2 436 affaires traitées en 2017    La planche à billets plus sollicitée que prévu    Marche de soutien aux travailleurs de Cevital    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Les eurodéputés des Verts et de la gauche dénoncent un vote illégal au parlement européen    250 000 réfugiés pourraient rentrer en 2019, selon l'ONU    USMA, le dernier challenge pour 2018 s'envole !    L'Algérien Syoud bon dernier de sa série    Shakhtar-Lyon, duel pour le dernier ticket    Fin de la trêve entre le ministère de l'éducation et les syndicats    Deux élus locaux destitués    Les élèves de 43 écoles primaires de la wilaya mangent des repas froids    Aïn Témouchent célèbre le 11 Décembre    Mohamed Aïssa, le vivre-ensemble et tout le reste    Distribution de près de 2 000 logements    NA Hussein Dey: Lacète n'appréhende pas l'arbitrage en Zambie    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (Suite et fin)    Renouvellement partiel des membres du Conseil de la nation: Les élus locaux en pleine campagne électorale    De quel droit vous parlez au nom des Algériens ?    Une bande de narcotrafiquants démantelée    Pour mauvaise gestion: Fin de fonctions du DG et du SG du CHU de Bejaïa    Kafka, l'Algérino    Louh: Enquêtes sur 67 affaires d'agressions sur des Algériens à l'étranger    L'ASM Oran en deuil: Mohamed El-Kadiri a tiré sa révérence    IS Tighennif: L'Idéal mène le bal    La terre des rêves, des chants de piste et des kangourous: Alice Springs, cœur central du territoire des Aborigènes, le 17 novembre 2018.    Transfert : Vers un retour de Boudebouz en Ligue 1 française    GTMO 5+5: 9e réunion des ministres des Transports mercredi à Nouakchott    Guerre commerciale : Les Etats-Unis et la Chine au bord du gouffre financier    Les "gilets jaunes" annoncent une nouvelle journée de manifestations    Espagne : Madrid menace d'intervenir en Catalogne    4 établissements fermés !    Le projet approuvé par le CNI    L'Office central de la répression de la corruption dissous ?    Le FLN favorisé    Commerce : Ouverture de la 1ère Foire commerciale intra-africaine au Caire    Necib à la Radio : "Le bilan 2018 du secteur des ressources en eau est positif"    Union des radios et télévisions arabes : Réélection du DG de la Radio algérienne    La 15e édition de DimaJazz du 18 au 22 décembre    Pacte mondial sur les migrations: Les observations de l'Algérie    Agressions contre des Algériens à l'étranger: Enquêtes sur 67 affaires    Coup d'envoi de la 11e édition du Salon Djurdjura du livre à Tizi-Ouzou: Plaidoyer la promotion de l'acte de lire et du livre    TIARET : 2 individus arrêtés et 3 voitures et un fusil saisis    MASCARA : Un sexagénaire se suicide à El Keurt    2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Coupe d'Algérie: DRB Tadjenanet-CRB et ESS- O Médéa, affiches des 32es de finale    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nos ancêtres, les Berbères donatistes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 04 - 2009


«J'écris pour me parcourir» (Henri Michaux)
Jadis, à l'école coloniale, le maître ne cessait de réitérer que nos ancêtres étaient les Gaulois. Tout en répétant en chœur, les mûrs de la classe restaient muets, car rien n'était Gaulois dans notre physique et nos haillons. La Gaule n'était pas la Berbérie numide Africaine, couloir des civilisations. Aussi, et dans la contradiction, la silhouette de St Augustin arborait les vitraux de l'église coloniale de mon village natal. Cet antique Algérien de Thagaste, père de l'église Romaine, a démystifié l'école coloniale de jules Ferry et «l'ancêtre gaulois».
J'ai pris la décision de regarder derrière moi à travers la lecture juste de l'histoire de ma nation. Une fierté incommensurable a envahi la profondeur de mon âme. Là, j'ai décidé d'écrire pour me parcourir, découvrir encore plus le lointain de la région qui m'a enfanté et dont l'amour coule quotidiennement dans mes veines qui sécheront un jour dans sa terre que j'ai tant senti et mordu.
