L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Boumala victime de son paradoxe    La dernière ligne droite    Les nouvelles instructions du Président Tebboune    Le baril fait du yoyo    L'UGTA se fâche    Les chantiers de Khaldi    Sabri Boukadoum à la tête d'une délégation de haut niveau    Macron pointe la volonté de réconciliation malgré des «résistances»    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Boukadoum et Beldjoud en visite de travail en Libye    La grande menace des riches    Brèves    Une AGE à refaire    Révolution dans le football européen    L'Ave Marie . . . m    L'absentéisme ou le fléau ramadhanesque    Le feu vert de Tebboune    163 nouveaux cas et 5 décès en 24 heures    La Confédération des syndicats algériens tire la sonnette d'alarme    Le spectacle vivant réclame des aides    Le patrimoine musical algérien en deuil    «Chaque rôle apporte un plus...»    Déstockage d'importantes quantités pour faire baisser les prix    Vers la mise en place d'une charte    Une grande voix du style assimi s'éteint    Macron commente les propos de Djâaboub    Commémoré sous le signe de «la consolidation des acquis»    Installation du nouveau chef de Sûreté de la wilaya de Tipasa    L'AC Milan, la Juventus et l'Inter se sont prononcés pour la Serie A    « Liberté » réagit au placement sous mandat de dépôt de son journaliste Rabah Karèche    Sahara occidental: le Polisario demande "un cadre plus sérieux" pour les négociations    Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine 2021    Nouvelles attaques de l'APLS contres les forces d'occupation marocaines    Justice : Procès de Tabou reporté, Boumala relaxé    FAF : La passation de consignes entre Zetchi et Amara demain    Coupe de la Ligue: derby à Magra, chocs à Médéa et Alger    C'est l'escalade !    Barça - Piqué : "C'est comme recommencer à zéro"    L'hommage oublié aux victimes du Printemps noir    «Le sondage doit devenir un réflexe»    Kafteji    Bachar Al Assad pour un 4e mandat    Sindbad le marin, une femme exceptionnelle !    6 ans de prison pour deux anciens DG    KAMEL CHIKHI CONDAMNE À 2 ANS DE PRISON FERME    Quoi attendre du Conseil d'administration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des associations s'opposent au contrôle d'identité au faciès
DISCRIMINATIONS EN FRANCE
Publié dans El Watan le 02 - 03 - 2021

Une action de groupe décisive contre l'Etat a été lancée par six associations.
Organisations locales, nationales et internationales mettent en demeure le gouvernement de faire cesser cette pratique policière.

Amnesty International, Open Justice Initiative, Human Right Watch, Pazapas Belleville, Maison communautaire pour un développement solidaire (MCDS) et Réseau égalité anti-discriminations justice interdisciplinaire (Reaji) ont ainsi décidé de réagir à la persistance des contrôles d'identité menés par la police en raison du faciès des personnes.
La procédure consiste en une mise en demeure dans un épais document de plus de 170 pages incluant des témoignages de personnes discriminées Il est demandé à l'Etat la modification du code de procédure pénale pour interdire explicitement dans les contrôles d'identité, l'adoption de règlements et d'instructions spécifiques pour les contrôles ciblant les mineurs, la création d'un système d'enregistrement et d'évaluation des données relatives au contrôle d'identité et de mise à disposition de toute personne contrôlée d'une preuve de contrôle, ou encore des modifications à la fois des objectifs de la police, des instructions, et de la formation, notamment en ce qui concerne les interactions avec le public. La procédure est contraignante. Les autorités gouvernementales ont quatre mois pour répondre avant qu'un juge puisse en principe être saisi.
UNE DEMARCHE JAMAIS TENTEE
Arabes et Noirs subissent ces vexations régulièrement, selon des pointages effectués par plusieurs associations françaises. Au niveau des autorités nationales, le gouvernement, de droite comme de gauche, avait estimé que cette manière de faire est parfaitement anormale, souhaitant que cela cesse. Sans pour autant s'en donner les moyens. Ainsi, cette discrimination continue. C'est pourquoi ce groupe d'associations a décidé de mener une action juridique de groupe, une démarche jamais tentée. Cette procédure légale permet à un groupe de personnes qui s'estiment individuellement victimes d'un même dommage de la part notamment d'une entreprise ou d'un service de l'Etat, de lancer une action collective contre cette violation de leurs droits. Déjà en 2016, la Cour de cassation avait condamné l'Etat pour «faute lourde» pour des contrôles d'identité jugés «discriminatoires».

Lyon
De notre correspondant Walid Mebarek
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.