a chaque fois que vous touchez au compteur il y aura un scanner secondaire qui démarre et enregistre les opérations faites. Néanmoins, Il faut avoir des bases et connaître le système et son mode de fonctionnement pour parvenir à la panne du véhicule. Avoir aussi des notions en mécanique est primordiale. «C'est une boucle fermée. La partie électrique commande la partie mécanique et aujourd'hui le problème surgit sur la partie électronique que mécanique.
Pour la partie formation, le directeur de l'école explique que le nombre de personnes est en augmentation. Le nombre de diplômés issus des universités scientifiques et techniques s'accroît aussi.» Les formations sont approfondies «nous sommes dans une phase d'analyse de données. Il y a constamment de nouvelles technologies qui viennent sur le marché. Par ailleurs, il y a des hackers qui vont faire tout leur possible pour faire des contre-attaques pour ce type de technologie. Ils peuvent aussi produire des logiciels pour réparer des problèmes électroniques à moindre coût. Notre école, à titre d'exemple, est spécialisée uniquement dans le secteur automobile. Nous sommes spécialisés dans plusieurs domaines. Nous offrons des formations dans la reprogrammation des calculateurs automobiles.»
Concernant le scanner, nous offrons des formations approfondis sur ce sujet. Cette dernière demande un certain niveau scolaire. Nous proposons aussi des formations en mécanique automobile et formation en mécatronique boîte automatique». Selon M. Zizi, avec l'évolution que connaît le secteur automobile, la demande est en croissance constante et actuellement le marché est porteur.
Pour débuter dans le domaine avec un scanner, il faut compter 50 000 DA comme entrée de gamme. «A 10000 15000 DA, on ne peut pas faire grand-chose. A titre d'exemple, le Lunch qui vient d'être craqué par les Russes coûte 50 000 da, très fiable, avec une excellente base de données.
Nous sommes aussi une école agréée par l'Etat et nous proposons aussi un soutien Ansej, Engem. Nous avons formé des étudiants en provenance de Thaïlande, des Pays-Bas, du Canada, de Suisse et de nombreux pays africains. Nous avons une société d'importation dans le secteur automobile et la maintenance qui peut équiper tout garage qui se respecte l'automotive électronique», conclut Belkacem Zizi.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.