Charles André Julien me tend l'histoire de l'Afrique du nord, des origines à la conquête arabe. Tout doucement j'arrive au chapitre intitulé « La conquête et l'occupation vandales» et, je lis '...Les fouilles opérées à Ala Miliaria (Benian)... permettent d'évoquer les rencontres sanglantes entre hérétiques et orthodoxes dans la Maurétanie Occidentale ou le donatisme restait puissant. Elles mirent au jour les caveaux de plusieurs dignitaires de la secte, notamment celui de la religieuse Robba, qui, pour avoir succombé, en 434, sous les coups des « traditeurs», mérita la palme du martyre et l'érection d'une basilique.'
L'invasion des vandales m'a permis de percevoir un nom, que de nombreux historiens, souvent par sentiment à l'égard de l'église de Rome qualifient «d'hérétique» ou quelques fois dans l'obédience colonialiste, n'osent pas le citer. Un petit nom, frêle peut être comme le corps pur et dur de cette dame qui a marqué de son empreinte le sud est de la Maurétanie Césarienne. Ni arme, ni armée, à pied ou sur un équidé, elle a sillonné certainement les plaines d'El M'cid et de Ghriss pour affirmer le donatisme au niveau de la masse prolétaire agricole et, isoler les colons berbéro romains. En un laps de temps (429-434), elle a ressuscité le mouvement donatiste farouchement persécuté par St Augustin. Une Révolte sociale qui lui coûta la vie. Elle, Robba adepte de l' évêque Donat de Baghaï des Nemmemchas, père du donatisme, mouvement nationaliste qui a déstabilisé l'église de Rome jusqu'à l'arrivée des Byzantins. A ce sujet, François Decret m'authentifie :» de tous les mouvements qui ont marqué l'aventure du christianisme en Berbérie, le donatisme aura été le plus « africain », le seul qui soit né sur cette terre où il s'épanouit, plus de trois siècles durant.»
Impulsion à caractère politique qui a permis l'émergence de l'expression anticolonialiste par les historiens engagés tels que Courtois et Mesnage. Ce dernier m'ouvre la parenthèse et affirme :» Les chefs Donatistes n'étaient en fait que des révoltés à l'égard de l'autorité Romaine. Quant aux indigènes, c'est toujours des vaincus frémissant Sous le joug. Or, on proteste comme on peut contre le joug qui opprime; ne point parler la langue du maître, c'est déjà se séparer de lui par quelque chose d'essentiel, mais prier autrement que lui est beaucoup plus encore, car cela constitue une révolte morale qui satisfait bien mieux les sentiments de nationalité.» Une telle assertion me réconforte et témoigne que Robba la religieuse donatiste, était une résistante berbère ayant gagné de la sympathie chez les circoncellions synonymes du prolétariat indigène des plaines d'el M'cid et de Ghriss. Cette frange de berbères attachée à ses traditions, à ses coutumes et à sa langue restait fidèle à elle-même et jalouse de son indépendance.
Serge Lancel et Paul Matteï, professeurs, chercheurs et spécialistes de l'histoire du christianisme en Afrique m'étalent leur ouvrage intitulé «Pax et Concordia, chrétiens des premiers siècles en Algérie», mettant en exergue la «sagesse» de notre compatriote et ancêtre St Augustin, persécuteur du mouvement donatiste. Une véritable réplique de la «Pax Romana» que notre humble historien Mahfoud kaddache qualifie:» d'euphémisme cachant mal la réalité, celle des insurrections permanentes du pays profond resté indépendant; celle des révoltes et des jacqueries dans le territoire occupé. En pays berbère, l'histoire de la domination romaine est celle de cinq siècles de guerres acharnées pour la liberté et l'indépendance.»
Dans le même ordre d'analyse, je consulte Dominique Arnaud à travers sa publication «histoire du christianisme en Afrique» dans la collection mémoire d'église, qui me garantit:» au niveau social et politique, l'église donatiste ou l'église des saints, devient très vite le lieu de ralliement de tous ' les champions de l'indépendance, les adversaires du pouvoir établi, les insaisissables Berbères, les farouches numides, les campagnards mécontents'... les privilèges accordés par l'empereur à l'église d'Afrique du nord et les persécutions des donatistes ne font que confirmer «les saints» de la justesse de leur cause.»
