Communiqué du ministère de la Justice    Makri s'en prend aux «laïcs»    29 activistes relâchés en début de soirée    Tebboune préside aujourd'hui la réunion du Conseil des ministres    Une trentaine de détenus toujours en prison    Huile d'olive. concours international de Dubaï ; Un producteur algérien de Djelfa lauréat    1 530 milliards de dinars d'investissement sur 10 ans    Washington épargne le prince héritier Ben Salmane    «La communauté internationale doit assumer ses responsabilités»    Une suspension et des interrogations    Le ministre des Droits de l'Homme présente sa démission    Elles se sont déroulées dans le calme    Ligue des Champions: lourde défaite du CRB face à Mamelodi Sundowns    Trois candidats pour la présidence de la Fala    Affaire Diawara Banou, l'épilogue !    Man City : Pour Guardiola, ce que fait le club n'est pas normal    Le MCO enchaîne, l'Entente récupère son trône, la JSK dompte le Doyen    De l'inquiétude mais pas d'affolement    L'heure des comptes    Les dépouilles de deux personnes extraites d'une grotte    Le calvaire des résidents    L'islamisme contre le soufisme    "Abou Leila" et "Héliopolis" en avant-première à Batna    "L'avenir du secteur musical en Tunisie est incertain"    MAMMERI, DJAOUT ET LA MAIN DE L'ETRANGER    Le nouveau gouvernement se fixe 12 objectifs durant la phase transitoire    La situation sur les fronts de combat «sous contrôle» de l'Armée sahraouie    50 kilomètres en deux ans    Enasel : Baisse des ventes de sels alimentaire et industriel en 2020    Mohamed Nassou n'est plus    AG Elective de la FAA : Le recours de Boukais rejeté    Alors que le pétrole maintient son avance : L'OPEP+ face à un nouveau challenge    Acquisition de la raffinerie d'Augusta en Italie : Les gros mensonges d'Ould Kaddour    Organisée au Bastion 23 de la Casbah : Rencontre-débat sur les figures révolutionnaires de la bataille d'Alger    Prix du président de la République : Appel à participation pour les jeunes créateurs    La face cachée de Mammeri    Dans le but de relancer le processus de concession: La daïra lance une opération de recensement des biens communaux d'Aïn El Turck    El-Abiodh Sid Cheikh : La gare routière boudée par les transporteurs    Groupe Est: La passe de trois pour l'US Chaouia    Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet    Ce que doit la rue à l'urne    Rompre vite avec nos vieux démons    Médicament: Le SNAPO suspend son mouvement de protestation    Pour développer la coopération bilatérale: Le conseiller commercial à l'ambassade de France en visite à la CCIO    El Kala: Le cadavre d'un homme repêché à l'ancien port    Qui veut canarder les ambulances ?    l'augmentation de la marge bénéficiaire, pointée du doigt    "Fitna" chez les Frères musulmans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Augustin était-il vraiment un Saint ?
Publié dans El Watan le 25 - 01 - 2021

Jugurtha contre Massinissa, Chechnak contre le reste du monde, ou Takfarinas contre Michael Jackson, ces luttes se sont déroulées il y a longtemps et ont façonné l'histoire.
Tout comme le combat théologique entre l'évêque Donat de Tébessa et l'évêque Augustin de Souk Ahras, deux Berbères éloignés d'une centaine de kilomètres qui ont occasionné une violente guerre civile dans la Numidie centrale, l'Algérie des Ancêtres.
Une rivalité comme en connaît la Berbérie jusqu'à nos jours, opposant les adeptes de Donat le Grand et son christianisme de traditions locales aux disciples d'Augustin le Saint et de ses règles universelles de l'Eglise romaine dans laquelle il faut dissoudre tous les particularismes.
Même s'il est né un an avant la mort de Donat, c'est Saint Augustin qui a eu le dernier mot, devenu un des quatre pères de l'Eglise occidentale et cité par Joe Biden lors de son investiture à la tête de la première puissance militaire mondiale.
Il a même donné un vin algérien alors que Donat n'a donné que des donuts, bien que sa personnalité reste discutable du point de vue algérien, un genre de Camus opposé à l'indépendance de sa patrie comme le voyait Kateb Yacine, utilisant contre les Donatistes et ce qui était avant tout une révolution sociale, le terme de «bandits», la même terminologie que la France utilisait contre les indépendantistes algériens.
Justement, un rapport français censé mettre un terme à la brouille historique avec l'Algérie est tombé, mollement, comme souvent les rapports qui essaient de contenter tout le monde.
Pourtant, au fond, l'Algérie n'a pas vraiment besoin d'excuses, puisque c'est elle qui a fait sortir le colon. Mais on pourrait en demander pour l'implication de la France en Afrique, dans le financement du terrorisme par rançons interposées et pour toutes les opérations qui ont détruit l'Irak, la Libye et la Syrie.
Mais quel est le rapport ? Oui, c'est un autre rapport, mais puisqu'il y a des rapporteurs, on pourrait payer Benjamin Stora pour l'écrire.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.