Joindre les projets innovants de fin d'études à la propriété intellectuelle    Portugal : Ronaldo égale Miroslav Klose    Athlétisme/Championnats arabes (3e J): quatre nouvelles médailles pour l'Algérie    Education: toute les conditions réunies pour un bon déroulement de l'examen du baccalauréat    LPP: début samedi de l'opération de souscription au niveau de 36 wilayas    Sahara occidental: reconnaître la "prétendue" souveraineté marocaine "nuit à la paix en Afrique du Nord"    L'ancien ministre des Relations avec le Parlement Tahar Khaoua placé en détention provisoire    Coupe de la CAF/Coton Sport-JSK: les "Canaris" pour faire un pas vers la finale    Iran : Raïssi élu président avec 62% des voix, selon des résultats partiels    De l'électricité algérienne pour la Libye    Le gouvernement s'engage à la mise en œuvre de l'accord d'Alger    Coup de poker, coup de maître !    Glody Kilangalanga libéré    Les Canaris à pied d'œuvre à Yaoundé    Le ministre interpellé sur la qualité de l'eau    43 millions de dollars pour subventionner le Barrage vert    Actuculte    L'Algérie veut relancer son accession à l'OMC    Le Cnese appelle à exploiter davantage les traités bilatéraux    Vers une restructuration    "La future APN aggravera la crise"    Hamid Lounaouci nommé conseiller à la Présidence    SEPT PERSONNES PLACEES SOUS MANDAT DE DEPÔT    L'Ethiopie aux urnes lundi pour des élections législatives    Laurent Gbagbo revient en Côte d'Ivoire    LES GERANTS DES SALLES DES FÊTES ONT MARCHE À TIZI OUZOU    Quelque 3 millions de quintaux attendus    D'ENORMES INSUFFISANCES À COMBLER    Espagne : une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    TAKFARINAS,DANSE AVEC L'HISTOIRE    LE VIOL, UN MARQUEUR INDELEBILE    Deux morts déplorés à Zéralda    RCA – MOB : Décisif pour les play-offs    Mouloudia d'Alger : Bensaha, Allati et Rebiai lynchés à l'entraînement    Ath Kouffi (Tizi Ouzou) : Les villageois réalisent un projet d'AEP    Héliopolis a été le théâtre d'un génocide    DES CHOIX ET DES ACTES    Infrastructures scolaires, centres de santé, sûretés urbaines...: D'importants équipements publics dans les nouveaux pôles urbains    Journaliste: être ou ne pas être (II/II)    Le dialogue comme seule alternative    Le Niger rouvre ses frontières terrestres    Trois personnes tuées dans une attaque armée dans l'Est du pays    Chanegriha reçoit une délégation russe    Le défi que s'apprête à réussir le gouvernement    Bengrina souffle le chaud et le froid    Une édition sous le signe de l'espoir    L'activité culturelle reprend de plus belle    Un programme artistique riche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Commerce informel à Bachdjarrah : Où sont les pouvoirs publics ?
Publié dans El Watan le 26 - 04 - 2021

A Bachdjarrah, le commerce informel bat son plein aux alentours du marché communal Miloud Brinis.
Bien que le phénomène y soit endémique, l'anarchie qui y prévaut durant ce mois sacré a pris des proportions alarmantes. Actuellement, le commerce informel reprend ses droits et occupe tous les espaces communs et attenants aux habitations où toute sortes de pacotilles sont exposés à même le sol.
Même la voie carrossable a été grignotée de part et d'autres par les étals. Mais pas que ! La cité les Palmiers est prise en otage par la présence incongrue de ces marchands à la sauvette lui conférant une allure de capharnaüm. «C'est une situation qui relève de l'impensable. Nous sommes contraints de faire tout un détour pour sortir de notre quartier. Nous avons sollicité à maintes reprises l'intervention des autorités locales et des pouvoirs publics pour mettre fin à cette anarchie ambiante, en vain. La question du marché informel n'est visiblement pas une priorité», regrette un habitant de la commune.
Il faut savoir que, dans le cadre de l'organisation de l'activité commerciale dans la capitale, la commune de Bachdjarah a été désignée commune pilote, il y a quelques années.
En 2013, le marché Miloud Brinis a été réhabilité à coût de milliards et des descentes ont été effectuées par les services de l'ordre pour traquer l'informel. Une opération qui s'avère sans grand impact. Les habitants tentent de lancer un énième appel notamment durant cette période de pandémie où le risque de contamination est à craindre.
Advertisements


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.