Plus j'avance dans ma lecture, plus je me rassure de l'esprit anti- colonialiste qui animait la Maurétanie Césarienne, tant au niveau du Berbère culturellement romanisé non catholicisé, entre autre les chefs donatistes, qu'au niveau des berbères prolétaires indigènes, spirituellement et culturellement indépendants et qu'on appelle communément les circoncellions. Ces derniers prirent eux-mêmes la décision de se rapprocher des donatistes. Les Circoncellions virent dans la dissidence religieuse donatiste, la religion des pauvres, et de ce fait, ils offrirent aux donatistes persécutés un appui inespéré, et traitèrent les évêques catholiques, comme ils avaient traité les grands propriétaires fonciers berbéro-romains. Le donatisme a été pour eux l'expression du désir d'une indépendance politique. On peut dire que la coalition ( donatistes et circoncellions ) constituait au IVè siècle une masse prolétaire à vocation agricole, et non des bandits sans foi ni loi tels que décrit par St Augustin . M.Keddache conforte notre point de vue par:» Ce fut une véritable tentative de révolution sociale tendant à la libération des opprimés, esclaves ou mains-d'oeuvre de condition libre au chômage; il s'agissait bien d'un phénomène économique, d'une réaction d'un prolétariat agricole réduit à la misère.»
Le donatisme, est un effet qui va bien au-delà d'une simple crise religieuse. Il est lié à l'instabilité économique des classes rurales et pauvres et au refus ancestral de la population berbère d'être dominée par la culture romaine étrangère. Le donatisme rejette à la fois le joug de l'unité impériale et celui de l'unité catholique.
Le donatisme qui résista fortement à la présence romaine en Maurétanie Césarienne, a su galvaniser le prolétariat agricole, et récupérer les circoncellions pour élargir son mouvement. L'église de Rome très affaiblie et divisée, se redressa spontanément sous l'ère de Bélisaire, c'est-à-dire la période byzantine, et s'estompa vers la fin du VIIIé siècle avec l'avènement de l'Islam. Le donatisme a su galvaniser les masses prolétaires en Maurétanie Césarienne et à ce sujet W.H.C. Frend écrit justement:» Donat défend une série de valeurs que Cyprien et Tertullien avaient défendues. Il représente le courant principal de développement de l'Eglise Nord Africaine. De plus, il attire à son église un mouvement social révolutionnaire...»
Honorus le donatiste, évêque d'Aqua Cirense (Bouhanifia) et frère de Robba me remonte sur la présence de cette religieuse dans notre périmètre, immortalise le Djebel Robba et, un peu plus loin dans la plaine limitrophe de Ghriss la basilique de Robba à Benian ( Ala Miliaria ).
Notre modeste recherche nous a permis, en plus du djebbel Robba et la basilique de Robba, de mettre en valeur un site archéologique au douar Souabria (Sfisef), sur le flan sud- ouest de la forêt d'El Guetarnia . Ce qui implique aisément que ma région natale est antique et, fortement donatiste.
Les Historiens de l'église de Rome, ont qualifié dans leurs écrits les donatistes «d'hérétiques» et de «schismatiques». Non! les berbères numides avaient leur propre église africaine, à connotation orientale. Encore plus, la bible a été traduite en latin en Numidie par deux autochtones, à savoir Tertullien et St Cyprien. De la toile tissée en Numidie, Rome a confectionné une soutane que les donatistes ont refusé de porter.
A la fin du VIIè siècle, l'église donatiste s'est estompée au fil des ans, permettant à la descendance de Robba et sans contrainte aucune d'embrasser l'Islam.
La majorité des berbères indigènes adeptes du donatisme, trop longtemps persécutés par les catholiques, leur lieu de culte a été épargné et respecté par les conquérants musulmans. Demeurant primitif, la pratique religieuse donatiste se lénifia pour disparaître devant la commodité de la religion musulmane. Les donatistes, Islamisés et de facto arabisés, leurs noms ont été intégrés dans le lexique arabo-musulman. Le prénom Robba demeure éternel dans la région de Sfisef.
------------------------------------------------------------------------
* Membre du conseil d'administration du Croissant Rouge Algérien
* Délégué adjoint de l'Organisation de la Société Civile Algérienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.