Soufiane Djilali craint des dérapages    Nouvelle loi électorale: la dernière ligne droite    Fenniche évoque l'élargissement des prérogatives    La bureaucratie alimente l'informel    «L'Algérie n'importera plus de fer»    Le procès en appel renvoyé    Le pape en Irak, hier, pour une visite historique    La capitale sénégalaise à l'aube d'une journée sous tensions    Les Ivoiriens aux urnes samedi pour élire 255 parlementaires    Klopp calme le jeu pour Salah    Brèves    Brèves des Fédérations    Une approche intelligente    100 kg de drogue saisis et 11 suspects arrêtés    170 quintaux de kif saisis    Qui est cadre et qui ne l'est pas?    «L'Algérie prend acte avec satisfaction»    8 Mars: très bonne fête, Mesdames!    Assassinat de Ali Tounsi : la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    Célébration de la fête du printemps    2.735 appels reçus sur le numéro vert et de secours    Le Président Tebboune reçoit trois dirigeants de partis    L'Algérie respecte toujours sa promesse de baisse de sa production    La CNMA lance une campagne de sensibilisation    Générale de la pièce «Cadavre»    Le MCA en quête de sa première victoire    La militante sahraouie Sultana Khaya reçoit le prix "Citoyenneté pour les droits de l'Homme" à la Rioja    Zetchi: «On continue de travailler dans la sérénité et le calme»    Formation sur la fabrication de fromages au profit de la femme rurale    Béjaïa : Le mouvement reprend ses repères    Des spécialistes mettent en garde contre la prévalence croissante de l'obésité au sein de la société    FATria: Salah Ouanes réélu pour un deuxième mandat    Le Baiser et la morsure aux éditions Casbah :Yasmina Khadra se livre et délivre    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Manchester City: Mahrez lance les hostilités avant le derby contre Man U !    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Terrorisme et déchéance de la nationalité    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boumerdès : Quel sort pour l'industrie de la pêche ?
Publié dans El Watan le 20 - 01 - 2021

Les organismes publics et les établissements financiers sont sollicités pour relancer les activités et les projets des jeunes entrepreneurs dans le secteur de la pêche.
Le secteur de la pêche dans la wilaya de Boumerdès peine à se développer malgré les énormes potentialités qu'il recèle, notamment au niveau de la construction navale. Avec un littoral long de plus de 100 km doté de trois ports dont un marchand (Dellys) et trois de pêche et de plaisance si on ajoute Zemmouri El Bahri et Ras Djenet.
L'occasion a été offerte de les pourvoir en «corps morts» par l'entreprise de gestion portuaire locale (Egpp) pour les besoins d'amarrage des embarcations, faute de quais suffisamment équipés dans ce sens et en raison du retard dans les projets d'extension des dits ports. Mais ce manque d'espace affecte un autre secteur névralgique, la construction navale.
Zemmouri El Bahri est connu par l'existence d'une entreprise privée, Sarl Corenav, qui a initié dernièrement et pour une première nationale la construction de navire de 35 mètres de long. «Elle peut faire plus s'il n'y avait pas ce problème d'exiguïté des lieux d'autant plus que la majorité des intrants sont locaux à l'exception de la fibre de verre. Le taux d'intégration est important. Dommage qu'on ne puisse pas construire plus grand», dira son patron M. Chaouche.
Située au niveau de la zone d'activité et développement (ZAD) réservée exclusivement aux métiers et professions liés à la pêche et à l'aquaculture avec un investissement public de 400 millions de dinars, les activités qu'elle abrite n'arrivent toujours pas à décoller.
A travers 46 lots, dont 15 dédiés à l'investissement dans l'aquaculture et le reste pour dégager des activités liées à la pêche dans la wilaya de Boumerdès, les PME peinent à se développer.
Pourtant, elles sont nombreuses sur ces 20 ha, alors que le manque d'équipements les paralyse. À Ras Djenet, bien que qu'un mur de clôture y ait été projeté sur 440 m tout au long de la jetée, le port demeure sans ambitions, notamment au niveau de la plaisance. Néanmoins, on y projette des services en relation avec l'activité aquacole.
À Dellys, le constat est le même : " on aurait pu mieux faire". Ce port marchand et de pêche voit ses prétentions d'extension freinées par le manque d'argent. Le ralentissement s'est élargi aux activités qui gravitent autour de ce métier dont dépend la subsistance quotidienne de 6000 pêcheurs sans parler des autres artisans des métiers collatéraux.
L'entreprise Baatout, spécialisée dans les cordes de pêche, recherche toujours une opportunité d'extension de ses activités afin de pouvoir répondre aux demandes du marché national avant de penser à l'exportation.
L'agence de soutien et de promotion des PME a un rôle prépondérant dans l'accompagnement de ces jeunes entrepreneurs dans des domaines comme la production d'aliments de poissons, la fabrication des filets de pêche, la transformation des produits halieutiques, le froid et la climatisation, l'empaquetage, en plus des ateliers de fabrication et de maintenance du matériel de la pêche, la fabrication et la maintenance de superstructures de navires, la production de glace et des points de vente et de commercialisation du matériel de la pêche.
En fait, il y a là l'occasion de mettre sur pied une industrie navale et halieutique qui se trouve encore à l'état embryonnaire. Et ce n'est pas avec seulement 3500 créations d'emplois projetés qu'on glanera, mais bien plus. Malheureusement, la bureaucratie au niveau d'une banque comme la Badr dans l'octroi de crédits aux investisseurs, par exemple pour l'aquaculture, n'est pas faite pour booster les activités. Bien au contraire.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.